AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Partagez|

Sur la route de la sobriété

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Wam
Aidactive


Nombre de messages : 738

MessageSujet: Sur la route de la sobriété
Mar 5 Avr - 12:20

Bonjour à tous :

Spoiler:
 

Les écrits qui vont suivre sont inspirés de faits réels. L'interprétation finale peut varier, selon votre sensibilité, votre personnalité ou votre état d’esprit.

Il est humain de vouloir faire des expériences, d'avoir des tentations, de chercher à avoir des réponses à des questionnements divers et cela, qu'importe l'âge que nous avons. Il y a en revanche, des limites à s'infliger ... Surtout quand il s'agit de jouer au chat et à la sourie, avec des dépendances qui pourraient s'avérer néfastes et cela, pour toute une vie. Le jeu peut paraître drôle lors des premiers abords, mais peut très vite finir dans les tunnels obscurs de l'enfer. Quand vous y êtes enfermés et que la porte est verrouillée, préparez-vous à affronter une rivière de combat périlleux, où y coule à flot, le plus noir des désespoir.


N'oubliez pas : seul vous, avez droit d'être maître de vous-même ; Ne laissez pas Linck et ses collègues, devenir le sens, le noyau et l'obsession quotidienne de votre vie.

---------

"Je me prénomme "Linck" : ma consommatrice me connaît depuis de nombreuses années. Je suis devenu son ami, je le sais, parce qu'elle ne peut plus se passer de moi. Elle a essayé pourtant, mais elle est moi et je suis elle, tout comme une corde qui maintient un corps éteins.

Je n'hésite pas à sonner l'alarme, en elle, pour lui rappeler que je suis là et qu'il faut qu'on se retrouve. Elle m'écoute et même si elle n'en a pas envie, elle finit sans cesse pas céder. Je suis l'ami qui était présent tôt l'après-midi, jusqu'au soir, parfois même, des nuits entières. Pendant longtemps, j'étais seul avec elle, elle restait en ma compagnie, enfermée entre quatre murs.

Ma consommatrice a fait des connaissances : je faisais également parti de leur quotidien, mais pas que ! Il y avait mes collègues : cocaïne, speed, MD (et d'autres). Un cercle vicieux ténébreux, disait-elle à la longue.

Il lui arrivait de ne pas s'alimenter pendant plusieurs jours, elle s'en foutait, de toute façon, nous étions là, nous. C'était l'abandon d'elle-même, la négligence d'un corps, devenant comme une épave coulée dans des eaux glauques et glaciales.



Plusieurs mois se sont écoulés et du jour au lendemain, mes collègues ont été banni de la liste. Eux, ont finis par lâcher prise, parce qu'ils ont compris que ma consommatrice ne voulait plu entendre parler d'eux (idem pour les fréquentations). La descente a été rude, mais depuis, même si les propositions ne ceux comptent plu sur les doigts des deux mains réunies, elle les a laissés dans l'ombre d'un souvenir.
Mes collègues sont désormais enfermés à doubles tours dans un coffre.

Aujourd'hui, c'est moi, quelle rejette ... elle me fuit comme le choléra ! Je suis son ami, pourtant ... Je l'appelle, je la supplie, je torture son esprit en hantant ses rêves et, en faisant de moi le centre de sa pensée, cependant, plu rien y fait. C'est égoïste de laisser un ami de longue date, du jour au lendemain...

Hélas, j'ai beau être le loup qui hurle en elle chaque soir, pour la remettre en présence de son vieil ami, mais je sais que je suis devenu l'ombre d'un fantôme, qui traverse son âme sans ne même, plu l'atteindre. Je suis l'image sale quelle gardera de moi : sa naïveté et son tempérament influençable était un risque inouï, mais le jeu est fini.


Je suis Link, je suis un démon qui brise des vies et des familles entières... Il m'arrive d'être la cause de la cruauté humaine ; il m'arrive de blesser, de tuer. Il m'arrive également d'être la souffrance atroce d'une centaine de millions de personnes.


Je suis Linck, je ne suis pas que, parmi ces préjugés comme quoi, seuls les hommes à la rue m'enlace et me consomme à fortes quantités, parce que cela, est une fausse image de moi.

Je suis Linck ... oui, je suis Linck et n'importe qui, peut-être victime d'une amitié sordide"

------

Bienvenue dans le monde de la sobriété, loin de cet état artificiel, là où chaque pensée sont à leur place. On a beau chercher l'évasion, on a beau chercher à fuir ses problèmes, le mal-être qu'on porte en soi, mais quoi qu'on fasse, nous remonterons toujours à la surface. Ce sont souvent les retours qui font le plus mal. Même si vous êtes noyé au plus profond de l'abysse, jamais l'alcool ou la drogue, ne vous fera retrouver le bol d'oxygène qui rendra vos prochains jours meilleurs
Revenir en haut Aller en bas
Kenza Farah



Nombre de messages : 562

MessageSujet: Re: Sur la route de la sobriété
Sam 9 Avr - 10:23

très beau !
Revenir en haut Aller en bas

Sur la route de la sobriété

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Cafet' :: Index du forum :: La machine à café-
Archivehost Synonymes Dico répétoscope Bonpatron Contacter la modération