AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Partagez|

Tout sur les moralistes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Modo
Aidactif
avatar

Nombre de messages : 19831

MessageSujet: Re: Tout sur les moralistes
Mar 22 Déc - 18:03

Il faut un exemple, si possible court, d'une fable d'Esope, adaptée par Phèdre puis adaptée à son tour par Jean de Lafontaine ...

Le texte en avant ... et faire trouver des idée ou des mots comme "imitations créatrices" pour éviter le monologue, faites participer le public en lui faisant revoir des notions qu'il doit connaître ja p


Dernière édition par Modo le Lun 28 Déc - 22:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arès

avatar

Nombre de messages : 624

MessageSujet: Re: Tout sur les moralistes
Lun 28 Déc - 16:41

Biographie de La Bruyère.




La Bruyère :



Jean de La Bruyère est issu de la bourgeoisie. Il réussit ses études et devint avocat, il menait une vie modeste et paisible à Paris. Lorsqu'un jour, Jacques-Bénigne Bossuet (écrivain, précepteur royal puis évêque durant le 17ème siècle) le fit nommé précepteur puis secrétaire du duc de Bourbon. Grâce à cela il pu observer les moeurs de la cour. De ses observations, il donna les Caractères de Théophraste traduit du grec. Voilà ce qu'il dit dans la préface :

"Je rends au public ce qu'il m'a prêté, j'ai emprunté de lui la matière de cet ouvrage."
Il veut dire que tout ce qu'il a écrit, il l'a vu et que le véritable auteurs du livre, c'est le public.

Cette oeuvre fut publiée en 1688 et connut un grand et vif succès. Durant "la guerre" qui opposait les Modernes (personnes qui critiquaient l'antiquité et qui sont pour le progrès, l'écriture moderne et récente) et les Anciens (personnes qui appréciaient les textes antiques comme les classiques et qui sont pour l'imitation créatrice), il prit parti du côté des Ancienscar il était pour les valeurs classiques et antiques. D'ailleurs, dans les caractères il montrera son animosité envers les Modernes. Après deux échecs, La Bruyère est élu à l'Académie Française (1693) grâce à son discours qui défie les Modernes et les défendeurs de Corneille et qui complimente les Anciens (La Fontaine, Bossuet, Racine...). La Bruyère était un très bon orateur.
En 1696, il mourut d'une attaque d'apoplexie à Versailles.


Bossuet :


Les caractères










C'est un recueil de maximes et de portraits publié en 1688 par Jean de La Bruyère. Cette oeuvre est destinée à expliquer et décrire les mœurs de l'époque. Le but de cette oeuvre est d'aider les hommes à corriger leurs défaults, d'ailleurs, La Bruyère le dira lui même dans son livre :

"Le public peut regarder avec loisir ce portrait que j'ai fait de lui d'après nature, et s'il se connait quelques-uns des défaults que je touche s'en corriger. C'est l'unique fin que l'on doit proposer en écrivant."

La Bruyère pensait donner de l'importance à son livre en le présentant comme inspiré par Théophraste cependant, aujourd'hui, la plupart des écrivains et philosophes de l'Europe pensent qu'il surpasse largement celui du fameux philosophe antique.

Théophraste :




Dans son livre, La Bruyère veut plaire et instruire, pour cela il utilise des aphorismes, des réflexions, des portraits, des récits, des dialogue. Voilà ce qu'il dit à ce sujet :

"On ne doit parler, on ne doit écrire que pour l'instruction; et s'il arrive que l'on plaise, il ne faut pas néanmoins s'en repentir si cela sert à insinuer et faire recevoir les vérités qui doivent instruire."


C'est lui qui mettra en avant dans ces oeuvres (après Montaigne, Pascal et La Fontaine) la philosophie de l'imitation créatrice. Cela consiste à dire que les philosophes du 17ème siècle redisent sous une autre forme ce que les philosophes de la Grèce antique ont déjà expliqué.

La Bruyère est un auteur typiquement classique, dès le premier chapitre, il met en place l'essentiel de la doctrine (Ensemble de principes liés à un penseur, à un mouvement littéraire) classique :

la nécessité de travail, croyance en un goût absolu pour retranscrire les idées et les mots avec naturel et justesse, imitation des Anciens (les auteurs de l'Antiquité), liens étroits entre l'esthétique et la morale. Il résume en ces quelques mots ses idées sur l'écriture classique :

«C'est un métier que de faire un livre».



L'oeuvre est composé de 16 chapitres :

-Des ouvrages de l'esprit
-Du mérite personnel
-Des femmes
-Du cœur
-De la société et de la conversation
-Des biens de fortune
-De la ville
-De la cour
-Des grands
-Du souverain et de la république
-De l'homme
-Des jugements
-De la mode
-De quelques usages
-De la chaire
-Des esprits forts

-Les principaux thèmes abordés sont :

-La critique littéraire.
-La peinture de mœurs (La Bruyère dénonce la superficialité des mœurs de la cour)
-La critique sociale et politique (il s'en prend à l'organisation du pays et s'attaque à une société de privilèges)
-Le thème prédominant reste la dénonciation des personnes qui portent un "masque" et qui sont incapables d'être "vrai".

La Bruyère a fait beaucoup de portraits sur les parisiens car ils n'avaient aucune idée de ce qu'était le monde de la campagne à l'époque. Pour faire les nombreux portrait du livre, il a bien observer les gens, surtout pendant qu'il était le secrétaire du duc de Bourbon. Dans ses textes, il se raille ironiquement du monde de la cour. L'une des particularité de cet ouvrage, c'est que le lecteur peut se reconnaitre en le lisant les petits ou gros défaults que l'auteur évoque.


Dans son fameux livre, il y a une phrase assez étrange et célèbre aussi ; "connais toi toi même". Je vais vous éclairer sur son origine et sa signification.

Cette inscription est inscrite sur le seuil du Temple de Delphe (monument grec), qui est dédié au Dieu de la beauté, Apollon. Ce message fut approfondi par Socrate (un penseur grec de l'Antiquité) qui en fit sa devise. Autrefois, dans l'Antiquité, les gens mettaient tout sur le dos des Dieux. Par exemple, lors de la célèbre érruption du Vésuv, les romains pensaient que c'était la faute des Dieux car ils n'étaient pas content de Titus (empereur à l'époque). Socrate était un des seuls à penser que les Dieux n'avaient rien à voir et que c'est en se connaissant parfaitemnt que l'homme pourra devenir meilleur. Aujourd'hui, cette expression signifie plutôt, "regarde toi d'abord avant de regarder les autres."







Dernière édition par Arès le Jeu 31 Déc - 16:56, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arès

avatar

Nombre de messages : 624

MessageSujet: a seul a etre au sodan le pays de la queue et xde la chatte
Lun 28 Déc - 17:57

Voilà, j'ai rajouté la morale en dessous comme vous l'avez demandez modo.

Maxime 216
:

"La parfaite valeur est de faire sans témoins ce que l'on serait capable de faire devant tout le monde"

La perfection, c'est de faire tout seul ce que l'on pourrait faire devant une foule.


Maxime 324 :

Il y a dans la jalousie plus d'amour-propre que d'amour.

La jalousie est une forme d'égoisme, donc le contraire de l'altruisme.(quand on pense plus aux autres qu'à soi même).

Maxime 327 :

Nous n'avouons de petits défauts que pour persuader que nous n'en avons pas de grands.


On ne montre que ces petits défauts pour masquer les plus gros.


Maxime 372 :

La plupart des jeunes gens croient être naturels, lorsqu'ils ne sont que mal polis et grossiers.


C'est dans la nature des jeunes d'être mal polis et grossiers. (je ne suis point sûr de ma définition) .


Maxime 394 :

On peut être plus fin qu'un autre, mais non pas plus fin que tous les autres.

Peut-être qu'on est meilleur qu'une autre personne, mais ce n'est par pour cela qu'il faut se croire au dessus de tout le monde.


Maxime 409 :


Nous aurions souvent honte de nos plus belles actions si le monde voyait tous les motifs qui les produisent.

Souvent quand on fait une bonne action, c'est pour avoir quelque chose en échange.


Maxime 457 :


Nous gagnerions plus de nous laisser voir tels que nous sommes, que d'essayer de paraître ce que nous ne sommes pas.

Il ne faut pas se faire passer pour ce que l'on est pas.

Maxime 496 :


Les querelles ne dureraient pas longtemps, si le tort n'était que d'un côté.

Quand il y a un litige entre deux groupes, il ne faut pas tout mettre sur le dos d'un groupes, les deux sont responsables.


Arlequin, peux tu intégrer mon post dans le tien sur La Rochefoucault. Ensuite, est-ce que modo pourra le supprimer ?


Dernière édition par Arès le Mar 29 Déc - 17:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arlequin

avatar

Nombre de messages : 282
Age : 21

MessageSujet: Re: Tout sur les moralistes
Lun 28 Déc - 18:41

Je viens de mettre ton post dans celui de la Rochefoucault Arès.

Modo pouvez-vous supprimer le post précédent s'il vous plait (les maximes) ?
Revenir en haut Aller en bas
Arès

avatar

Nombre de messages : 624

MessageSujet: Re: Tout sur les moralistes
Mar 29 Déc - 14:43

Modo a écrit:
Vous n'abordez pas les différents styles des écrivains moralistes, car il n'y a pas que les aphorisme. Détaillez les différents procédés d'écriture et mettez les textes forts en valeur ...

Voilà, je rajoute donc ça :








Les moralistes ont différent styles ou formes d'écriture, il y a :







- les essais (oeuvre littéraire) :

Un essai, c'est un oeuvre de réflexion. Souvent,dans un essai on peut débattre sur le sujet du livre selon le point de vue de l'auteur.




Michel Montaigne :



Voilà un extrait du livre de Michel Montaigne (moraliste du 16ème siècle) "les essais" :

"J'ai la complexion du corps libre et le goût commun, autant qu'homme du monde.
La diversité des façons d'une nation à autre ne me touche que par le plaisir de la variété.
Chaque usage a sa raison. Soient des assiettes d'étain, de bois, de terre, bouilli ou rôti, beurre ou huile de noix ou d'olive, chaud ou froid, tout m'est un, et si un que vieillissant, j'accuse cette généreuse faculté et aurais besoin que la délicatesse et le choix arrêtât l'indiscrétion de mon appétit et parfois soulageât mon estomac. Quand j'ai été ailleurs qu'en France et que, pour me faire courtoisie, on m'a demandé si je voulais être servi à la française, je m'en suis moqué et me suis toujours jeté aux tables les plus épaisses d'étrangers.
J'ai honte de voir nos hommes enivrés de cette sotte humeur de s'effaroucher des
formes contraires aux leurs : il leur semble être hors de leur élément quand ils sont hors de leur village. Où qu'ils aillent, ils se tiennent à leurs façons, et abominent les étrangères. Retrouvent-ils un compatriote en Hongrie, ils festoient cette aventure : les voilà à se rallier et à se recoudre ensemble, à condamner tant de moeurs barbares qu'ils voient. Pourquoi non barbares, puisqu'elles ne sont françaises ? Encore sont-ce les plus habiles qui les ont reconnues, pour en médire. La plupart ne prennent l'aller que pour le venir. Ils voyagent couverts et resserrés d'une prudence taciturne et incommunicable, se défendant de la contagion d'un air inconnu."


Voilà ce que je peux en dire :

Dans cet extrait, Montaigne s'attaque aux personnes qui sont fermées d'esprit. Même quand elles sont à l'étranger, elles ne font pas d'efforts pour s'adapter et attendent que les autres s'adaptent à elles.
" Où qu'ils aillent, ils se tiennent à leurs façons, et abominent les étrangères"

Ces personnes trouvent que tout est mieux chez elles avant même d'avoir été chez les autres, (c'est une critique universelle) que ce soit la nourriture, les couverts :

"Soient des assiettes d'étain, de bois, de terre, bouilli ou rôti, beurre ou huile de noix ou d'olive, chaud ou froid, tout m'est un"

ou encore :

" Quand j'ai été ailleurs qu'en France et que, pour me faire courtoisie, on m'a demandé si je voulais être servi à la française, je m'en suis moqué et me suis toujours jeté aux tables les plus épaisses d'étrangers."

Dans cet extrait, il témoigne son expérience personelle, il nous fait part du contraste entre deux manières de voyager à l'époque, c'est également un encouragement à découvrir la différence.



- les portraits :

Je n'ai pas trouvé d'image.

Un portrait, c'est une "image" que les moralistes font ressortir de leurs écrits souvent sur les habitudes de l'homme et les moeurs de la vie quotidienne.

- les caractères :

Comme l'a fait Jean de La Bruyère, un caractère, c'est une façon de "payer sa dette" à la société ironiquement. C'est un recueil de maximes et de portraits, destinés à dépeindre les mœurs de l'époque.




Voilà un extrait des caractères de Jean de la Bruyère :


"De la société et de la conversation"




« J'entends Théodecte de l'antichambre ; il grossit sa voix à mesure qu'il s'approche. Le voilà entré : il rit, il crie, il éclate ; on bouche ses oreilles, c'est un tonnerre. Il n'est pas moins redoutable par les choses qu'il dit que par le ton dont il parle. Il ne s'apaise et ne revient de ce grand fracas que pour bredouiller des vanités et des sottises. Il a si peu d'égard au temps, aux personnes, aux bienséances, que chacun a son fait sans qu'il ait eu l'intention de le lui donner ; il n'est pas encore assis qu'il a, à son insu, désobligé toute l'assemblée. A-t-on servi, il se met le premier à table et dans la première place ; les femmes sont à sa droite et à sa gauche. Il mange, il boit, il conte, il plaisante, il interrompt tout à la fois. Il n'a nul discernement des personnes, ni du maître, ni des conviés ; il abuse de la folle déférence (respect, considération) que l'on a pour lui. Est-ce lui, est-ce Euthydème qui donne le repas ? Il rappelle à soi toute l'autorité de la table, et il y a un moindre inconvénient à la lui laisser entière qu'à la lui disputer. Le vin et les viandes n'ajoutent rien à son caractère. Si l'on joue, il gagne au jeu ; il veut railler celui qui perd, et il l'offense ; les rieurs sont pour lui ; il n'y a sorte de fatuités (vanité) qu'on ne lui passe. Je cède enfin et je disparais, incapable de souffrir plus longtemps Théodecte, et ceux qui le souffrent. »

Voilà ce que je peux en dire :


Tout d'abord, La Bruyère présente ses portraits comme des devinettes. Il faut trouver quel genre de personne est visé. Pour ce passage, le portrait est sans doute celui d'un personnage riche et puissant. On voit à plusieurs reprises qu'il est très vaniteux et qu'il se croit tout permis en raison de sa richesse aux "j'entends" et "je disparais" de notre texte. On a ainsi l'impression que le narrateur perd son calme.


- les maximes :
Une maxime est une vérité écrite par un auteur, elle est souvent brève, critique ou bien ironique. Celle ci doit marquer l'esprit surtout à cause de sa brièveté.






Il y a déjà des maximes en haut de la page.

- les aphorisme ou sentences :

Un aphorisme est un écrit bref qui résume l'essentiel d'une pensée, d'un principe.

-et les adages :

L'adage, c'est une formule d'origine ancienne et populaire qui exprime une règle générale de conduite. (donne des directives pratiques ou morales).

Le point commun entre toutes ces formes, c'est leur brièveté (textes courts) et leur autonomie (être indépendant et libre dans ses écrits, écrire ce que l'on pense au risque d'être censuré).
*
Revenir en haut Aller en bas
Arès

avatar

Nombre de messages : 624

MessageSujet: Re: Tout sur les moralistes
Jeu 31 Déc - 14:54

Arlequin, tu peux également rajouter cela dans ton post sur La Rochefoucault.



Les maximes sont numérotés de 1 à 504. Les maximes n°26,30,31,49,62,63,71,72,76,83,84,110,112, 119,127,142,146 et 149 sont des paradoxes.

Un paradoxe, c'est quand on présente une idée sous une forme qui semble illogique, mais après réflexion, on voit bien le sens de la phrase.
Voilà un exemple, le fameux "festina lente" qui signifie dépêche toi vite.

C'est vrai qu'au début, ça semble illogique cependant si on se pose dessus, on arrive à en comprendre le sens, ça veut dire qu'il faut vite commencer à faire quelque chose pour ensuite pouvoir le faire lentement, à son rythme.

Voilà quelques exemples que j'ai pris dans le florilège de maximes de La Rochefoucault :

n°31 :

Si nous n'avions point de défauts, nous ne prendrions pas tant de plaisir à en remarquer dans les autres.

n°71 :

Il n'y a guère de gens qui ne soient honteux de s'être aimés quand ils ne s'aiment plus.

n°112 :

Les défauts de l'esprit augmentent en vieillissant comme ceux du visage.

n°146 :

On ne loue d'ordinaire que pour être loué.

n°149 :

Le refus des louanges est un désir d'être loué deux fois.

Revenir en haut Aller en bas
Arès

avatar

Nombre de messages : 624

MessageSujet: Re: Tout sur les moralistes
Jeu 31 Déc - 16:36

Modo, qu'est-ce que vous pensez de notre exposé ?
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Aidactif
avatar

Nombre de messages : 19831

MessageSujet: Re: Tout sur les moralistes
Jeu 31 Déc - 17:57

Il faut faire deviner les idées comme "paradoxes" plutôt que dire directement le mot. Ce ne doit pas être un monologue, de même il faut faire interpréter le sens de certains aphorismes plutôt que de les expliquer directement ( sauf si le sens est évidemment limpide)...

Je vois peu exploité aussi la piste des caractéristiques propre à l'écriture classique que l'on peut trouver chez les moralistes ( exemple à l'appui )

Je suis surpris de voir pour l'instant si peu exploité le livre que je vous ai prêté sur l'écriture propre aux moralistes, sur les portraits de Labruyère aussi ...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arès

avatar

Nombre de messages : 624

MessageSujet: Re: Tout sur les moralistes
Sam 2 Jan - 15:00

Modo, pour l'exposé, je n'ai pas très bien compris coment il faut présenter les idées comme paradoxe. Faut il faire une devinette et mettre la réponse à la fin.
Et pour le livre, je l'ai pratiquement terminé cependant, il faut avouer que je ne comprends pas grand chose, est-ce que nous parlions tout les deux de cellui-là ? (je le trouve très compliqué) .


Revenir en haut Aller en bas
Modo
Aidactif
avatar

Nombre de messages : 19831

MessageSujet: Re: Tout sur les moralistes
Sam 2 Jan - 15:07

Tu as certaines idées principales bien soulignées dans le livre, non ?

Pour le reste il faut faire comme un prof en cours, faire participer simplement les autres en les questionnant ...pour leur faire deviner ce qu'il y a de particulier dans la formation d'une maxime, à partir de leur réponse leur faire dire le mot paradoxe " alors, comment appelle-t-on cerre façon de présenter les choses d'une façon qui semble a priori contradictoire ou peu logique? " puis leur faire expliquer le paradoxe de la maxime, comme on peut comprendre sa logique, quitte à rectifier, préciser ...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arès

avatar

Nombre de messages : 624

MessageSujet: Re: Tout sur les moralistes
Sam 2 Jan - 15:10

D'accord.

Est-ce que vous faites passer en premier les groupes qui ont fait le plus de choses pour laisser une autre chance aux groupes en difficultés ou est-ce qu'au contraire vous voulez les punir de leur manque de travail et faire passer en premier les groupes qui ont un peu plus travaillé ?


Spoiler:
 


Dernière édition par Arès le Sam 2 Jan - 15:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Aidactif
avatar

Nombre de messages : 19831

MessageSujet: Re: Tout sur les moralistes
Sam 2 Jan - 15:17

Solution numéro 2.

Et "punir" n'est pas le mot ... r ir On récolte seulement ce qu'on sème, c'est une loi universelle ja p

Donc ceux qui sèment mal ( ou rien ) se punissent simplement eux-mêmes et ne peuvent accuser le destin de méchanceté ou d'injustice. s urp
Et ceux qui sèment ce qu'il faut ne peuvent "accuser" la chance de leur réussite non plus mais ils ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes de leurs bons résultats redface
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arès

avatar

Nombre de messages : 624

MessageSujet: Re: Tout sur les moralistes
Sam 2 Jan - 15:24

Très bien !
Revenir en haut Aller en bas
Arès

avatar

Nombre de messages : 624

MessageSujet: Re: Tout sur les moralistes
Sam 2 Jan - 15:36

C'est une étude littéraire qui explique et raconte la façon d'écrire de Jean de La Bruyère.


-Dans le livre on dit que La Bruyère "paye sa dette" à la société avec ironie.
-Il est totalement contre les faussaires (les personnes fausses qui se font passer pour ce qu'ils ne sont pas).
-Il dit que le lecteur est l'auteur du livre.

-Il dit également que c'est une époque de combats intellectuels intenses.

Voilà les principales idées que j'ai retenu de ce livre, ensuite j'ai déjà pas mal cité les différentes phrases et citations du livre dans les différents posts de ce topic.
Revenir en haut Aller en bas
Arlequin

avatar

Nombre de messages : 282
Age : 21

MessageSujet: Re: Tout sur les moralistes
Sam 2 Jan - 16:18

Modo, faut-il parler des points communs que l'on retrouve chez ces trois moralistes : la brièveté, L'écriture discontinue, but didactique (instruire) etc. ?

Si oui, je m'occuperai d'une partie de ceux-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Aidactif
avatar

Nombre de messages : 19831

MessageSujet: Re: Tout sur les moralistes
Sam 2 Jan - 16:21



C'est essentiel ... et le faire deviner surtout au travers d'exemple pour déterminer les caractéristiques de ce style ...

Puis les tonalités parfois neutre ou alors au contraire ironique, caricaturales, voire carément satiriques de certains textes ...

Plutôt les idées sur le rôle du moraliste, qui semble tendre un miroir au lecteur.
Et ce dans quel but ?
Faire le lien avec la grande devise du temple de Delphes aussi ...

Et les particularités d'écriture des moralistes ( écriture fragmentaire, les formules concises et lapidaires, l'emploi du présent de vérité générale ou de l'infinitif etc. L'art du portrait moral et du portrait en action, etc. ) autant d'idées spécifiques à ce genre d'écriture à développer ...

Et je n'ai encore vu aucun exemple de maximes ou de fables, de portraits illustrant bien les caractéristiques du mouvement littéraire classique ( cf le cours ) ja p
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arlequin

avatar

Nombre de messages : 282
Age : 21

MessageSujet: Re: Tout sur les moralistes
Sam 2 Jan - 16:30

Très bien.

Arès je ne pourrai pas commencer aujourd'hui car je dois y aller cependant je le ferai.
Revenir en haut Aller en bas
Arès

avatar

Nombre de messages : 624

MessageSujet: Re: Tout sur les moralistes
Sam 2 Jan - 16:35

Très bien.
Revenir en haut Aller en bas
Romulus

avatar

Nombre de messages : 435

MessageSujet: Re: Tout sur les moralistes
Mer 6 Jan - 15:24

J'ai commencé à faire un quizz cependant il vaut mieux que l'on finisse l'écriture discontinue, la brièveté, le but didactique.
Comme le dit modo C'est essentiel.
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Aidactif
avatar

Nombre de messages : 19831

MessageSujet: Re: Tout sur les moralistes
Mer 6 Jan - 15:28

Et puis des exemple de citations montrant bien le lien avec le style d'écriture préconisée par le classicisme, de même que les thèmes abordés ( cf leçon )
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Romulus

avatar

Nombre de messages : 435

MessageSujet: Re: Tout sur les moralistes
Sam 9 Jan - 15:56

III)Quels points communs retrouve-t-on chez ces trois moralistes?

-La brièveté

Les écrits de ces trois moralistes marquent l'esprit surtout à cause de leur brièveté (courte durée).

-L'écriture discontinue


Ces trois moralistes écrivent des textes courts sans suite qui grâce à cela ils refusent par là le discours construit, démonstratif.

-Donner du plaisir au lecteur


Ces trois moralistes donne du plaisir au lecteur en utilisant la versification car leur but est de plaire toujours.
Pour cela ils utilisent des aphorismes, des réflexions, des portraits, des récits, des dialogues. . .


-But didactique


Pour instruire ils utilisent des morale.


exemple:

Par exemple La Fontaine dans ces Fables utilisent des morales qui sont certifiées par une histoire.


Spoiler:
 


La Rochefoucauld à écrit un recueille de ses morales.

Voici quelques une de ses célèbres maximes :

Spoiler:
 

Fait avec Arlequin.
Revenir en haut Aller en bas

Tout sur les moralistes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Cafet' :: Index du forum :: Les mains tendues... :: Français :: Exposés-
Archivehost Synonymes Dico répétoscope Bonpatron Contacter la modération