AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Partagez|

Récapitulatif des règles d'orthographe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Modo
Aidactif
avatar

Nombre de messages : 19957

MessageSujet: Récapitulatif des règles d'orthographe
Sam 27 Aoû - 13:28

Les règles d'or de l'orthographe 
M.Govaert

récapitulatif des grandes règles à savoir utiliser.

R1 : A/ mots invariables B/Orthographe lexicale
R2 : son é/er/ait/ez/ai
R3 : a, as, à, ah / et, es, est, ai, aie, ait / son, sont / on, ont
R4 : ou/où / la, là, l'as, l'as/l'a
R5 : se/ce/ceux
R6 : sa, ça, çà (+ règle cédille)
R7 : ses, ces, c'est, s'est, sais, sait
R8 : peu /peux/peut
R9 : peut-être / peut être
R10 : leur/leurs
R11 : tout / tous
R12 : A/ noms féminins en -té et -tié + B/ noms masculins en -ée
R13 : pluriel des noms A/simple. -al, ail, ou, au, eu B/ composé
R14 : Les adjectifs de couleur A/ concret B/composé
R15 : Adverbes en -ment. 1) -ant/ent 2) voyelle 3) consonne
R16 : consonne muette finale A) participe passé B) nom, adjectif
R17 : accord du participe passé avec être
R18 : accord du participe passé avec avoir
R19 : accord du participe à la forme pronominale
R20: Présent de l'indicatif
R21 : présent de l'impératif
R22 : présent du subjonctif
R23 : passé simple
R24 : -rai/-rais (futur ou conditionnel)
R25 : Ponctuations a/ , B/ : C/ ? D/ ! E) … F). G) espace H) dialogue I) trait d'union + élision
R26: accent/élision : 1/ pas d'accent 2/ circonflexe 3/tréma 4/ élision
R27 : 1/ m ou n  2/ S ou SS  3/ ex ou exc  4/ cédille ?
R28 : A) les chiffres B) quel C) quelque D) même M) maint, nul, tel N) chaque
R29 : accords difficiles. A) la plupart B) « qui » C) confusion pronom sujet/COD D) sujet éloigné E) il + je
R30 : les confusions possibles homophones/paronymes.






Règle 1-A : Mémoriser la liste d'expressions invariables à savoir orthographier.

La bonne nouvelle, c'est que l'orthographe de ces mots ne change jamais, puisqu'ils sont invariables.

Malgré (pas de s!)
NB : "malgré" est suivi uniquement d'un nom ou d'un pronom … Ex : malgré lui, malgré sa maladie ...
Il n'est pas suivi de "que" ... Ne pas dire "malgré que" mais "bien que"

Parmi
Parce que

Quelque chose / quelqu'un / quelques-uns
Au revoir / Au secours
Être en train de …
Hormis / Excepté / à part ( = sauf)
Volontiers
CerteS / évidemment / bien sûr
D’ ailleurs / D'abord / D'accord
Davantage (plus)
Jusqu’ à ce que
Est-ce que ... ?
Quelquefois / Toutefois / Parfois ( tout attaché )…
Des fois ( = plusieurs fois )
En tout cas / De toute façon
Néanmoins, cependant, toutefois ( = mais)
En effet - Au fait - En fait
De rien - De suite - Sinon
Auparavant ( =avant cela) / Dorénavant ( =à partir de maintenant)
Naguère / Jadis / Autrefois / Il y a très longtemps
Ne… guère ( = ne …pas)
Ex : Il n’aimait guère la guerre. (Ne pas confondre ces deux mots !)
etc. (un seul point)
Cela (sans accent, comme son abréviation > ça )
Voilà / Déjà / çà et là ( = par ci par là) Ici avec accent car désigne un lieu.
Le velours / Un puits / Un corps / Un héros / Une souris / Un tapis / Un permis

C’està dire
Soidisant ( = qui se prétend soi-même quelque chose)
Soi-disant ne s'emploie que pour une personne qui prétend quelque chose à propos d'elle-même.
On ne peut donc l'employer à propos d'une chose qui ne "dit" rien. Ainsi on ne dira pas : Ce cheval est un soi-disant pur-sang ; un livre soi-disant facile ( on utilise alors selon le contexte : "prétendu" ou "prétendument" )
Tant pis !
Hélas ! Las !
Eh bien ! Eh ben ! Eh oui ! Eh non ! ( Eh ! = interjection, mot exclamatif)
Grâce à ( lui)
Quand/Quant : Quant à (lui) = en ce qui concerne / Quand = lorsque

Quelques règles à connaître :

1 Chaque ne s’emploie qu’au singulier, ainsi que le mot qui suit :
Chaque soir / Chaque élève / Chaque parent / Chaque jour (= chacun)

2 Les noms de mois ne prennent pas la majuscule en français :
le mois de décembre, le 5 avril, etc.

3 Règle pour DEMI et NU :

Demi et nu sont ... invariables quand ils sont devant un nom (et avec un trait d’union.)

EX : Une demi heure / Avoir des nu-pieds / nu-tête

Mais ils sont variables s'ils se trouvent après un nom.

Ex : Avoir les pieds nus. (Accord, puisque « nu » est placé après le nom pluriel pieds.) /être tête nue
Quatre heures et demie
/!\ (demi est ici placé après le nom heure, donc s'accorde comme lui au féminin, mais reste au singulier car c'est la moitié d'une seule heure)



Mots invariables complémentaires (niveau supérieur)

De surcroît / En outre ( = En plus)

En l’ occurrence (= et plus précisément, dans le cas qui nous intéresse…)
ex : Une mère à son fils : « As-tu bien fait tout ce que je t’avais demandé , en l’occurrence le fait de ranger ta chambre ? »

D’ores et déjà ( = maintenant déjà : ne s’emploie que dans une phrase liée au moment présent )
Ex: Il est d'ores et déjà parti ( = au moment où je parle)

La plupart (+ verbe au pluriel)

Voire ( = et peut-être même) <> Ne pas le confondre avec le verbe Voir
Ex : Il est là depuis des mois, voire des années …

Au temps pour moi ! (vraie orthographe de l'expression. L'orthographe fautive "Autant pour moi" commence juste à être tolérée )

Ex æquo (=à égalité)

Un poids ( du verbe peser) / Un pois (celui qui se mange)
Un remords ( = le fait de s’en vouloir d’une chose que l’on n’aurait jamais dû faire… )
Ne pas confondre avec le regret qui est le fait de s’en vouloir au contraire de ne pas avoir fait quelque chose.

Les mots finis par Z, X, S ne prennent pas de s au pluriel :
les raz de marée, les gaz toxiques, les nez rouges, les différents riz.

De bon gré ( avec plaisir, de bon cœur) / De mauvais gré (malgré soi, à contre cœur)

Savoir gré = être très reconnaissant (en langage soutenu, en l'occurrence dans les lettres)
Ex : Je vous saurais gré de bien vouloir… je vous sais gré de…




Règle 1- B / Apprendre l'orthographe lexicale de mots souvent mal orthographiés.


Intéresser - Intéressant - Un intérêt
interroger - interrogation

Développer - Une enveloppe (un L et 2 p)

Apercevoir (un seul p)

Un Souci (sans s, sauf au pluriel)

Un vieil homme - Une vieille personne - Un vieillard

Une discussion - Une conversation

Descendre

Le langage (pas de u, sauf en anglais)

Une vengeance

Une aventure

Un schéma

Une opinion

Un cauchemar (sans d !)

L'existence

Un écho

Le chaos ( Chaotique )

Une clef - une clé

Ôter (= enlever )

Mêler (= mélanger ) - pêle-mêle (en vrac, tout mélangé, entremêlé)

Errer ( aller çà et là )

Le suspense

Avoir tort (à ne pas confondre avec : je tords, il tord = verbe tordre)

Le règne / Régner

Accueil / recueil / orgueil (u devant le ei)

Connexion

Désolé(e) ! : Accord si c'est une fille. SURTOUT PAS de 'er' à la fin
Taper : un seul 'p'!

Raisonner : réfléchir, faire appel à la raison

Résonner : se dit d'un bruit qui "re" sonne = qui sonne à nouveau.
Souhaiter – Un souhait
Excellent – un excès – le progrès
récent – patient – ardent – négligent – innocent
Fainéant
Feignant d'être … ( verbe feindre = faire semblant)
immense
Il a dû (participe du verbe devoir)
Sûr (e) = certain (ne pas confondre avec la préposition « sur » =dessus)

(se) nourrir / nourrice/ nourriture
mourir et courir : un seul R, sauf au futur/conditionnel.
Ex : Hier, je courais/il courait/il mourait (imparfait = un r)
Demain, je courrai/ il courra / il mourra (futur). Il espérait qu'il mourrait (conditionnel) le lendemain

Solennel (= qui a le sérieux d'une cérémonie). Ex : une voix solennelle/ prendre un air solennel.
Solennellement – faire des solennités



Règle 2 – Le son é / er / ez / ait / ai (en finale des verbes)
En cas d'hésitation, il suffit d'appliquer cette astuce : remplacer mentalement le verbe par "vendre" :
 
 
 
Si on entend (phonétiquement, bien sûr) :
 
" Vendé " --> EZ (vous)  //  (Si un autre sujet → terminaison d' imparfait) AIS, AIT, AIENT
 
 
Vendre (infinitif) ----> ER
 
 
Vendu(es) (participe passé) ----> é (es ) accord éventuel
 
 
Vendis (je, au passé simple ) ---> Ai (ex : Soudain, je tombai)



Règle 3 : Distinguer des homophones fréquents : a/à/ah – et/es/est/ai/aie/aies/ait- son/sont- on/ont

On écrit :
as/ a  si on peut donc les remplacer par avais / avait ( < avoir)

à, si on ne peut pas > la préposition invariable avec accent.   

Ah, si c'est une interjection qui exprime une réaction ou une émotion (surprise, colère, emportement ...)



Et si on peut le remplacer par "et puis" ( > conjonction de coordination)

Es si on peut dire "étais" (avec "tu")   > ( être à la 2ème personne du singulier)

Est > si on peut dire "était" (avec il/elle/on) > être

AI si on peut dire "avais" (avoir à la personne "je", présent de l'indicatif) > j'ai

AIE si c'est un ordre. ex : Aie tes affaires ! (impératif du verbe avoir)

Aie, aies, ait = après « que » et si on peut le remplacer par "sache(s)" (> subjonctif présent).
Ex : Il faut que tu aies tes affaires/qu'il ait ses affaires -> Il faut qu'il sache ... (> subjonctif)



SON : marque l'appartenance (déterminant possessif) = le sien

SONT : Peut se remplacer par "étaient". ( > être à la 3ème personne du pluriel).
Ex: Ils sont (<étaient) dans son véhicule (< le sien)



On : peut se remplacer par « nous » « il » ( > pronom)
ont : peut se remplacer par « avaient » ( > avoir)




Règle 4 : ou / où - la / là / l'as / l'a

- ou < si je peux dire  « ou bien » > N : conjonction de coordination
- où < si désigne un lieu > N : pronom relatif F : CCL


- la , si c'est l'équivalent de « le » :
devant un nom > déterminant défini  (la lionne) < le lion
devant un verbe > pronom personnel (Il la regarde) < Il le regarde

- là, avec accent, indique le lieu. > On peut le remplacer par 'là-bas'

- L'a/ l'as : on peut remplacer par « l'avait » ou « l'avais »


Règle 5 : Sa /ça/ çà (+ règle de la cédille)
SA = « ma/ta » > déterminant possessif (sa maison = la sienne)

ça = cela -> pronom démonstratif

çà = un endroit > adverbe de lieu, avec un accent. Ex : aller çà et là ...

Règle de la cédille : elle se met uniquement devant a, o, u (jamais devant e, i, y)
ex : français /Françoise/ Francis/ Glace/ glaciaire/ il glaçait / aperçu apercevoir/ cycle/ merci


Règle 6 : SE / CE / CEUX
se = soi-même > pronom réfléchi, qui s'emploie à la forme pronominale, quand on fait l'action sur soi-même ( ex : il se demande = il demande à soi-même/ à lui-même)

Autre astuce : mettre le verbe à l'infinitif. Si on garde "se" devant l'infinitif, c'est que le verbe est bien à la forme pronominale et qu'il faut écrire SE.

Ex: Ils se lèvent > se lever // Il se passe >  se passer ..

ce = cela ou « cette » au féminin > déterm. ou pr démonstratif (comme si on montrait du doigt)

Ex :  : Ce boulanger => / Cette boulangère > déterminant démonstratif.

Ce fut une bonne idée !  --> Cela fut une bonne idée > (pronom démonstratif)

Ceux = ces personnes / ces gens > pronom démonstratif (pluriel)

Il a félicité ceux qui avaient participé. ( = les gens/les personnes qui)



Règle 7 : ses / ces / s'est / c'est / sais /sait
En cas de doute, on peut les remplacer par :

SES => son / sa  (déter. Possessif)
CES => ce / cette (déter. Démonstratif)
C'est = cela est (pr. démonstratif + verbe être)
S'est => devient « se » si on met le verbe à l'infinitif  (pr. Réfléchi)
Ex : Que s'est-il passé ? ( > se passer)
Sais > verbe savoir (je/tu) >  Je sais; tu sais
Sait > verbe savoir (il/elle/on) > Il sait que ...


Règle 8 : peu / peux / peut

- peu = pas beaucoup de
- peut => vient de pouvoir, à la personne il/elle/on > il peut.

- peux => vient de pouvoir, personne je ou tu > je peux, tu peux.



Règle 9 : peut-être / peut être

- peut-être, avec trait d'union = sans doute, probablement.

- peut être, sans trait d'union = « pouvoir  être », à la personne il/elle/on. On peut dire « pouvait ».

Ex : Ce garçon peut être agressif ! > Ce garçon pouvait être agressif !
Mais : Il est peut-être agressif > Il est sans doute agressif.



Règle 10 : Leur / leurs 

I) Devant un verbe, leur est un pronom personnel invariable
( = à eux )

EX : Les professeurs leur expliquent... ( = à eux )


II) Devant un nom, leur est déterminant possessif - variable.


NB - On ne le met au pluriel que s'il y a plusieurs objets possédés par personne.


EX : Les élèves sortent leur classeur ( Pas de "s" = s'ils sortent un classeur chacun )

Les élèves sortent leurs classeurs ( avec "s" = s'ils sortent plusieurs classeurs chacun )




Règle 11 : tout / tous/ toux

1) Devant un nom (ou GN), il est déterminant et s'accorde avec ce nom.
Ex : Tous les hommes ( « Tous » s'accorde avec «les hommes », donc pluriel)
Tout le monde (tout s'accorde avec « le monde », donc au singulier)
/!\ « Tout » reste singulier si on peut le remplacer par « peu importe lequel ».
Ex : Tout homme (= peu importe lequel) rêve d'une vie meilleure.

2 ) Devant un verbe, il est pluriel s'il signifie « tous sans exception ».
ex : Tous sont venus (= tous sans exception)
Si TOUT = très /tout à fait, c'est un adverbe invariable > TOUT
Ex : Elles sont tout émues (=très) Ils sont tout petits (=très)
« ils sont tout mouillés » (= entièrement) // « ils sont tous mouillés »(= tous sans exception)
Les deux peuvent s'écrire, mais le sens de la phrase change.

3) La toux = le fait de tousser
Ex : avoir une quinte de toux.



Règle 12 :
A) les noms féminins en -té et -tié
B) quelques noms masculins en -ée

A) Les noms féminins abstrait en -té et-tié ne prennent pas de -e :
Ex: Une qualité , une humanité, la liberté, la bonté, la loyauté, la vérité
La pitié ; La piété (l'attachement religieux) L'amitié ≠ l'inimitié (la haine)
la charité (= générosité désintéressée), la vanité ( = 1/ orgueil 2/ chose vide de sens) l'humilité (=modestie), la fierté, la rareté la cruauté, la rapidité, l'humidité, la lâcheté …

NB : Seuls ces noms féminins concrets en -té prendront le -e du féminin :
Une dictée, une pâtée, une jetée, une montée.
Ainsi que ceux concrets exprimant un contenu : une fourchetée, une portée, une potée, une pelletée, payer une nuitée d'hôtel (= le contenu d'une nuit)

B) Quelques noms masculins en -ée (mots d'origine grecque)
Un athée (personne ne croyant en aucun dieu) Un camée (bijou de pierre sculptée)
Un hyménée (un mariage) Un gynécée (pièce réservée aux femmes)
Un caducée (bâton avec un serpent, symbole de la médecine, ou deux serpents, symbole d'Hermès)
Un macchabée (un cadavre – lang. Familier) Un mausolée (très grande tombe)
Un apogée (le plus haut sommet d'une chose) Un pygmée (tribu de petite taille)
Le coryphée (chef de chorale dans le théâtre grec) le Colisée (le grand amphithéâtre de Rome), Un trophée, un musée, un lycée, un scarabée, L’Élysée.
Thésée, Orphée, Persée, Enée, « Être dans les bras de Morphée » (dieu des rêves)


Règle 13 : A) le pluriel des noms simples


1. Les noms en -al font leur pluriel en -aux.
Ex ; un idéal > des idéaux. /principal (-aux) / cheval (-aux)/ canal (-aux)

Exceptions : bal, carnaval, cérémonial, chacal, festival, récital ... ont un pluriel en -als. Des bals, des carnavals, des chacals, des festivals …



2. Les noms en -ail font généralement leur pluriel en -ails.
Un chandail > des chandails ; un rail > des rails ; (des portails ; des détails ...)

Exceptions : corail, soupirail, travail, vantail, vitrail, bail qui font leur pluriel en -aux.
Des coraux, des travaux, des vitraux, des baux …



3. Les noms en -au, -eau et -eu prennent généralement un x au pluriel.
Un jeu > des jeux, beau > beaux, feu > feux, milieu > milieux , tuyau > tuyaux

Exceptions : landau, bleu, pneu … prennent un s.
Des landaus avec des pneus bleus.



4. Les noms en -ou font généralement leur pluriel en -ous.
ex : un clou/des clous, un bambou/des bambous, un sou/des sous, un trou/des trous

Exceptions : bijou, caillou, chou, genou, hibou, joujou et pou, qui prennent un x.
> des bijoux, des cailloux, des choux, des genoux, des hiboux, des joujoux, des poux.


Règle 13 : B) le pluriel des noms composés
1) Nom + adjectif > les deux s'accordent

Ex :
- Un coffre-fort > des coffres-forts.
-  Un rouge-gorge > des rouges-gorges
- un grand-père > des grands-pères
- un sourd-muet > des sourds-muets...
- Un chou-fleur > des choux-fleurs.


2) Quand le premier mot se termine par o, celui-ci ne varie pas.

Des électro-aimants. Des micro-ondes. Des films franco-espagnols,
des statues gallo-romaines/gréco-romaines, etc.


Beaucoup d'entre eux peuvent s'écrire dorénavant soudés (nouvelle orthographe)
Ex : Socioéducatif, autoévaluation, etc.


3) quand il y a un verbe, celui-ci ne prend pas le pluriel.
Pour l'autre mot, il faut respecter la logique :
Ex : Un porte-clés (Il porte plusieurs clés, même s'il n'y en a qu'un) > des porte-clés
un abat-jour > des abat-jour (ils abattent le jour)
un tire-bouchon(s), des tire-bouchons
Un arc-en-ciel > des arcs-en-ciel (il y a plusieurs arcs, mais un seul ciel)
Un timbre-poste > des timbres-poste (=de la poste)



Règle 14 : les adjectifs de couleurs

Les adjectifs de couleur s'accordent généralement :
Ex : Des robes bleues, des pulls bleus / des stylos noirs, des clés noires

NB : Ils ne s'accordent pas  dans deux cas :

A) si le nom de la couleur désigne une chose concrète (fruit, minéral, etc.)

Ex : des pantalons marron (= de la couleur du marron)
Des robes orange (=de la couleur de l'orange) Des yeux noisette
Ainsi, les couleurs turquoise, chocolat, cerise, olive, kaki, or, abricot, citron, brique, ivoire … ne s'accordent pas.
Exceptions : rose, mauve et fauve.

B) si l'adjectif de couleur est composé.
Ex : des robes bleu clair/ vert anis / jaune foncé/ bleu marine / jaune paille / rouge vif
Aucune des deux parties ne prendra le s du pluriel.







Règle 15 : les adverbes de manière en -ment



Il n'y a que trois possibilités, faciles à savoir.
Il suffit de retrouver l'adjectif sur lequel cet adverbe est formé :


I) si l'adjectif se finit par -ant ou -ent  > l'adverbe s'écrira -mment

Et on garde la voyelle utilisée dans l'adjectif :

Innocent => e => Innocemment
Patient => e => Patiemment
Brillant => a => Brillamment
Violent => e => Violemment
Étonnant => a => Étonnamment
Intelligent => e => Intelligemment
D'autres à mémoriser :
récent > récemment// apparent > apparemment // différent > différemment
Fréquent > fréquemment // ardent > ardemment // instant > instamment // suffisant > suffisamment // pertinent > pertinemment // Évident > Évidemment //précipitant > précipitamment // élégant > élégamment


II) S'il l'adjectif se finit par une voyelle, on lui ajoute juste -ment.

absolu → absolument // poli → poliment // hardi →hardiment // résolu →résolument
goulu → goulument // vrai → vraiment // prétendu →prétendument //
spontané→ spontanément



III) S'il se finit par une consonne, on le met au féminin + -ment.

Naturel ---> naturelle --> naturellement

Moyen –----> moyenne –-> moyennement
Nul > nulle/ment ; tel > telle/ment ; exceptionnel > exceptionnelle/ment ; doux > doucement
NB : gentil > gentiment (seule exception) 



Règle 16 : Pour savoir si un mot se finit par une consonne muette.
A) pour les participes passés
B) pour les noms/adjectifs


A) Comment connaitre la terminaison d'un participe passé ?

Astuce : mettez-le au féminin et vous l'entendrez ! (faites-le précéder de : « une chose est ... »?)

Il a pris ou il a prit ?
=> une chose est prise => on entend 's'  → il a pris


Tu as fait ou tu as fais ?
=> une chose est faite => on entend 't' → Tu as fait


Tu as fini / finis / finit ?
Une chose est finie (on n'entend pas de consonne) > Il a fini // Une chose est permise > Il a permis
Il a inclus < une chose est incluse / Il a exclu < une chose est exclue.


B) Pour connaître la finale muette de certains noms/adjectif.
Il suffit de trouver un mot de la même famille où on entend quelle est cette lettre.

Ex : un champ (champêtre) / campagnard (campagnarde) / un tapis (tapisser) / la galop (galoper) / le plomb (plombier) / un fracas (fracasser) / un fusil (fusiller) / un mât (un matelot) / plat (plate)
Un tronc (tronçonner) / un sanglot (sangloter) / un vagabond (une vagabonde) / outil (outillage)
gentil (gentille) / un croc (accrocher) / rang (ranger) / un tas (tasser) / un camp (campement



Règle 17 : Accord du participe passé ou de l'adjectif si auxiliaire être (ou verbe d'état)

/!\ Si le verbe est à la forme pronominale (le verbe aurait un « se » à l'infinitif), voir la règle 19 !

NB : Après un verbe d'état (être, devenir, avoir l'air, sembler, etc.), l'adjectif comme le participe passé s'accordera avec le sujet.
Ex : Il est parti / Ils sont partis / Elle est partie / Elles sont parties
Elles semblent tranquilles.

-NB : On est venus/ venues
( si "on" est l'équivalent d'un "nous", on peut accorder le participe au pluriel logique)
Ex : On était mortes de fatigue.
Rappel : le « on » mis pour « nous » appartient au langage familier, et il vaut donc mieux l'éviter.


Règle 18 : L'accord du participe passé avec l’auxiliaire avoir.


Le participe passé après l'auxiliaire avoir ne s'accorde jamais avec le sujet, mais peut s'accorder avec le COD, uniquement si celui-ci est placé avant.


Ex : Elle a envoyé quatre lettres. ("envoyé" après « avoir » ne s'accorde pas avec le sujet "elle")

Le COD "lettres" se trouve après le participe : pas d'accord non plus avec le participe "envoyé".

/!\
Les quatre lettres que j'ai envoyées sont bien arrivées.

'que'  (pronom relatif qui remplace les 'quatre lettres') est le COD, et il est placé avant le participe passé, donc 'envoyées' s'accorde avec ce COD (féminin pluriel).
Il l'a mangée, cette pomme. (Le COD « l' » remplaçant « pomme » se trouve avant le P.P, donc accord)
I'enfant les a mangées : accord avec le pronom COD « les », qui remplace « les pommes », placé avant le verbe.
/!\ Si le participe est suivi d'un infinitif, le PP ne s'accorde que si le COD fait l'action de cet infinitif.
Ex : Les enfants que j'ai vus chanter / La chanson que j'ai entendu chanter (ce n'est pas la chanson qui chante !)


Règle 19 : L'accord du participe à la forme pronominale.
Malgré l'auxiliaire être, il faut suivre la même règle que s'il s'agissait de l'auxiliaire avoir.

La question est donc de savoir si le pronom réfléchi « se » est COD ou pas.
Ex :
Elles se sont parlé = Elles ont parlé à elles : Se = COI, donc pas d'accord)
Elles se sont lavées = Elles ont lavé elles-mêmes : Se = COD, donc accord)
Elles se sont lavé les mains = Elles ont lavé les mains à elles : Se = COS, donc pas d'accord.
Les secondes se sont succédé  = les secondes ont succédé aux secondes : COI, pas d'accord.
Ils se sont plu : ils ont plu à eux-mêmes : COI, pas d'accord.


/!\ Si le participe est suivi d'un infinitif, le PP ne s'accorde que si le COD fait l'action de cet infinitif.
- Nous nous sommes entendus chanter à la radio.
===> infinitif : action de chanter faite par le COD d'entendre (nous), donc accord

- Nous nous sommes vu féliciter par le moniteur.
===> infinitif : Ici, l'action de féliciter n'est pas faite par « nous », le COD de « voir », donc pas d'accord.



Règle 20 : les particularité du présent de l'indicatif

A- /!\ En cas d'hésitation sur la finale (-t ou -e), on ne met le -e que si le verbe est en -er :
Il salue (saluer) il skie (skier) elle adoucit (adoucir) il aboie (aboyer) elle exclut (exclure)

B * appeler/jeter : doublent le L/T uniquement devant le son e.
Tu appelles/ nous appelons/ vous appelez/ils appellent ; tu jettes/vous jetons/ ils jettent.
/!\ Les autres verbes en -eler/eter garde toujours un seul L/T (nouvelle orthographe)
Il gèle ; elle pèle ; elle achète ; elle volète ; elle amoncèle

C * Vouloir / valoir / pouvoir : X, X , T ...
je vaux, tu vaux, il vaut, nous valons, vous valez, ils valent // je veux // Je peux, tu peux, il peut

D * Les verbes en -ttre -----> (ts, ts, t, ttons ...)
Ex : mettre , commettre, permettre, battre, combattre, rabattre, etc .
Je bats, tu bats, il bat, nous battons …/ Je mets, tu mets, il met, nous mettons …

E * partir / sentir / mentir →le T tombe aux deux premières personnes.
Je pars, tu pars, il part // Je sens, tu sens, il sent // je mens, tu mens, il ment …

F * verbe en -dre ( NB : sauf -indre et -soudre, cf règle suivante) → -ds, ds, d …
Je descends, tu descends, il descend …
Je prends, tu prends, il prend, nous prenons, vous prenez, ils prennent.
Je couds, tu couds, il coud, nous cousons, ils cousent …
Je mouds, tu mouds, il moud, nous moulons, ils moulent.

G * Les verbes en -indre/-soudre → perdent le D au sing puis changent de radical.
Ex : craindre, peindre, feindre, éteindre, plaindre, joindre, enfreindre, résoudre, dissoudre …

Je crains, tu crains, il craint, nous craignons …
Je résous, tu résous, il résout, nous résolvons …
Je peins, tu peins, il peint, nous peignons …
Je dissous, tu dissous, il dissout, nous dissolvons …

H *S'asseoir/s'assoir 
je m'assois/je m'assieds ; tu t'assois, il s'assoit ; ns ns asseyons,vs vs asseyez, ils s'assoient

I * Verbe en -ayer (prennent désormais un i, sauf nous/vous, comme ceux en -oyer)
Je paie, tu paies, il paie, nous payons, vous payez, ils paient
J'essaie, tu essaies, il essaie , nous essayons, ils essaient
J'envoie, tu envoies, il envoie, nous envoyons, ils envoient

J ) verbes divers :
* Croire : je crois, il croit, nous croyons, ils croient (et non croivent)
* Croître (grandir) : je croîs, il croît, nous croissons, ils croissent ( // accroître, décroître …)

* DIRE : Je dis, nous disons, vous dites, ils disent.
* FAIRE : je fais, nous faisons, vous faites, ils font.
* VAINCRE : je vaincs, tu vaincs, il vainc, nous vainquons, vous vainquez, ils vainquent

* Créer : Je crée, tu crées, il crée, nous créons, vous créez, ils créent


Règle 21 : le présent de l'impératif.
L'impératif se conjugue sans pronom sujet et n'a que 3 personnes.
La grande règle :
Si à la personne « tu », le verbe se finit par "es" au présent de l'indicatif, il faudra juste enlever le « S » à l'impératif.
Ex : Parle ! > on enlève le « s » puisqu'au présent de l'indicatif, on écrirait « Tu parles » )
Mange ta soupe ! Cueille cette fleur !
Le verbe aller suit également cette règle :

Va dans ta chambre ! ( sans s )

NB : on rajoute un "s" uniquement pour les liaisons.

EX : Manges-en ! Vas-y !



/!\ Dans tous les autres cas, on garde le "s" de la personne tu.

EX : Cours ! Fais ! Permets ! Descends ! Crains ! Pars !


/!\ Quand le verbe se conjugue avec des pronoms COD/COI, il faut mettre des traits d'union :

Bats-toi ! Battons-nous !

Donne-le-moi ! (D'abord le pronom COD puis le pronom COI/COS)

Va-t'en ! Allons-nous-en ! Allez-vous-en !

NB : 4 verbes irréguliers
Avoir : Aie, ayons, ayez Etre : sois, soyons, soyez
Savoir : Sache, sachons, sachez Vouloir : veuille, veuillons, veuillez

Règle 22 : le subjonctif présent
S'emploie pour des faits uniquement envisagés en idée.
Les terminaisons pour tous les verbes sont :
-e, es, e, ions, iez, ent
Vous pouvez ajouter mentalement « il faut que » devant le verbe, et vous trouverez naturellement son radical au subjonctif.
Ex :
(il faut) qu'il fasse (faire) / qu'il aille (aller) / qu'il voie / qu'il grandisse / qu'il vienne

Exceptions : être / avoir.
Que je sois, qu'il soit, que nous soyons …// que j'aie, que tu aies, qu'il ait, que nous ayons

NB : Si vous hésitez entre l'indicatif et le subjonctif, remplacez le verbe par « faire » ou « être », et vous entendrez la différence :
Je crains qu'il ne voie ça ! (< je crains qu'il ne fasse ça!) → subjonctif
J'espère qu'il voit ça ! ( < j'espère qu'il fait ça !) → indicatif



Règle 23 : le passé simple

A) Terminaisons pour tous les verbes en -er :
-ai, as, a, âmes, âtes, èrent (uniquement pour les verbes en -er)
Ex : aller, crier ...

B) Terminaisons des verbes du 2ème groupe (part. Présent en -issant) :
-is, is, it, îmes, îtes, irent (ex : finir, rougir, etc.)

C) Terminaisons des verbes du 3ème groupe :
Voyelle u ou i selon les verbes (pas de règle, il faut lire pour les intégrer)

Ex en -u :
je dus (devoir), Il vécut (vivre) Il but, il courut, il crut (croire) Je fus (être) j'eus (avoir)

Ex en i :
Il naquit (naître) Je vis (voir) Il vainquit (vaincre) je fis (faire) il battit

D) Venir/tenir :
Je vins/ je tins ; il vint/il tint ; nous vînmes/tînmes ; ils vinrent, ils tinrent



Règle 24 : rai / rais - futur ou conditionnel ?

- rai = quasi certitude sur un événement futur (> futur de l'indicatif)

- rais = doute, impossibilité, politesse, ou futur dans le passé (conditionnel)


Ex : Je viendrai demain. (futur)
Si je le pouvais, je viendrais (impossibilité)
Je partirai vers 20 heures (futur)
Je leur appris que je partirais la semaine suivante (futur dans le passé)
Je voudrais du pain (politesse)

NB :

« Si », quand il exprime une condition, ne doit jamais être suivi directement du conditionnel, mais de l'imparfait ou plus-que. Le conditionnel se trouvera uniquement dans la principale.

(Si+ imparfait, conditionnel)



Donc

- (Si j'aurais) Si j'avais de l'argent, j'achèterais une Ferrari



Règle 25 : les ponctuations

A) L'emploi de la virgule

On met une virgule pour :

1) séparer les éléments d'une énumération :

Adieu veau, vache, cochon, couvée ...


2) Isoler une apposition explicative (définition donnée entre virgules. On pourrait mettre le signe =) ou une proposition subordonnée explicative.

Ex: Mars, le dieu de la guerre, apparut. (Mars = le dieu de la guerre)

Le coureur, qui était fatigué, perdit la course. (PSR explicative = parce qu'il était fatigué)



3 ) Un complément circonstanciel déplacé (souvent en début de phrase).


Lorsqu'elle est arrivée, Paul était déjà là (Le CCT a été mis en avant, on le sépare donc par une virgule).

Paul était déjà là lorsqu'elle est arrivée ( Pas de virgule, car le complément circonstanciel est à sa place logique)


4 ) isoler une proposition incise (c'est-à-dire une phrase à l'intérieur d'une phrase) :

" Il faut obéir aux ordres, dit-il, afin d'être un bon soldat."


5 ) séparer les propositions au sein d'une phrase complexe (= qui contient plusieurs verbes conjugués). Chaque proposition doit être clairement délimitée.

"S'il te plaît, je me dépêche, tu m'attends là ?"


6 ) isoler un organisateur textuel en début de phrase :

En fait, En effet, Oui, Non, Ensuite, Tout à coup, En revanche, D'une part, D'autre part, ...


7 ) apostropher quelqu'un (pour mettre en valeur le nom que nous appelons)

Isabelle, où pars-tu ce week-end ?

Où pars-tu ce week-end, Isabelle ?

Au fait, Isabelle, où pars-tu ce week-end ?



8 ) mettre un mot en relief (= tournure emphatique, d'insistance)

Moi, je (insistance)

Cette femme arriva, magnifique. (mise en valeur de « magnifique »)

Ce cri, tous l'ont entendu ! (insistance sur le cri, ainsi mis en relief)



NB : On ne met surtout pas de virgule ...

-Entre le sujet et son verbe !

- Entre le verbe et son COD ou COI


/!\ Une virgule peut à elle seule changer le sens d'une phrase. Regardez l'exemple suivant :

Et si on mangeait les enfants ?
Et si on mangeait, les enfants ?


B) Les deux points :

Ils servent souvent à :

1 ) exprimer des rapports logiques de cause ou de conséquence, voire une explication, mis à la place de : car, donc, c'est-à-dire, etc.


Ex : Il est très fatigué : il a couru pendant deux heures !   
 (la phrase est allégée d'un "parce que", sous-entendu par les deux points)


2 ) introduire le discours direct (c'est-à-dire des paroles de dialogue rapportées directement, telles qu'elles ont été dites)

Pierre demanda : « Viens-tu à la fête ? »


3 ) introduire une énumération :


Il avait mal partout : aux pieds, aux mains, aux oreilles, à la tête …



C) Le point d'interrogation ?

A mettre à la fin de toutes phrases interrogatives, qu'il s'agisse de questions ouvertes ou fermées, d'une question rhétorique (pour faire raisonner) ou une question lyrique traduisant surtout la peur, l'inquiétude, etc.


Ex : "Que dois-je faire ?" se demanda-t-il.  


NB : Ne jamais mettre de point d'interrogation quand il s'agit d'une phrase interrogative indirecte (les paroles n'étant pas rapportées directement telles qu'elles ont été dites)


Ex : Il demanda ce qu'il devait faire.  
La question au discours indirect, donc pas de point d'interrogation, pas plus que d'inversion sujet/verbe d'ailleurs.

D) Le point d'exclamation !

Il doit s'utiliser pour renforcer les émotions exprimées, comme la joie, la colère, la surprise, l'admiration, l'étonnement, la douleur, etc.

Ô rage ! Ô désespoir !

Ne pas l'oublier après les interjections.

Hélas ! Eh bien ! Eh oui !

NB : Pas d'obligation de majuscule après une interjection intégrée dans la phrase.

"Oh ! Qu'elle est belle !" ou "Oh ! qu'elle est belle ! "


E) Les trois points (ou points de suspension)


Il faut les employer pour :

* indiquer dans la lecture un temps de silence, matérialiser une pause invitant le lecteur à s'imaginer mentalement la scène ou les émotions inexprimables par des mots ...

* marquer l'hésitation ... le bredouillement.

* remplacer etc.

* indiquer que la parole est interrompue par quelqu'un ou la phrase volontairement inachevée (pour laisser le lecteur conclure la phrase mentalement) ...


Ex : Attention ! Si jamais tu insistes encore ... ( ici les trois points de cette phrase, volontairement non finie, laissent planer une menace sous-entendue à deviner)

F) Le point.


Trop souvent oublié.

Relire mentalement chacune de vos phrases pour voir où l'insérer correctement pour marquer la pause entre deux phrases bien distinctes.


NB : Ne pas mettre un point entre une proposition principale et sa subordonnée
(la proposition subordonnée dépend de la principale et ne peut exister seule.)


Ne pas écrire :

Lorsque le soleil se leva à l'horizon. Les chevaliers partirent. (non grammatical)

(La première proposition est subordonnée et ne peut exister seule. Il ne faut donc pas la séparer de la principale par un point, juste par une virgule)

Il faudra donc écrire :

Lorsque le soleil se leva à l'horizon, les chevaliers partirent.



G) Ponctuations et traitement de textes :

Lorsqu'on écrit en utilisant le traitement de textes, il faut impérativement mettre l'espace avant et après un point d'exclamation, d'interrogation et deux points.
Ex : Bonjour ! Comment vas-tu ? En deux mots : très bien !

Pour la virgule et le point, mettre un espace uniquement après.
Ex : C'est bien. Moi, je vais bien aussi.
Pour la parenthèse, l'espace est vers l'extérieur, jamais vers l'intérieur :
La mygale (une variété de grosse araignée) est un insecte dangereux.


H) La typographie du dialogue

1) Les guillemets : on ne les ferme pas après chaque réplique.
On en met uniquement à la première réplique et à la toute fin du dialogue.

2) Les tirets :
Ils indiquent un changement d'interlocuteur.
On les met à chaque réplique, sauf à la première, et -sans guillemets-.



3) le verbe introducteur du dialogue (dire, demander, etc.). S'il se trouve en incise au milieu de la phrase ou après la réplique, on l'écrit sans majuscule, même après un point d'interrogation ou d'exclamation.

NB : Si le verbe dire, demander... se trouve après la réplique et que la phrase devait se finir par un point, on mettra une virgule à la place.

Exemples :



Paul l'interrogea :

« Où vas-tu ?

- Au cinéma.

- Que vas-tu voir ? demanda-t-il.

- Je vais voir un film avec une kyrielle de stars, répondit-il, parce que j'ai entendu des éloges à son sujet.

- Je serais bien venu avec toi , » soupira Paul.

I) Le trait d'union obligatoire

Il faut l'utiliser :

1) quand on inverse pronom sujet et verbe.

- Je peux => Puis-je ?
- Il veut => Veut-il ?
- C'est => Est-ce ?
- Elles chantent => Chantent-elles ?
- On prend => Prend-on ?


2) quand on doit ajouter un -t- de liaison entre le verbe et son sujet inversé.

Il lui faut un tiret de chaque côté.

- Où va-t-il ? (« Où va-il ?" serait dur à dire, on rajoute ce -t- pour permettre la prononciation)
- Pourquoi crie-t-elle ? (crie-elle serait dur à dire, on ajoute donc ce -t-)


NB : Inutile de mettre ce -t- si le verbe se finit déjà par un T ou un D.
Prend-on ? ( pas : prend-t-on, c'est inutile)


3) à l'impératif, si un pronom COD/COI suit le verbe

-Rappelle-le-lui.
- Fais-le !
- Fais-lui plaisir.
- Donne-le-moi.


J) Les parenthèses et crochets
Ils permettent d'ajouter des commentaires, des explications ou informations complémentaires au sein d'une phrase.



Règle 26 : Les accents et les élisions.

1) quand ne faut-il pas d'accent malgré le son é ou è ?
Si vous hésitez, vérifiez si la syllabe où vous le placeriez se termine par une consonne ou pas.
Si elle se termine par une consonne, il ne faudra pas mettre d’accent. (sauf en finale du mot)
Ex :
Il a es/pè/ré → pas d'accent sur le premier son è, puisqu'il ne termine pas la syllabe.
Un des/sert ; un es/ca/lier ; un ex/ces/sif ; le res/pect → Idem, pas d'accent.

2) L'accent circonflexe
* Il s'emploie souvent pour signifier la disparition d'une lettre, souvent d'un « s » :
On peut parfois retrouver cette lettre dans des mots de la même famille.
Ex : La fenêtre < défenestrer ; Le goût < gustatif ; Un prêt < une prestation.
Bâton < bastonnade ; côte < accoster/intercostal, fête > festif ; bête < bestial
bâtir < bastion ; le coût < cost en anglais, costo, en espagnol)
Inutile d'en mettre un à bateau (contrairement à château (castel) ou gâteau (< gaster au moyen-âge)

* Le circonflexe sert aussi à différencier deux homonymes.
Le mur (de la maison)/ mûr (à maturité) notre chien (déterm) / le nôtre (pronom)
sur (dessus) / sûr (certain) la tache (la salissure) / La tâche (le travail)
du (déterm.) / il a dû (p.p de devoir) > Une chose due (plus d'accent, puisque ça ne s'écrit plus pareil)
Il aima (passé simple) / qu'il aimât (subjonctif imparfait)
3) l'accent tréma
Il s'utilise pour dire que deux voyelles doivent se prononcer séparément :
ex : le maïs, sans tréma, se prononcerait comme « mais ».
Haïr/ Héroïque/ païen/ faïence/ aïeul / naïf
Nouvelle orthographe, pour les finales en gue, mais qui doivent se prononcer « gu » :
on peut écrire exigüe ou exiguë ; ambiguë ou ambigüe ; aigüe ou aiguë ; cigüe ou ciguë.


4) Les élisions.
Une élision consiste à ne pas prononcer une voyelle (souvent quand elle est devant une autre).

Ex : « si+ il » s'élide. → S' il
 Que + voyelle aussi → qu'il
Lorsque + elle > lorsqu'elle
Parce que + on > parce qu'on
Jusque + à > jusqu'à



Règle 27 : m ou n ? / S ou SS ? ex ou exc ?

1) m ou n ?
N devient M devant la lettre m, b et p.
Ex : des crampons, emmener, embarquer, le plombier, comprendre, embrasser
Exceptions : bonbon, embonpoint, néanmoins.


2) S ou SS ?
Entre deux voyelles, un seul S se prononce Z, et SS se prononcent S :
Ex : un poison - un poisson. un cousin - un coussin.
Un désert – Un dessert. Embraser – embrasser. Un Russe – une ruse.

NB : S'il n'est pas entre deux voyelles, un seul S suffit pour faire le son S.
Penser, entorse, ensemble, etc.

3) ex ou exc ?
EX se prononce EGS // EXC se prononce KS
Excellent / exister / excité / exception/ exercice/ exclusif / exigeant
exorbitant / excédé / exubérant / excuse / exulter / excès / exténué

4) Cédille ou pas ?
On ne met une cédille que devant les voyelles A, O et U, jamais devant un i, y ou u.
Règle 28 : Les chiffres et quel, quelque, même, maint, tel, nul, chaque.

I) règle des déterminant chiffrés (adjectifs numéraux cardinaux)
Ces déterminants, qui servent à compter, sont invariables :
ex : quatre enfants, trente voitures, soixante pages, les douze mois, huit mille
/!\ Sauf : vingt et cent.
Ils ne s'accordent que s'ils sont multipliés et non suivis d'un autre chiffre.
Ex : quatre-vingts (= 4x20) → accord, car multiplié et non suivi d'un autre chiffre.
Quatre-vingt-trois → vingt est suivi d'un autre chiffre, plus d'accord.
Trois cents → accord, car multiplié et non suivi d'un autre chiffre.
Trois cent dix-sept → cent est suivi d'un autre chiffre, plus d'accord.

2) QUEL (déterminant interrogatif et exclamatif)
Il s'accorde avec le nom qu'il détermine.
Ex : Quels sont vos défauts ? (s'accorde avec « vos défauts »)
Quelles sont vos qualités ? (s'accorde avec « qualités »)
Quel sale temps ! Quelle erreur !

3) Quelque.
Quand il signifie « plusieurs », il s'accorde. S'il signifie autre chose, il ne s'accorde pas.
Ex : Depuis quelques jours (= plusieurs jours → accord)
Quelque cent oiseaux s'envolèrent (=environ) → pas d'accord

4) même
Quand il signifie « également », il est invariable.
Ex : Même eux sont admis ! (invariable = « également »)
Quand il signifie « semblable » ou « en personne », il s'accorde :
Nous-mêmes, eux-mêmes, les mêmes enfants, elle-même …

5) maint, nul et tel
Ils s'accordent toujours : Tel père, telle fille.
Maints problèmes / maintes fois
Il a laissé la chambre telle quelle
Il a laissé son travail tel quel.
Nul homme /nulle femme / nulle part (« une « part)

6) Chaque
Chaque est invariable, ainsi que le mot qui le suit :
Chaque jour, chaque parent, chaque enfant, chaque soir, etc.







Règle 29 : l'accord sujet/verbe (les cas délicats)

1) « La plupart » + verbe au pluriel
La plupart disent cela. / La plupart des citoyens voteront.

2) avec le pronom « qui » devant.
L'accord se fait avec l'antécédent de « qui », le mot que ce pronom remplace.
C'est moi qui ai fait ça ! (=j'ai fait) / c'est toi qui as fait ça (=tu as)
C'est toi qui es le seul responsable. (=tu es) / Vous êtes trente qui voulez venir. (= vous voulez)

3) Ne pas confondre le pronom sujet et COD :
Il les aime > pas -ent : Qui est-ce qui aime ? « Il »(sujet singulier), pas « les » (COD)
Les chasseurs la regardent (Qui est-ce qui regarde ? « les chasseurs » (sujet pluriel), pas avec « la », COD)

4) accorder avec le sujet inversé, même éloigné.
Sur la branche de l'arbre chantent joyeusement les oiseaux … (qui est-ce qui chante ? Les oiseaux)

5) Il + je = nous / Ils + je = nous/ Vous + je = nous/ Il/Ils + toi = vous
Ex : Mon frère et moi sommes inséparables.
Mes cousins et moi voulons aller à la mer.
Vous et moi avons très bien compris la situation.
Ni toi ni tes amis n’irez à la manifestation. (ils + toi = vous)
6) accord avec le nom noyau du GN
La troupe des brigands arrive (le noyau du sujet, c'est « troupe »(singulier), pas « brigands »)


Règle 30 : divers homonymes/paronymes à différencier


air/aire/ère/erre : l'air (oxygène), l'aire (surface d'une autoroute, d'un carré), l'ère (époque) il erre (verbe errer)
amande/amende : une amande (qui se mange) ; une amende (contravention)
Ancre/encre : ancre du bateau / encre liquide.
auteur/ hauteur : un(e) auteur(e) (= à l'origine d'un livre, d'une chose) , la hauteur (= altitude)
balade/ballade : une balade (pour se promener) ; une ballade (chanson lente)
balai/ballet : un balai pour balayer ; un ballet de danse.
Boue/bous/bout : la boue qui salit ; un bout = morceau ; je bous, il bout : bouillir.
Cœur/chœur : cœur = l'organe, le centre, le symbole de sentiment ; le chœur de la chorale.
Chair/chaire/cher/chère : la chair (viande) la chaire (sorte de podium ou d'estrade) ; cher(s) (qui a de la valeur) ; chère(s) (cher au féminin)
Champ/chant : le champ de la campagne, le chant de chanter.
Conte/comte/compte : le conte qu'on raconte, le comte (de la comtesse), le compte de compter (et du compte-rendu, rendre des comptes).
Cou/coup/coût : le cou au niveau du col, le coup choc qui peut couper, le coût (> combien ça coûte?)
cour/cours/ court/ courre : la cour (lieu), un court (de tennis), au cours de : le cours (du fleuve, d'une leçon, etc.), la chasse à courre. Je cours/tu cours/il court : courir.
Dans, d'en, dent : dans = à l'intérieur, d'en (=de + en) ; dent (dentition)
Des/dès : des : déterminant pour le pluriel ; dès indique un moment : dès le réveil.
Dessin/dessein : un dessin (qui est dessiné) ; un dessein = un projet, un but
différent/différend : différent (=pas pareil) un différend (= une dispute)
Donc/dont : donc = la conséquence : alors ; dont : duquel
du / dû /due :
du est déterminant (du parfum, du temps, du couscous)
dû est le part. passé de devoir (j'ai dû l'achever, rendez-lui son dû) > /!\ au féminin et au pluriel, le participe passé perd son circonflexe. Ex : une chose due (que l'on doit)
faim / fin : la faim (de la famine) ; fin (le final, la finesse, ou le but)
fausse/fosse : fausse (=faux), une fosse (qui est creusée)
filtre/philtre : le filtre, objet qui sert à filtrer ; le philtre, potion qui se boit.
flan/flanc : le flan (qui se mange), le flanc (le côté) d'une montagne, d'un animal …

fois / foie / foi :
- une/deux fois : quand on compte. Il était une fois ...
- le Foie : organe du corps.
- la Foi : la croyance, la conviction.
Golf/golfe : le golf = le jeu ; le golfe = rivage qui forme une anse.
Grâce/grasse : grâce = aide, élégance, pardon / grasse ( qui a de la graisse)
Hôtel/ autel : hôtel où on dort, l'autel religieux pour les sacrifice, prières …

les/ l'ai/ laid/ lait / laie /l'es/l'est :
les (déterm. ou pronom, peut être remplacé par « le» « la » ou « l' ») Tu les as vus (< Tu l'as vu)
l'ai (peut être remplacé par « l'avais ») Ex : je l'ai acheté < je l'avais acheté.
Laid = laide laie = une truie lait (qui se boit)

lieu/lieue : un lieu/ des lieux (endroit) ; une lieue/ des lieues (distance)

ma/m'a(s)/mât : ma (déterminant possessif : ma maison) ; m'as/m'a (on peut dire : m'avais/m'avait) ; un mât (du navire)
mon/m'ont/mont : mon (déterminant possessif : mon vélo) ; m'ont (on peut dire : m'avait) ; un mont (de montagne)
mais/mes/mets/met : mais (l’opposition), mes (la possession), mets/met : mettre
maire/mer/mère : le maire (de la mairie), la mer (eau), la mère (d'un enfant)
maître/mètre/mettre : le maître qui commande, le mètre qui mesure, le verbe mettre.
Mal/mâle/malle : mal (contraire de bien) ; mâle : de sexe masculin ; une malle de rangement.
Marché/ marcher : le marché (lieu de vente), marcher : le verbe.
Moi/mois : moi = je ; un mois (de l'année)
mot/maux : les mots (paroles) / les maux (les malheurs, les douleurs)
mur/mûr/mûre : un mur (construction) ; mûr (qui a de la maturité) ; une mûre (fruit)
Ni/n'y / nie/ nid : ni : négation devant un nom ; n'y : négation devant un verbe (contraction de ne + y), je nie/tu nies/ il nie, du verbe nier ; un nid d'oiseau.

notre / le nôtre :
Notre = déterminant possessif (suivi d'un nom) ex : tu as vu notre chien ?
Le nôtre, avec accent, est pronom possessif (il remplace un nom)
Ton chien est beau mais le nôtre est encore plus beau.


Or/hors : or indique un raisonnement ou la matière précieuse – Hors (en dehors)
par/pars/part : par : préposition invariable. Une part (=une partie) je pars/il part (=partir)
poil/poêle : un poil (pilosité) ; un poêle (à bois) ; une poêle (à frire)
peu / peux/peut : peu = pas beaucoup ; peux/peut : verbe pouvoir.
Plaine/pleine : la plaine (région plane), pleine = remplie
Pois/poids : le petit pois ; le poids qu'on soulève ou qu'on fait.
Poignée/poignet : la poignée qui sert à attraper ; le poignet de la main.

Pré/près/prêt : pré (du champ) ; près (=à côté) ; prêt (préparé à/ somme d'argent à rembourser)
puis/puits : puis = ensuite ; un puits : lieu où on puise l'eau.

Quelque/quelques/ quel que : si « quelque » = « environ », il est invariable. Ex : j'ai vu quelque deux cents soldats (=environ) ; si « quelques » = « plusieurs », il s'accorde. Ex : j'ai vu quelques soldats (= plusieurs). Suivi du verbe être au subjonctif, il faut l'écrire en deux parties, et il s'accorde avec le nom qui suit : quels que soient ses projets/ quelle que soit sa volonté/ quel que soit son but, ...

Quel(s)/quelle(s) / qu'elle(s) ? : si on peut remplacer par qu'il(s) > qu'elle(s).
Dans tous les autres cas, c'est un déterminant qui s'accorde : quel succès ! Quelle heure ?
http://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-2/exercice-francais-3223.php

Qui/qu'il : quand on hésite, si on peut remplacer « qu'elle», on écrit « qu'il ». Si on ne le peut pas, on écrit « qui », sauf si le verbe est impersonnel (ex : il faut, il pleut, il arrive, il semble) > ce qu'il faut.

Qu'en / quand / quant / camp :

- Qu'en = la contraction de 'que en'. Il devrait y avoir un « ne » avant le verbe.
Il ne roule qu'en voiture. / Il ne travaille qu'en été...

- Quand = lorsque. Quand tu viens, fais-moi signe.

- Quant (suivi de 'à', 'au' ou 'aux') = en ce qui concerne
Quant à vous, cher amis … / Quant aux plats, il faut les ranger.
- un camp (d'un campement)

ras/rat/raz : ras = à ras (raser) / un rat (le rongeur) / un raz de marée
Sans/sens/s'en/sang / cent : sans : sens négatif (parler sans s'arrêter) ; sens : la direction, la signification ou la perception des sens ; s'en : devant un verbe pronominal (avec un « se » à l'infinitif). Sang : liquide sanguin ; Cent : le chiffre de la centaine.
Ex : Une rue sans sens interdit. Il en a pris cent sans s'en apercevoir.

Sain, saint, sein : sain (qui a un rapport avec une bonne santé) saint (la sainteté religieuse, pureté religieuse) sein (poitrine ; au sein de …)
Sale/salle : sale (pas propre) salle (grande pièce d'une habitation)
saut/seau/sceau/ sot : un saut (sauter), un seau (pour l'eau), un sceau (pour fermer un document), sot (idiot)
sensé/censé : sensé = qui a du bon sens ; ex : Un homme sensé / Une réponse sensée
censé = supposé. Ex : elle est censée arriver à 8h. /Nul n'est censé ignorer la loi. /
signe/cygne : un signe = un signal, un cygne = l'oiseau.
tante/tente : la tante (famille), une tente (de camping) il tente (verbe tenter)

Tort / tord : Tort : avoir tort / Tord(s) : verbe tordre. Il se tord le cheville.
Si / s'y / ci / six / scie : si = tellement/condition/oui ; s'y (devant un verbe) ; ci (ces jours-ci, ci-joint) six , le chiffre ; une scie sert à scier.

Soi / sois / soit / soie :
soi = soi-même ; soit  = ou bien ; que je sois/qu'il soit (v. être) ; la soie (la matière)

Sou/sous/saoul : un sou (argent) ; sous (en-dessous) ; saoul/soul = ivre
Tache/tâche : la tache qui salit / la tâche = le travail


Temps / tant / t'en / tend / tends / taon

- Temps = la durée (heure, minute, seconde) ou le climat (beau temps...)
- Tant = autant, tellement ex : J'ai tant de travail que je ne peux venir.
- T'en = contraction de 'te en' (devant un verbe)
T'en a-t-il parlé ? / T'en souviens-tu ? / Ne t'en fais pas.
- Tends/tend = verbe tendre. Ex : Il tend l'oreille. / Je tends les bras.
- un taon : variété d' insecte qui pique fort.


Pâte/patte : la pâte qui se pétrit, la patte d'un animal.

Plutôt / plus tôt : Plutôt = de préférence. / Plus tôt = moins tard, avant, à l'avance
ver/vers/vert/verre/vair : le ver de terre, vers (de la poésie ou la direction), vert (la couleur), le verre (la matière), le vair (la fourrure d'écureuil : la pantoufle de vair)
voie/voix/ vois/voit : la voie (le chemin : voie ferrée, suivre sa voie), la voix (qui sort de la bouche), je vois, tu vois, il voit (verbe voir)
votre / le vôtre : cf « notre »
vie/vis/vit : la vie (contraire de mort), je vis/elle vit (verbe vivre au prés. ou voir au passé simple)
une vis/un vice : une vis pour visser ; un vice : un défaut, une mauvaise habitude.
Voir/voire : voir (le verbe) ; voire (= et peut-être même)


Dernière édition par Modo le Mer 23 Sep - 17:59, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arturo



Nombre de messages : 324
Age : 17

MessageSujet: Re: Récapitulatif des règles d'orthographe
Lun 26 Mar - 18:40


Pour commencer :

Savoir si un nom a une consonne finale muette :
http://www.professeurphifix.net/ortho/ortho_lettre_finale.pdf

-Les accords sujet/verbe :

http://cafet.1fr1.net/t986-l-accord-sujet-verbe#44063


Leçon 1 : Orthographe des mots invariables à mémoriser.

Liste niveau 1 :
http://cafet.1fr1.net/t549-orthographe-des-mots-invariables-debutant

Liste niveau 2 :
http://cafet.1fr1.net/t551-orthographe-des-mots-invariables-4eme-3eme

+ : liste de mots d'orthographe lexicale à maîtriser.

http://cafet.1fr1.net/t948-orthographe-lexicale-de-base#42673




Leçon 2 : er / é / ez / ait /ais / ai


Leçon et nombreux quizz de révisions ciblés sur ce lien :

http://cafet.1fr1.net/t707-le-son-e-er-ez-ait-ai






Leçon 3 :

- a / as / à / Ah -
- et / es / est / ai-
- son / sont -
- on / ont



as/ a / à :

On écrit as/ a si on peut donc les remplacer par avais / avait ( -> donc c'est 'avoir' à la 2ème ou 3ème personne du singulier). Ils ne prennent pas d'accent.

Si on ne peut pas le remplacer par "avais/avait", c'est à, la préposition invariable avec accent. smile

Ah est une interjection qui exprime une réaction ou une émotion (surprise, colère, emportement ...)

Entrainement :

http://www.professeurphifix.net/ortho/ortho_a_1.pdf
http://www.professeurphifix.net/ortho/ortho_a_2.pdf


Et (conjonction de coordination) Astuce : on peut le remplacer par "et puis"

Es ( être à la 2ème personne du singulier) Pour vérifier, on peut dire "étais" (avec "tu") smile


Est ( être à la 3ème personne du singulier) : On peut dire par "était", c'est donc bien "être).

Tu es venu et il est parti.

AI (avoir à la personne "je", présent de l'indicatif) On peut dire "avais"

AIE si c'est un ordre. ex : Aie tes affaires !

Aie, aies, ait = verbe avoir au subjonctif, après un "que". On peut le remplacer par "sache(s)", par exemple.
Ex : Il faut que tu aies tes affaires/qu'il ait ses affaires > Il faut qu'il sache ... (subjonctif)


Entrainement :

http://www.professeurphifix.net/ortho/ortho_est_et_ai_es.pdf


SON est un déterminant adjectif possessif (marque l'appartenance) = le sien

SONT (être à la 3ème personne du pluriel). Peut se remplacer par "étaient".

http://www.professeurphifix.net/ortho/ortho_son2.pdf

Justifions le choix :

Ils sont fous, ces Romains !
Sa voiture et son tracteur sont accidentés.
Sont-ils arrivés ?
Est-ce son tour ?
Ces pulls et ces pantalons sont-ils à son goût ?

Entrainements :

http://www.professeurphifix.net/ortho/ortho_est_et.pdf

On : pronom indéfini (soit on ignore de qui on parle, ou on parle des gens de façon générale, soit c'est l'équivalent d'un "nous")

Ont ( Avoir, 3ème personne du pluriel) On peut le remplacer par "avaient"

Entrainements :

http://www.professeurphifix.net/ortho/ortho_ont_on_1.pdf
http://www.professeurphifix.net/ortho/ortho_ont_on_2.pdf



Leçon 4 : ou / où - la / là / l'as / l'a

- ou est une conjonction de coordination ( = ou bien)
- où indique le lieu

Justifions le choix entre ou/où :

Passe-moi ta mère ou ton père.
Tu tires ou tu pointes ?
Où vas-tu ?
Où veux-tu en venir ?
Dis-moi où il est.


- 'la' est un déterminant article défini (la lionne) ou un pronom personnel (il la regarde).
Astuce : c'est l'équivalent de 'le' (si ça renvoie à un nom masculin)

- 'là' indique le lieu. On peut le remplacer par 'là-bas'
Où est-elle ? Là.
Remets-ça là tout de suite.

L'a/ l'as :

http://www.professeurphifix.net/ortho/ortho_la_lecon.pdf


Entrainements :

http://www.professeurphifix.net/ortho/ortho_a_la_ou1.pdf
http://www.professeurphifix.net/ortho/ortho_a_la_ou2.pdf
http://www.professeurphifix.net/ortho/ortho_la.pdf



Leçon 5 : se / ce / ceux



- se est un pronom réfléchi qui s'emploie à la forme pronominale, quand on fait l'action sur soi-même ( se = à soi-même) : il se demande = il demande à lui-même)

Autre astuce : mettez le verbe à l'infinitif. Si on garde "se" devant le verbe mis à l'infinitif, c'est qu'il est bien à la forme pronominale et qu'il faut écrire SE.

Ex:

Ils se lèvent > se lever

Il se passe > se passer ..


- ce est un déterminant démonstratif (comme si on montrait du doigt)
Autre astuce. Au féminin, si vous pouvez dire "cette", il faut écrire CE.

Ex : : Ce boulanger = ce boulanger- / cette boulangère


Ce peut aussi être pronom démonstratif qui peut être remplacé par "ceci"/ "cela" / "la chose que"

Si on peut le remplacer par cela, il faut écrire CE

Ce fut une bonne idée ! --> Ceci fut une bonne idée



Expliquez le choix entre se/ce :

Il se demande si elle se doute qu'il se passe quelque chose d'étrange dans ce village.
Ce qui se passe intrige ce policier.
Elle se dit que ce garçon se tue à la tâche.
Ce que je veux, c'est ce modèle.
Qui se décide pour ce week-end ?
Se rend-il compte qu'il se trompe ?
Ce sera la semaine prochaine.


Ceux = pronom démonstratif (= ces personnes/ces gens)

Il a félicité ceux qui avaient participé. ( = les gens qui)


Entrainement :

http://www.professeurphifix.net/ortho/ortho_ce_se1.pdf




Leçon 6 : sa / ça / çà

SA est un déterminant adjectif possessif (sa maison = la sienne)
On peut le remplacer par ma/ ta ...

ça est un pronom démonstratif (ça = cela -> cette chose là).

Si le mot désigne un endroit, c'est un adverbe de lieu, il prend un accent.

Ex : aller çà et là ...


Exemples :
Sa femme est gentille => ( La sienne est gentille)

Qu'est ce que c'est que ça ? => Qu'est-ce que c'est que cela ?


Rappel de la leçon puis quizz d'entrainement :

http://cafet.1fr1.net/t2484-sa-ca

http://www.professeurphifix.net/ortho/ortho_sa_ca2.pdf

Rappel règle de la cédille :

http://www.professeurphifix.net/ortho/ortho_cedille_lecon.pdf
http://www.professeurphifix.net/ortho/ortho_c_g.pdf



Leçon 7: ses / ces / s'est / c'est / sais /sait


Distinction ses/ces :

http://www.professeurphifix.net/ortho/ortho_ces_ses_lecon.pdf


Sais : verbe savoir (je/tu) Je sais; tu sais
Sait : verbe savoir (il/elle/on) Il sait que ...

s'est : S' est un pronom réfléchi ( à l'infinitif, on met "se" devant le verbe à la voix pronominale). Ex : Que s'est-il passé ? ( > se passer)
c'est : pronom démonstratif + verbe ( = cela est)

Justifions la le choix entre s'est/c'est

C'est vrai !
Il s'est blessé.
Elle s'est trompée.
On s'est perdus.
S'est-il jamais demandé si c'était vrai ?

Entrainements :

http://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-1/exercice-francais-173.php

http://www.scalpa.info/fr_ortho_ses1_jcloze.php

http://www.lepointdufle.net/ressources_fle/cestsest_homophones.htm

http://webrider.free.fr/exercise.php?mode=2

http://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-2/exercice-francais-5826.php

http://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-2/exercice-francais-3433.php



Leçon 8 : peu / peux / peut

- 'peu' veut dire 'pas beaucoup de' et reste invariable.
- 'peut' vient de pouvoir, 3ème personne du singulier, indicatif présent : il peut.
- 'peux' vient de pouvoir, 1ère et 2ème personnes du singulier, indicatif présent : je peux, tu peux.


http://www.professeurphifix.net/ortho/ortho_peu.pdf


Leçon 9 : peut-être / peut être

- peut-être avec trait d'union = sans doute, probablement.

- peut être sans trait d'union = pouvoir être.
Ce garçon peut être agressif quand il a bu !





Leçon 10 : leur / leurs

Leçon plus quizz d'entrainement ici :


http://cafet.1fr1.net/t783-leur-ou-leurs


Leçon 11 : tout/tous

http://www.professeurphifix.net/ortho/ortho_tout_lecon.pdf

Explication ici top

+ toux vient du verbe tousser. La toux.


Expliquez la différence entre :

Ils ont tous réussi/ Ils ont tout réussi
Ils sont tout mouillés / Ils sont tous mouillés


leçon 12 : les noms féminins en -té et -tié ( et quelques noms masculins en -ée)

Leçon suivie de quizz/dictées visuels !
http://cafet.1fr1.net/t1013-les-noms-feminins-en-te-et-en-tie-et-noms-masculins-en-ee

top

Entrainements :
http://www.professeurphifix.net/ortho/ortho_noms_en_e.pdf
http://www.professeurphifix.net/ortho/ortho_noms_en_te1.pdf
http://www.professeurphifix.net/ortho/ortho_noms_en_te2.pdf


Leçon 13 : le pluriel des mots


I) le pluriel des noms simples


1. Les noms en -ail font leur pluriel en -ails.

Exceptions : bail, corail, soupirail, travail, vantail, vitrail, qui font leur pluriel en -aux.



2. Les noms en -al font leur pluriel en -aux.

Exceptions : bal, cal, carnaval, cérémonial, chacal, festival, récital, régal... qui font leur pluriel en -als.

==> idéal fait au pluriel idéaux.


3. Les noms en -au, -eau et -eu prennent un x au pluriel.

Exceptions : landau, sarrau, bleu, pneu, émeu, lieu (poisson), qui prennent un s.

4. Les noms en -ou font leur pluriel en -ous.(ex : un clou/des clous)

Exceptions : bijou, caillou, chou, genou, hibou, joujou et pou, qui prennent un x.


Entrainements :

http://www.professeurphifix.net/ortho/ortho_pluriel_5.pdf
http://www.professeurphifix.net/ortho/ortho_pluriel_4.pdf



II) le pluriel des noms composés



1. Noms composés s'écrivant en un seul mot
Le dernier élément prend seul la marque du pluriel :
- des bonheurs, des portefeuilles...

Exceptions : mesdames, mesdemoiselles, messieurs, messeigneurs, bonshommes, gentilshommes.

2 - Nom + adjectif ou adjectif + nom> Nom et adjectif s'accordent naturellement, donc ils se mettent tous les deux au pluriel.

Ex :
- Un coffre-fort, des coffres-forts.
- Un rouge-gorge, des rouges-gorges
- un oiseau-mouche, des oiseaux-mouches
- un sourd-muet, des sourds-muets...
- Un chou-fleur, des choux-fleurs.

- Quand le premier mot se termine par o, il ne varie pas.

Des électro-aimants. Des micro-ondes. Des films franco-espagnols, des statues gallo-romaines/gréco-romaines, etc.

Beaucoup d'entre eux peuvent s'écrire dorénavant soudés (nouvelle orthographe) Ex : Socioéducatif, autoévaluation, etc.





3. Nom complété d'un autre nom avec préposition.

Le premier seul prend la marque du pluriel :

- un timbre-poste, des timbres-poste (=de la poste)
- un chef-d’œuvre, des chefs-d’œuvre
- un bouton-d'or, des boutons-d'or
- une pomme de terre, des pommes de terre
- un hôtel de ville, des hôtels de ville


4. Verbe + nom (nouvelle orthographe)
Le nom seul varie :

Un porte-bonheur, des porte-bonheurs
Un cure-dent, des cure-dents
un tire-fesse, des tire-fesses
Un abat-jour, des abat-jours
Un bouche-trou, des bouche-trous.
Un couvre-lit, des couvre-lits.
Un tire-bouchon, des tire-bouchons



Leçon 14 : les adjectifs de couleur


http://www.professeurphifix.net/ortho/ortho_adjectifs_couleur_lecon.pdf

Entrainement :

http://www.professeurphifix.net/ortho/ortho_adjectifs_couleur.pdf



Leçon 15 : les adverbes de manière en - ment - (-ment - emment / - amment ?)

Comment savoir comment écrire la terminaison des adverbes ? Patiemment ou patiamment ? Violamment ou violemment ?


Il suffit de regarder la terminaison de l'adjectif

I) si l'adjectif se finit par -ant ou -ent > l'adverbe s'écrira -mment

Il suffit ensuite de connaitre la voyelle utilisée dans l'adjectif :


Patient => e => Patiemment
Brillant => a => Brillamment
Violent => e => Violemment
Etonnant => a => Étonnamment
Intelligent => e => Intelligemment


II) S'il l'adjectif se finit par une voyelle, on lui ajoute juste -ment.(un seul m)

Absolu --> absolument


III) S'il se finit par une consonne, on le met au féminin et on ajoute -ment.

Naturel ---> naturelle --> naturellement

Moyen



Quizz d'entrainements :

http://sitesdefrancais.110mb.com/7a.htm

http://myweb.tiscali.co.uk/langex/French/files/adverbs/form.htm

http://orthographeenligne.tableau-noir.net/emment.html

http://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-2/exercice-francais-15045.php


Leçon 16 : Les participes passés se terminant par une consonne muette

Comment savoir si un participe passé doit se terminer par 's', 't', ou par une voyelle ?

Mettez-le au féminin et vous l'entendrez !

Il l'a pris ou il l'a prit ?
=> Il l'a prise => 's'

Tu l'as fait ou tu l'as fais ?
=> Tu l'as faite => 't'

Tu l'as fini / finis / finit ?
=> Tu l'as finie => on entend pas de consonne finale, ni 't' ni 's' (sauf accord)


Quizz sur les terminaisons des participes passés :

http://cafet.1fr1.net/t1111-regles-d-accord-du-participe-passe-avec-etre-avoir





Leçon 17 : L'accord du participe passé avec l'auxiliaire être


Utilisé avec l'auxilaire être, le participe s'accorde avec le sujet

- Il est parti
- Ils sont partis
- Elle est partie
- Elles sont parties
- On est venus/ venues ( si "on" peut être remplacé par "nous", la logique veut qu'on accorde au pluriel)




Leçon 18 : L'accord du participe passé avec l’auxiliaire avoir.


la règle : le participe passé utilisé avec l'auxiliaire avoir ne s'accorde jamais avec le sujet, mais peut s'accorder avec le COD uniquement si celui-ci est placé avant.


Ex : Elle a envoyé quatre lettres. ("envoyé" ne s'accorde pas avec le sujet "elle")

le COD "quatre lettres" se trouvent après le participe, donc pas d'accord avec le participe "envoyé".

Les quatre lettres que j'ai envoyées sont arrivées.

'que' ( le pronom relatif qui remplace les 'quatre lettres') est le COD et il est avant le participe passé, donc 'envoyées' s'accorde avec ce COD (féminin pluriel).


Quizz en ligne ciblés sur les règles d'accord avec l'auxiliaire être/avoir :
http://cafet.1fr1.net/t760-quizz-l-accord-des-participes-passes-avec-etre-et-avoir

Leçon détaillée ici :
http://cafet.1fr1.net/t1111-regles-d-accord-du-participe-passe-avec-etre-avoir



Leçon 19 : les particularités du présent de l'indicatif


http://cafet.1fr1.net/t646-le-present-de-l-indicatif

Leçon plus très nombreux quizz ciblés d'entrainement






Leçon 20 : le présent de l'impératif


Leçon + nombreux quizz très variés :

http://cafet.1fr1.net/t722-le-present-de-l-imperatif-quiz






Leçon 21 : le passé simple

Quizz très variés de révision :http://cafet.1fr1.net/t1035-le-passe-simple



Leçon 22 : rai / rais -futur ou conditionnel ?

- rai = futur de l'indicatif ( quasi certitude sur un événement futur)
- rais = conditionnel (éventualité, impossibilité, doute, politesse, ou ... futur dans le passé ...)

Ex : Je viendrai demain.
Si je le pouvais, je viendrais, mais...
Je partirai vers 20 heures
Je leur appris que je partirais la semaine suivante (futur dans le passé)

NB : si + -rais

Si, quand il exprime une condition, ne doit jamais être suivi du conditionnel, mais par l'imparfait. Le conditionnel se trouvera dans la principale seulement.

Si j'avais su, je ne serais pas venu
et non
Si j'aurais su, je ne serais pas venu.

Donc

- Si j'aurais j'avais de l'argent, j'achèterais une Ferrari









Leçon 23 : Le trait d'union n'est pas facultatif

Il faut l'utiliser :

1. quand on inverse sujet et verbe.

- On peut => Peut-on ?
- Il veut => Veut-il ?
- Il est => Est-il ?
- C'est => Est-ce ?
- Elles chantent => Chantent-elles ?
- Ils pleurent => Pleurent-ils ?

2. Quand il y a un -t- (dit 'euphonique'), on insère un tiret de part et d'autre

- Où va-t-il ? (Ou "va-il " ne se dit pas, on rajoute ce -t- pour faciliter la prononciation)
- Pourquoi crie-t-elle ?
- Depuis quand pleure-t-il ?
- Réessaye-t-on ?

Il ne faut pas d'apostrophe. Juste un tiret de chaque côté. On n'écrit pas : "va-t'il" , ni "Vat-il" ("vat" n'existe pas), mais "va-t-il venir ?"

3. A l'impératif, quand le pronom complément suit le verbe

- Fais-le
- Donne-moi l'heure
- Fais-lui plaisir
- Dis-lui la vérité






Leçon 24 : les ponctuations !

Leçon complète (sur les virgules, point d'exclamation, parenthèses, etc.) + de très nombreux quizz d'entrainement :

http://cafet.1fr1.net/t769-eviter-les-fautes-de-ponctuations


NB : les ponctuation du dialogue :


http://cafet.1fr1.net/t744-la-typographie-du-dialogue



Leçon 25 : divers homonymes à différencier

notre / le nôtre

- Notre sans accent est un déterminant adjectif possessif (donc suivi d'un nom)
Notre maison est belle, tu veux voir notre chien ?

- Le nôtre avec accent est un pronom possessif (il remplace un nom)
Le nôtre est plus beau, essaie le nôtre

Idem pour votre / vôtre.


du / dû

- du est l'article indéfini (du parfum, du temps, du couscous)
- dû est le verbe devoir (j'ai dû l'achever, rendez-lui son dû)

fois / foie / foi

- Fois : quand on compte (1 fois, 2 fois)
- Foie : l'organe du corps.
- Foi : la croyance, la conviction (religieuse par exemple)...


Tort / tord

- Tort : inverse de raison. Avoir tort = se tromper. Il a eu tort !
- Tord : du verbe tordre. Il se tord le cheville en s'enfuyant.


Qu'en / quand / quant

- Qu'en = la contraction de 'que en' :
Il ne roule qu'en voiture.
Il ne travaille qu'en été...

- Quand = lorsque :
Quand tu auras fini, fais-moi signe.
Quand on n'a que l'amour...

- Quant (suivi de 'à', 'au' ou 'aux') = en ce qui concerne
Quant à vous cher amis, nous allons avoir une petite discussion.
Quant aux fautes d'orthographe, sachez que...



Temps / tant / t'en / tend / tends / taon

- Temps = la durée (heure, minute, seconde) ou le climat (beau temps...)
Je n'ai pas le temps, je dois partir.
Quel temps fait-il en France aujourd'hui ?

- Tant = autant, tellement

J'ai tant de travail que je partirai plus tard ce soir.
Je n'ai jamais vu tant de fautes que dans ce livre.

- T'en = contraction de 'te en'
T'en a-t-il parlé ?
T'en souviens-tu ?
Ne t'en fais pas.

- Tends/tend = tendre, singulier, présent.
Il tend l'oreille.
Je tends les bras

- Taon : la sale bête qui pique fort.
Tu as un taon sur le bras, il va te piquer.



Plutôt / plus tôt

- Plutôt = de préférence. => Tu veux une prune ? Plutôt une fraise.
- Plus tôt = moins tard, avant, à l'a


voici mes résultats:
Revenir en haut Aller en bas
Alice

avatar

Nombre de messages : 1858
Age : 17

MessageSujet: Re: Récapitulatif des règles d'orthographe
Mar 21 Mai - 17:49

Revenir en haut Aller en bas

Récapitulatif des règles d'orthographe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Cafet' :: Index du forum :: Les mains tendues... :: Français :: Orthographe - Tout pour progresser !-
Archivehost Synonymes Dico répétoscope Bonpatron Contacter la modération