AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Partagez|

Cahier de textes des 3emes 5 de Prades

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Capitaine Caaaaaaverne !
Aidactive
avatar

Nombre de messages : 3479

MessageSujet: Re: Cahier de textes des 3emes 5 de Prades
Mer 11 Jan - 17:31

Liste des 110 titres 


. – Le premier qui pleure a perdu (Indiens d’Amérique – exclusion) 
ANONYME - Paroles de poilus (témoignages - 1ère guerre mondiale - tranchées) ANOUILH, J. – Le voyageur sans bagage (théâtre : amnésie)
 ATANGANA, L. – Dans la voiture de Johnny (road movie rocambolesque – engrenage diabolique) 
AZIZA, A. – L’accident (deuil – amour fraternel – souvenirs) 
BARROWS/SHAFFER - Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates (roman épistolaire : île – occupation allemande) 
*BENAMEUR, J. – Ça t’apprendra à vivre (souvenirs d’enfance - immigration – exil – Algérie ) 
BENCHLEY, P. – Jaws (horror) 
BERGE, P. – T’es pas ma mère (roman épistolaire – adoption)
BERNOS, C. – Le si gentil Monsieur Henry (pédophilie) BERTHOLON, D. – Twist (séquestration – écriture exutoire) ♥ BM Plabennec, IB & GB BLACKMAN, M. – Entre chiens et loups (ségrégation raciale – amour) ♥ IB BLONDEL, J.-P. – Brise-glace (adolescence – amitié – secret) BONDOUX, A.-L. – Le temps des miracles (exil – réfugiés – famille) ♥ MLT BOTTERO, P. – Tour B2 mon amour (amour – banlieue – tolérance) BOYNE, J. – Le garçon en pyjama rayé (2nde guerre mondiale - déportation) ♥ BM Plabennec & IB BRADBURY, R. – Fahrenheit 451 (S.F. – dystopie – totalitarisme – livres interdits) ♥LB BROACH, E. – La fille mirage (policier – USA – psychologique) ♥ BM Plabennec BROOKS, K. – iBoy (S.F. – vengeance – technologie – super-héros - suspense) BROWN, F. – Martiens go home (S.F. – humour) BUSUTTIL, J. – Petite Lune (Chine – politique de l’enfant unique) BUZZATI, D. – Le K (6 nouvelles fantastiques – humour) ♥ MLT CADIER, F. – La faute de Rose (Irlande – amour – fugue – prison) ♥ GB CARRÈRE, E. – L’adversaire (mensonge – imposture – fait divers) ♥ GB & LB CHEDID, A. – Le message (amour – guerre – course contre la montre) ♥ MLT *CHRAÏBI, D. – La Civilisation, ma mère !… (souvenirs d’enfance - Maroc – émancipation féminine) CHRISTIE, A. – Mort sur le Nil (policier) CLAUDEL, P. – La petite fille de Monsieur Linh (exil – amitié) ♥ MLT & LB CLAUDEL, P. – Il y a longtemps que je t’aime (scénario : secret de famille – sœurs) ♥ LB CLAVEL, F. – Décollage immédiat (voyage – disparition – thriller – suspense) COLIN-THIBERT – Tirez sur l’ambulance ! (nouvelles : humour grinçant) ♥ IB CONDIE, Ally – Promise (S.F. – dystopie – amour – révolte) ♥ GB CONSTANTINE, B. – Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom (tendresse – solidarité) *DAHL, R. – Moi, Boy (souvenirs d’enfance – humour) DOHERTY, B. – Cher inconnu (adolescence – maternité) DU BOUCHET, A. – Le journal d’Adèle (1ère guerre mondiale – vie quotidienne) DUGAIN, M. – La chambre des officiers (1ère guerre mondiale – « gueules cassées ») DU MAURIER, D. – The birds (horror)  *DUPEREY, A. – Le voile noir (souvenirs d’enfance – drame – photographies) *FOURNIER, J.-L. – Il a jamais tué personne, mon papa (souvenirs d’enfance – alcoolisme du père – humour) FRIOT, B. – Jours de collèges (5 nouvelles émouvantes pour évoquer le collège) ♥ MLT *GARY, R. – La promesse de l’aube*** (souvenirs d’enfance et d’adolescence – amour maternel) GARY, R. – Les cerfs-volants (2nde guerre mondiale – Résistance – amour – liberté – espoir) ♥ MLT GAUDÉ, L. – Eldorado (Lampedusa - exil – clandestins) ♥ MLT GAUDÉ, L. – Le soleil des Scorta (Italie – saga familiale ) ♥ IB & MLT GORDON, S. – En attendant la pluie (Apartheid – amitié) GREEN, J. - Nos étoiles contraires (amour – humour – maladie - émotions) ♥ BM Plabennec GRIFFIN, J.-H. – Dans la peau d’un noir *** (condition des Noirs – États-Unis) ♥ GB HADDON, M. – Le bizarre incident du chien pendant la nuit (enquête – autisme – Londres)♥ MLT HASSAN, Y. – Léna et la vraie vie (pensionnat – amitié – rivalité entre filles) HASSAN, Y. – Le journal de Philol (journal intime - adolescence - amour ) HAUSFATER-DOUIEB, R. – Le garçon qui aimait les bébés (adolescence – paternité) HINCKEL, F. – L’été où je suis né (amour – amitié – adoption – quête d’identité) HOROWITZ, A. – L’auto-stoppeur (nouvelles fantastiques – horreur – peur) ♥ GB IONESCO, E. – La cantatrice chauve (théâtre : absurde – humour) ♥ LB JIMENES, G. – Harcèlement (violence scolaire) ♥ MLT *JOFFO, J. – Un sac de billes (souvenirs d’enfance - 2nde guerre mondiale – Juifs – fuite) *JULIET, C. – Lambeaux ( autobiographie – amour maternel) KEYES, D. – Des fleurs pour Algernon ( S.F. – intelligence – expérimentation médicale) ♥ MLT CDI Collège Saint-Joseph Plabennec – 20ème édition Défi lecture 3ème 2013/2014 – liste étape 1 KRAKAUER, J. – Into the wild (aventure extrême – États-Unis – nature) ♥ GB KUIPERS , A. – Ne t’inquiète pas pour moi (correspondance mère/fille – maladie) *LAROUI, F. – Une année chez les Français (humour – satire sociale – Maroc – choc culturel) ♥ BM Plabennec & MLT LEHMANN, C. – No pasarán, le jeu (fantastique – jeu vidéo – fascisme) LEROY, J.- Norlande (Norvège – attentat) LETHIELLEUX, M. – Dis oui, Ninon (relation fille/père – liberté) ♥ BM Plabennec LEVINE, K. – La valise d’Hana (2nde guerre mondiale – déportation) ♥ IB & LB LONDON, J. - The call of the wild (Canada – animals - adventure)  LORENTZEN, B. – A la folie (fantastisque – fantôme - suspense) MALLEY, G. – La Déclaration (S.F. – dystopie – immortalité) ♥ GB & LB MAUPASSANT, G. de – Une vie *** (19e siècle – vie conjugale – destin) MAZARD, C. – L’absente (adoption – abandon – amour maternel) MERLE, R. – Malevil *** (S.F. post-apocalyptique) MORPURGO, M. – Seul sur la mer immense (mer – expédition – Australie – Angleterre) ♥ MLT & LB MORPURGO, M. – Cheval de guerre (1ère guerre mondiale – souvenirs d’un cheval dans les tranchées) MOURLEVAT, J.-C. – Terrienne (S.F. – dystopie – liberté – amour) ♥ GB MOURLEVAT , J. C. – Silhouette (nouvelles à chutes – humour noir) ♥ MLT *MULLER, A. – La petite fille du Vel d’Hiv (souvenirs d’enfance - 2nde guerre mondiale – rafle) ♥ GB MURAIL, M.-A. – Maïté Coiffure (orientation – quête d’identité) MURAIL, M.-A. – Simple (handicap) ♥ IB *NÉMIROVSKY, I. – Le bal (souvenirs d’adolescence – révolte – vengeance) ♥ MLT & GB *NOZIERE, J.-P. – Tu seras la risée du monde (souvenirs d’enfance – énurésie) OLLIVIER, M. – Frères de sang (secret de famille – suspense) *OLLIVIER, M. – Celui qui n’aimait pas lire (enfance – adolescence – école – cinéma) OLLIVIER, M. – Plus jamais sans elle (relation fils-mère – thriller) ♥ IB ORWELL, G. – 1984 *** (S.F. – dystopie - totalitarisme ) OZ, A. – Soudain dans la forêt profonde (peur – superstition) *PAGNOL, M. – La gloire de mon père (souvenirs d’enfance - Provence ) PANDAZOPOULOS, I. – On s’est juste embrassés (banlieue – rumeur – réputation) PETIT, X.-L. – Be safe (guerre en Irak) ♥ GB & MLT POE, E. A. – The murders in the rue Morgue (detective)  POUCHAIN, M. – La ballade de Sean Hopper (violence – délinquance) ♥ BM Plabennec QUENEAU, R. – Zazie dans le métro (humour – enfance – Paris) ♥ LB REMARQUE, E.-M. - A l’Ouest, rien de nouveau (témoignage - 1ère guerre mondiale) *RENARD, J. – Poil de carotte (récit d’enfance - enfant mal aimé) RIGGS, R. – Miss Peregrine et les enfants particuliers (fantastique – nazisme - voyage dans le temps) ROBBERECHT, T. – Terminale Terminus (policier – manipulation – souffre-douleur) ROGER, M.-S. – La tête en friche (illettrisme – rencontre – espoir) ♥ BM Plabennec & LB ROSNAY, T. de – Elle s’appelait Sarah (2nde guerre mondiale – rafle du Vel’ d’Hiv) ♥IB & GB *SATRAPI, M. – Persepolis (BD - Iran – exil – condition féminine) ♥ LB SCHMITT, É.-E. – Oscar et la dame rose (enfance – mort) ♥ LB & IB SHAKESPEARE, W. – Othello (theatre : love – jealousy)  STEINBECK, J. – Des souris et des hommes (États-Unis – handicap – amitié – crise économique) STRASSER, T. – La Vague (dictature – expérience pédagogique) ♥ BM Plabennec & profs d’histoire 3ème VACCA, P. – La petite cloche au son grêle (tendresse – famille – lecture) ♥ BM Plabennec & GB VAN DRAANEN, W. – Pacte de sang (secret – amitié) ♥ IB VICARY – Death in the freezer (crime – mystery)  VIGAN, D. de – No et moi (adolescente surdouée – SDF) ♥ BM Plabennec, GB & IB WILDE, O. – The Canterville ghost (fantastic)  ZOLA, É. – Naïs (nouvelle : amour) ZWEIG, S. – Un soupçon légitime (nouvelle : vengeance) ♥ MLT & LB

_________________
Bonjour les pinpins.... bat'
Revenir en haut Aller en bas
Capitaine Caaaaaaverne !
Aidactive
avatar

Nombre de messages : 3479

MessageSujet: Re: Cahier de textes des 3emes 5 de Prades
Lun 16 Jan - 12:11

rappel 2   

- LES FONCTIONS GRAMMATICALES 

Sujet
Les oiseaux chantent. Au loin s'éloignent les bateaux.

Attribut du sujet
Il est riche. Cet homme est devenu un héros.

Attribut du COD
On a élu cet homme député. Je la crois innocente.

Apposition
Le commandant, homme âgé et respectable, fit son entrée.

Complément d'agent
La souris a été mangée par le chat.
La route est bordée d'arbres

Complément d'objet direct
Le chat a mangé la souris. Les enfants aiment jouer.

Complément d'objet indirect
Nous avons parlé de toi.
J'ai assisté à un beau spectacle.

Complément d'objet second( quand il y a à la fois un COD et un COI,on appelle le COI complément d'objet second)
J'ai donné une récompense au vainqueur.
Je lui ai offert une coupe.

Complément du nom
As-tu lu La Gloire de mon père ?
Je joue de la flûte à bec.

Complément de l'adjectif
Nous sommes certains de sa réussite.

Complément circonstanciel
Complément circonstanciel de lieu
Je vais à Paris. Je travaille à côté du lac.

Complément circonstanciel d'accompagnement
Les enfants, autrefois, se promenaient avec leur gouvernante.

Complément circonstanciel de moyen
Je peins avec une brosse et un couteau.

Complément circonstanciel de manière
Ils travaillent avec soin. Cette lettre est écrite élégamment.

Complément circonstanciel de temps

Il a dormi toute la nuit. J'irai quand j'aurai le temps.

Complément circonstanciel de cause

Il est furieux parce que vous n'êtes jamais à l'heure. Je suis mort de peur.

Complément circonstanciel de conséquence

Vous n'êtes jamais à l'heure, si bien qu'il est furieux.

Complément circonstanciel de but

Nous courons pour échapper au danger.
Complément circonstanciel de condition
Si tu viens demain, il sera heureux.

Complément circonstanciel de comparaison
Il agit comme le faisaient ses ancêtres.

Complément circonstanciel de concession
Nous sortirons bien qu'il pleuve.

Epithète
C'est un beau chat noir.

Complément de l'antécédent

Le beau chat noir dont je parle appartient au voisin

_________________
Bonjour les pinpins.... bat'
Revenir en haut Aller en bas
Capitaine Caaaaaaverne !
Aidactive
avatar

Nombre de messages : 3479

MessageSujet: Re: Cahier de textes des 3emes 5 de Prades
Lun 16 Jan - 12:11

SEQUENCE 2 : 
Inconnu à cette adresse, K. KRESSMANN TAYLOR
Œuvre intégrale.



Objectifs : 
- Lire un roman porteur d'un regard sur l'Histoire : la montée du nazisme
- Découvrir le genre épistolaire


Séance 1 Un début [b]in medias res[/b]
les 2 premiéres lettres.



I. Mise en évidence de la typologie de la lettre :
Une œuvre épistolaire : une correspondance entre deux amis, l'un resté en Californie et l'autre rentré en Allemagne.
Lieu d'écriture, date, entête,formule de conclusion et signature


II. Compréhension de la lettre :
Etude du cadre spatio-temporel : la correspondance commence à la fin de l'année 1932, moment où l'Allemagne commence à se reconstruire. 
  Un début in medias res. L'incipit du récit se fait directement sans introduction ni préambule.
Martin et Max se sont connus en Allemagne et ont monté ensemble une galerie d'art en Californie
Martin vient de rentrer en Allemagne, d'où l'échange de lettres.
Max est nostalgique, d'abord de l'éloignement par rapport à son ami, mais aussi par rapport à l'Allemagne.
Martin a visiblement fait fortune en Californie et rentre en Allemagne en ayant tous les attributs d'un nouveau riche qui veut et peut faire étalage de ses biens.
La situation économique de l'Allemagne,mise à mal après la première guerre mondiale,lui permet d'autant plus de briller aux yeux de ses compatriotes et de faire figure de notable.
Il a eu par le passé une brève aventure avec Griselle, la petite soeur de Max, jeune comédienne, aventure qui n'a pas eu de suite puisque martin était marié et père de famille.

_________________
Bonjour les pinpins.... bat'
Revenir en haut Aller en bas
Capitaine Caaaaaaverne !
Aidactive
avatar

Nombre de messages : 3479

MessageSujet: Re: Cahier de textes des 3emes 5 de Prades
Lun 16 Jan - 12:12

SEQUENCE 3 : 
Inconnu à cette adresse, K. KRESSMANN TAYLOR
Œuvre intégrale.



Objectifs : 
- Lire un roman porteur d'un regard sur l'Histoire : la montée du nazisme
- Découvrir le genre épistolaire


Séance 1 :



I. Mise en évidence de la typologie de la lettre :
Une œuvre épistolaire : une correspondance entre deux amis, l'un resté en Californie et l'autre rentré en Allemagne.
Lieu d'écriture, date, entête,formule de conclusion et signature


II. Compréhension de la lettre :
Etude du cadre spatio-temporel : la correspondance commence à la fin de l'année 1932, moment où l'Allemagne commence à se reconstruire. 
  Un début in medias res. L'incipit du récit se fait directement sans introduction ni préambule.
Martin et Max se sont connus en Allemagne et ont monté ensemble une galerie d'art en Californie
Martin vient de rentrer en Allemagne, d'où l'échange de lettres.
Max est nostalgique, d'abord de l'éloignement par rapport à son ami, mais aussi par rapport à l'Allemagne.
Martin a visiblement fait fortune en Californie et rentre en Allemagne en ayant tous les attributs d'un nouveau riche qui veut et peut faire étalage de ses biens.
La situation économique de l'Allemagne,mise à mal après la première guerre mondiale,lui permet d'autant plus de briller aux yeux de ses compatriotes et de faire figure de notable.
Il a eu par le passé une brève aventure avec Griselle, la petite soeur de Max, jeune comédienne, aventure qui n'a pas eu de suite puisque martin était marié et père de famille.



_________________

















1 l'incipit


quel est le cadre spatio temporel de ce récit?
quelle est la situation politique de l'Allemagne à cette époque?
En quoi peut on dire que le départ de Martin soit l'élément déclencheur?


2 La présentation des personnages


Qu'apprend t'on sur le personnage de Max?Quelles impressions ces informations produisent elles sur le lecteur?
Même question sur le personnage de Martin
Même question sur le personnage de Griselle


3 La mise en place de l'intrigue
Pourquoi Max insiste -t'il autant sur les changements qui ont eu lieu en Allemagne? A quoi fait il référence?
Quels éléments indiquent l'identité juive de Max?En quoi la lettre de Griselle annonce t elle la suite du récit

_________________
Bonjour les pinpins.... bat'


Dernière édition par Capitaine Caaaaaaverne ! le Lun 23 Jan - 13:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Capitaine Caaaaaaverne !
Aidactive
avatar

Nombre de messages : 3479

MessageSujet: Re: Cahier de textes des 3emes 5 de Prades
Lun 16 Jan - 16:40

Séance 2 : Comment entre la lettre 4 et la lettre 6 Martin passe d'un scepticisme raisonné à une conviction absolue 


I. Peut-être qu'on va trouver un moyen pour mettre fin à la misère ?

A. Martin est tout à fait conscient des difficultés qu'il trouve à son retour en Allemagne. La 1 ère guerre mondiale est achevée depuis 14 ans et l'Allemagne est exsangue (exténuée) après le traité de Versailles: misère présente "j'ai appris les souffrances qu'ils ont endurés toutes ces années " p.25 
"ils se sont débarrassés de leur désespoir comme d'un vieux manteaux" p.24 . Ils sent bien que l'Allemagne a besoin d'un sursaut, d'un homme énergique, "on a trouvé un guide" p.24.

B. Cependant malgré tout, ses questions restent prégnantes (importantes, incontournable) "est-il complètement saint d'esprit?" p.24 "ou cela va nous mener? " 
= vaincre le désespoir vous engage souvent dans des directions insensés 


C .Mais il essaie de se rassurer "mais il ne s'agit peut-être que d'incident mineur " "si la finalité est juste, ces incidents passagers seront vite oubliés" p.25 
Martin essaie de justifier ce qu'il voit et qui le dérange, de se justifier lui même .

Il est surprenant de voir que la question qui reste présente constamment dans son esprit "la fin justifie t-elle les moyens" dans la lettre du 25 mars 1933, disparait dans la lettre du 9 juillet, en à peine 4 mois


II La bascule

_________________
Bonjour les pinpins.... bat'


Dernière édition par Capitaine Caaaaaaverne ! le Mer 25 Jan - 10:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Capitaine Caaaaaaverne !
Aidactive
avatar

Nombre de messages : 3479

MessageSujet: Re: Cahier de textes des 3emes 5 de Prades
Lun 16 Jan - 16:40

II la bascule

A. Surprenant de la part de Martin

Il est impliqué parmi les "notables" ,"c'est le maire que nous avons invité "p26 (lettre 4),
"le baron Van Freische" avec lesquels il peut tenir "une longue conversation sur l’Amérique".
Il regrette que son propre fils ne parle pas couramment l'allemand → on sent qu'il a reçu une bonne éducation et qu'il est exigeant face à celle de son fils.


B.→Les valeurs prônées par le mouvement nazi ont réussi à le convaincre totalement  


On peut voir une évolution flagrante (évidente) .
Au début, Martin observe ce qui l'entoure mais ne fait pas partie du mouvement.
"Ils allaient mourir mais un homme leur a tendu la main."
Il parle des allemands à la 3°personne du pluriel . il ne s'implique pas .


Par contre, à la lettre 6, il  fait totalement partie de ce mouvement, i, on passe à un "nous collectif"
"Nous nous redressons, conscient de notre pouvoir" , "Nous parcourons nos montagne"


C.En effet, il est totalement rentré dans les théories nazies


•Il renie complètement Max, et note en préambule (début) de sa lettre: "Il est impossible pour moi de correspondre avec un juif" (présence du pronom Moi.)


•Ses attaques contre les juifs
→"le juif est le bouc émissaire universel"
Il répète des stéréotypes (cliché, idée fausse)
"est" Présent de vérité générale = il est pris par une propagande


•Il développe une haine incroyable contre les juifs, dans laquelle il englobe même Max
" Tu seras avant tout un juif qui pleurniche sur son peuple(...) c'est conforme au caractère sémite"
Cette phrase est une attaque directe "tu" et violente parce que l'utilisation du futur donne la sensation de quelque chose d’irrémédiable. Max est réduit à sa religion  et le jugement est définitif.

_________________
Bonjour les pinpins.... bat'


Dernière édition par Capitaine Caaaaaaverne ! le Mer 25 Jan - 10:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Capitaine Caaaaaaverne !
Aidactive
avatar

Nombre de messages : 3479

MessageSujet: Re: Cahier de textes des 3emes 5 de Prades
Lun 23 Jan - 11:50

sujet de brevet 


file:///C:/Users/FANNY/Downloads/BREVET_Francais_2014.pdf



Faire au choix l'un des deux sujet de rédaction.

_________________
Bonjour les pinpins.... bat'
Revenir en haut Aller en bas
Capitaine Caaaaaaverne !
Aidactive
avatar

Nombre de messages : 3479

MessageSujet: Re: Cahier de textes des 3emes 5 de Prades
Mar 24 Jan - 19:31



Balzac Honoré de (1799 - 1850)

Baudelaire Charles (1821 - 1867)
Chateaubriand François-René (1768 - 1848) 

Courteline Georges (1858-1929)

Dumas Alexandre (1802 - 1870) 


Feydeau Georges (1862-1921)
Flaubert Gustave (1821 - 1880) 


Hugo Victor (1802 - 1885)

Lamartine Alphonse de (1790 - 1869)

Mallarmé Stephane (1842 - 1898) 

Maupassant Guy de (1850 - 1893) 

Musset Alfred de (1810 - 1857)

Renard Jules (1864 - 1910) (L)
Rimbaud Arthur (1854 - 1891)

Sand George (1804 - 1876) 
Stendhal (1783 - 1842) 
Verlaine Paul (1844 - 1896) (L)
Vallès Jules (1832-1885) (L)

Vigny Alfred de (1797 - 1863) (L)
Zola Emile (1840 - 1902)

XXe siècle

Anouilh Jean ( 1910-1987) 
Apollinaire Guillaume (1880 - 1918)
Aragon Louis (1897 - 1982) (L)

Bazin Hervé (1911 - 1996) (L)
Beauvoir Simone de (1908-1986) (L)
Beckett Samuel (1906 - 1989) 

Breton André ( 1896-1966) (L)
Camus Albert (1913 - 1960)

Cendrars Blaise ( 1887-1961) (L)
Char René ( 1907-1988) (L)

Claudel Paul (1868 - 1955) (L)
Cocteau Jean (1889 - 1963) (L)
Colette (1873 - 1954)

Desnos Robert ( 1900-1945) (L)

Duras Marguerite ( 1914-1996) 
Eluard Paul ( 1895-1952) 

Genet Jean (1910 - 1986) (L)
Gide André (1869 - 1951) 
Giono Jean (1895 - 1970) 
Giraudoux Jean ( 1882-1944) (L)

Ionesco Eugène (1912-1994) 

Kessel Joseph ( 1898-1979)  (L)
Koltes Bernard Marie ( 1948-1989) (L)

Malraux André (1901 - 1976) 

Mauriac François (1885 - 1970)  (L)

Michaux Henri ( 1899-1984) (L)

Noailles Anna de  (1876 - 1933) (L)

Péguy Charles (1873 - 1914) (L)
Perec Georges (1936 - 1982) (L)
Ponge Francis (1899 - 1988)
Prévert Jacques (1900 - 1977)
Proust Marcel (1871 - 1922)
Queneau Raymond (1903 - 1976)

Rostand Edmond ( 1868-1918)  (L)
Saint-Exupéry Antoine de (1900 - 1944)
Saint-John Perse  (1887-1975) (L)

Sarraute Nathalie (1900 - 1999)
Sartre Jean-Paul (1905 - 1980)

Valéry Paul (1871 - 1945) (L)
Vian Boris (1920 - 1959)
Yourcenar Marguerite (1903 - 1987)

Choisir dans cette liste un auteur dont vous connaissez la vie et l'oeuvre parfaitement , comme s'il faisait partie de vos amis proches: ses gouts, son enfance, ses amis, tout...


Connaitre parfaitement la conjugaison de tout l'indicatif... (4 temps simples et 4 temps composés)
C'est tout...

_________________
Bonjour les pinpins.... bat'


Dernière édition par Capitaine Caaaaaaverne ! le Mar 24 Jan - 19:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Capitaine Caaaaaaverne !
Aidactive
avatar

Nombre de messages : 3479

MessageSujet: Re: Cahier de textes des 3emes 5 de Prades
Mar 24 Jan - 19:39

Choisir dans cette liste un auteur dont vous connaissez la vie et l'oeuvre parfaitement , comme s'il faisait partie de vos amis proches: ses gouts, son enfance, ses amis, tout...

_________________
Bonjour les pinpins.... bat'
Revenir en haut Aller en bas
Capitaine Caaaaaaverne !
Aidactive
avatar

Nombre de messages : 3479

MessageSujet: Re: Cahier de textes des 3emes 5 de Prades
Mer 25 Jan - 10:19


_________________
Bonjour les pinpins.... bat'
Revenir en haut Aller en bas
Capitaine Caaaaaaverne !
Aidactive
avatar

Nombre de messages : 3479

MessageSujet: Re: Cahier de textes des 3emes 5 de Prades
Dim 19 Fév - 19:16


  


Antigone est une pièce en un acte de Jean Anouilh représentée pour la première fois au théâtre de l'Atelier à Paris le 4 février 1944, durant l'Occupation allemande


Antigone est la fille d'Œdipe et de Jocaste, souverains de Thèbes. Après le suicide de Jocaste et l'exil d'Œdipe, les deux frères d'Antigone, Étéocle et Polynice se sont entretués pour le trône de Thèbes. Créon, frère de Jocaste est – à ce titre – le nouveau roi et a décidé de n'offrir de sépulture qu'à Étéocle et non à Polynice, qualifié de voyou et de traître. Il avertit par un édit que quiconque osera enterrer le corps du renégat sera puni de mort. Personne n'ose braver l'interdit et le cadavre de Polynice est abandonné à la chaleur et aux charognards.
Seule Antigone refuse cette situation. Malgré l'interdiction de son oncle, elle se rend plusieurs fois auprès du corps de son frère et tente de le recouvrir avec de la terre.Ismène, sa sœur, ne veut pas l'accompagner car elle a peur de Créon et de la mort.
Antigone est prise sur le fait par les gardes du roi. Créon est obligé d'appliquer la sentence de mort à Antigone. Après un long débat avec son oncle sur le but de l'existence, celle-ci est condamnée à être enterrée vivante. Mais au moment où le tombeau va être scellé, Créon apprend que son fils, Hémon, fiancé d'Antigone, s'est laissé enfermer auprès de celle qu'il aime. Lorsque l'on rouvre le tombeau, Antigone s'est pendue avec sa ceinture et Hémon, crachant au visage de son père, s'ouvre le ventre avec son épée. Désespérée par la disparition du fils qu'elle adorait, Eurydice, la femme de Créon, se tranche la gorge.

_________________
Bonjour les pinpins.... bat'
Revenir en haut Aller en bas
Capitaine Caaaaaaverne !
Aidactive
avatar

Nombre de messages : 3479

MessageSujet: Re: Cahier de textes des 3emes 5 de Prades
Dim 19 Fév - 19:17

Quelques citations d'Antigone

comprendre ; toujours comprendre. Moi, je ne veux pas comprendre.
C'est bon pour les hommes de croire aux idées et de mourir pour elles.
C'est plein de disputes, un bonheur.
Ismène : Tu n'as donc pas envie de vivre , toi ?
Antigone : pas envie de vivre...Qui se levait la première , le matin, rien que pour sentir l'air froid sous sa peau nue ? Qui se couchait la dernière seulement quand elle n'en pouvait plus de fatigue, pour vivre encore un peu de la nuit ? Qui pleurait déjà toute petite , en pensant qu'il n'y avait tant de petites bêtes, tant de brins d'herbe dans le pré , et qu'on ne pouvait pas tous les prendre ?
Chacun de nous a un jour, plus ou moins triste, plus ou moins lointain, où il doit enfin accepter d'être un homme.
Pauvre Créon ! Avec mes ongles cassés et pleins de terre et les bleus que tes gardes m'ont faits aux bras, avec ma peur qui me tord le ventre, Moi, je suis reine.
Je vous parle de trop loin maintenant , d'un royaume où vous ne pouvez plus entrer avec vos rides, votre sagesse, votre ventre.
Vous me dégoûtez tous avec votre bonheur ! Avec votre vie qu'il faut aimer coûte que coûte... Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste , moi, et de me contenter d'un petit morceau, si j'ai été bien sage.

_________________
Bonjour les pinpins.... bat'
Revenir en haut Aller en bas
Capitaine Caaaaaaverne !
Aidactive
avatar

Nombre de messages : 3479

MessageSujet: Re: Cahier de textes des 3emes 5 de Prades
Dim 19 Fév - 19:17


_________________
Bonjour les pinpins.... bat'
Revenir en haut Aller en bas
Capitaine Caaaaaaverne !
Aidactive
avatar

Nombre de messages : 3479

MessageSujet: Re: Cahier de textes des 3emes 5 de Prades
Lun 20 Fév - 12:12

ANTIGONE  - Jean ANOUILH
 
Reprise d’un mythe antique dans le théâtre moderne Antigone, fille d’Œdipe *. Figure de femme ou de jeune fille souvent mise en scène (Sophocle, Anouilh, Cocteau, Brecht) Evolution de ce mythe et sens variés de l’interprétation de « la voix d’une jeunesse insoumise qui secoue la loi des adultes »


I L’autorité bafouée de Créon
Un homme paternaliste : donne des conseils (nombreux impératifs : marie toi vite, sois heureuse) et des mises en garde (ne les écoute pas, ne m’écoute pas) contre les tentations de grandeur, contre les apparences. Il est attentif, soulagé de voir Antigone plus calme et il a une confiance mêlée de tendresse : « tu verras » (futur) , « tu l’apprendras, toi aussi , plus tard » => projection dans un avenir serein ; il se place en recul : « les jeunes gens »  « sans savoir » il est celui qui sait qui a de l’expérience qui propose une pédagogie (conception) de la vie.
-          Langage métaphorique pour parler d’un bonheur simple et du temps qui passe « c’est une eau que les jeunes gens laissent couler.. » « ferme tes mains ->métaphore filée
Les erreurs de jeunesse, le carpe diem (fuite de l’eau, fuite du temps, reprise de l’adverbe vite)
Futurs de certitude : ce ne sera pas vrai
Impératifs : retiens là
Présent de vérité générale : la vie, c’est une livre qu’on (général) aime ; très sûr de lui, il  énonce des sortes de maximes de grands bilans d’existence : il a fait le tour de la question.
« Rien n’est vrai de ce qu’on ne dit pas » formules obscures, généralités » la vie ce  n’est peut être que… » Caractère étriqué de sa vision du monde, celle du vieillard désabusé.
-          Une vision désabusée du bonheur
Enfant .. Outil … banc -> des raccourcis qui proposent des instantanés de bonheur liées aux occupations simple de la vie ; apprécier l’instant présent mais en même temps le verbe «  grignoter, l’adjectif « petit » suggèrent l’image d’un repliement que soi, d’un bonheur limité, individuel qu’il faut se fatiguer, arracher à la vie »un pauvre mot, hein ? » mais un mot qui va provoquer « doucement «  (didascalie)sur la jeune fille un sursaut de conscience.
Dès ce mot prononcé,
ð  Créon ne peut plus s’exprimer, la scène bascule
A la prise de conscience progressive d’Antigone, il ne peut opposer que un autoritarisme vain, qui ressemble de plus en plus à un aveu de faiblesse (violence) impuissance, leitmotiv (image répétée) -> imposer le silence « tu es folle, tais toi … » « tu ne sais plus ce que tu dis » « Tais toi, te tairas tu enfin ? » « Je t’ordonne de te taire
2ème moyen de la faire taire : la violence verbale
è Rappel de la folie et de l’hérédité « folle comme ton père «  (Œdipe)
è L’insulte folle>imbécile> tu es laide (volonté d’humilier) ;
è les reprises « commence, commence »
è l’adverbe « enfin »(293), « maintenant » 331 ; exaspération croissante
3ème moyen : recours à la violence physique (cf les didascalies)
            « hausse les épaules » « la secoue »> »lui broie le bras »
ð  aveu d’impuissance de Créon devant la montée en puissance incontrôlable d’Antigone et de sa révolte
II La montée en puissance de la révolte d’Antigone
Rejeter le bonheur qu’on lui propose  (puisqu’on lui « vend » en échange de son aptitude à rentrer dans le rang. C’est explicitement ce que lui propose Créon : on efface tout, personne ne sait rien, tu oublies tes utopies dérangeantes, tu ne fais pas de vagues et toi aussi tu auras droit au bonheur)
Réaction brutale mais en crescendo : du murmure aux cris, d’une scène d’interrogation sur elle-même et à elle-même (quel sera-t-il mon bonheur ? Quelle femme heureuse deviendra t’elle la petite Antigone) à une forme d’accusation de plus en plus violentes ; mouvements anaphoriques « quelles ? » « à qui » ? « Qui » ?... vocabulaire de la misère morale matérialisée par la métaphore « lambeau », « arracher avec ses dents » (renvoie l’humain  au rang du chien-> métaphore filée « défendre ton bonheur comme os (299)-> « on dirait des chiens qui lèchent tout ce qu’ils trouvent » (303)
(remarque personnelle « cette graisse autour de toi » -> La Fontaine le Loup et le Chien : même problématique du refus d’un bonheur confortable mais qui implique des compromis, des trahisons à ses idéaux personnels. «  Le loup s’enfuit et court encore »Antigone fuira autrement)
Reprises et répétition qui traduisent son exaltation (exclamatives) « Non, je ne me tairai pas » 2* « je veux savoir comment je m’y prendrai pour être heureuse,  pour vivre »
C’est une volonté d’exigence -< tout de suite ; c’est un amour intègre et total « moi, je veux tout, tout de suite.. . ou je refuse ! (noter les exclamations)
« J’aime mais si ---(série d’hypothétiques) alors je n’aime plus Hémon »
S’il doit devenir Monsieur Hémon, s’il doit vous ressembler :  ne plus parler, ne plus frémir, ne plus avoir peur, me détester : accepter la souffrance, les « vagues » et surtout cesser d’aimer de façon fusionnelle, passionnelle.
La passion ou rien -> intransigeance d’Antigone, qui place très haut la borne de ses exigences ; Refus de l’hypocrisie et des compromis
Au vous qui désigne Créon, et tous ceux qui lui ressemblent, elle oppose un « moi » tonique « moi, je «  « comme moi », « moi aussi ».
Elle affirme, revendique sa différence et prends conscience de l’éloignement qui s’opère entre elle et Créon (Elle et le monde) «  Je vous parle d’un royaume où vous ne pouvez plus entrer »
Le dialogue est impossible parce que Créon a accepté de vieillir (rides, ventre, petit plis, graisse) , il a accepté de changer , de s’adapter , de voir ses idéaux « s’empâter » , il a accepté l’image concrète de la vieillesse, de la laideur et métaphoriquement du compromis.
Révolte d’Antigone contre la laideur
è laideur crument dénoncée : images du corps et de la nourriture (crescendo) « viande bouillie cuisine »
Le bonheur est assimilé à un « os » (cf l’image des chiens qui lèchent tout ce qu’ils trouvent)
Attaques violentes de la jeune fille qui harcèle le Roi ( ?/ !), le dévalorise «  Nous sommes de ceux qui son différents de vous » ; la rire (didascalie l288)-> moquerie vive > tutoiement final « Tu m’ordonnes, cuisinier »
La dépréciation
« je ne veux pas être modeste moi » « me contenter d’un petit morceau si j’ai été bien sage (307) ; elle lui reproche son manque d’ambitions, d’exigences personnelles, lui reproche d’être médiocre, passif ; «  Nous sommes de ceux qui posent les questions jusqu’au bout »(312)
Violence rebelle-> attaques « entre chiens » ceux qui lui sautent dessus quand ils le rencontrent ; refus de se taire ; attaquer plutôt que de subir
L’espoir = les promesses du bonheur
A refusé d’attendre «  votre espoir, votre cher espoir, votre sale espoir » ; rythme ternaire ; opposition ; crescendo sur le mépris ; « votre » distanciation / soi
La dépréciation s’achève en crise de violence brutale (laide-ignoble, cris, sursauts, lutte de chiffonniers ; laideur morale associée à la laideur physique ; Référence presqu’apaisée aux antécédents, aux mythes (père-mère, mort de son père « il est devenu beau »

_________________
Bonjour les pinpins.... bat'
Revenir en haut Aller en bas
Capitaine Caaaaaaverne !
Aidactive
avatar

Nombre de messages : 3479

MessageSujet: Re: Cahier de textes des 3emes 5 de Prades
Lun 20 Fév - 15:08


_________________
Bonjour les pinpins.... bat'
Revenir en haut Aller en bas
Capitaine Caaaaaaverne !
Aidactive
avatar

Nombre de messages : 3479

MessageSujet: Re: Cahier de textes des 3emes 5 de Prades
Lun 27 Fév - 12:07

Citation :Faites ce qu'on vous dit


Dans les procès consécutifs à la seconde guerre mondiale, de nombreux criminels de guerre ont affirmé qu'ils ne faisaient que suivre les ordres et ne pouvaient pas être tenus responsables de leurs actes.
Les Allemands étaient-ils en fait mauvais et dotés d'un coeur de pierre, ou est-ce un phénomène de groupe qui pourrait arriver n'importe où dans les conditions propices?


Préparation de l'expérience de Stanley Milgram


Le psychologue Stanley Milgram a créé un générateur de choc électrique avec 30 positions. Le commutateur était doté d'incréments de 15 volts bien visibles allant de 15 à 450 volts.
Milgram a aussi placé des étiquettes indiquant le niveau de choc, comme 'modéré' (de 75 à 120 Volts) et 'fort' (de 135 à 180 Volts). Sur les commutateurs de 375 à 420 Volts, on pouvait lire 'Danger: choc sévère' et sur les deux niveaux les plus hauts (de 435 à 450 Volts), on pouvait lire 'XXX'.
Le générateur de choc était en fait faux et ne faisait que produire un son lorsqu'on modifiait la position du commutateur.
40 sujets (mâles) ont été recrutés avec un courrier et une annonce dans les journaux. Ils pensaient qu'ils allaient participer à une expérience sur "la mémoire et l'apprentissage".
Dans le test, chaque sujet était clairement informé que sa présentation à l'expérience garantissait son paiement, et qu'il pourrait garder l'argent "quoi qu'il arrive après son arrivée".
Ensuite, le sujet rencontrait la personne dirigeant l'expérience (l'expérimentateur), et une autre personne que l'on présentait comme un autre sujet. Cet autre sujet était en fait un complice agissant à l'instar d'un sujet. C'était un comptable de 47 ans.
Les deux sujets (le vrai et le faux) ont tiré des bouts de papier pour désigner qui allait être 'enseignant' et qui allait être 'élève'. Le tirage au sort était en fait truqué et le vrai sujet obtenait toujours le rôle de l'enseignant.
L'enseignant voyait que l'élève était attaché à une chaise avec des électrodes fixés sur lui. Le sujet était ensuite déplacé dans une autre pièce en face du générateur de choc, incapable de voir l'élève.


Question de recherche


L'expérience de Stanley Milgram cherchait à obtenir une réponse à la question:
"Pendant combien de temps un individu donnera des chocs à un autre si on lui dit de le faire, même si il pense que l'autre personne pourrait être gravement blessée?" (lavariable dépendante).
Souvenez-vous que les sujets avaient rencontré l'autre personne, un étranger sympathique, et qu'ils savaient qu'ils auraient pu être à la place de l'élève et recevoir des chocs.


L'expérience


Le sujet était chargé d'enseigner des paires de mots à l'élève. Quand l'élève faisait une erreur, le sujet devait le punir en lui donnant un choc électrique et en additionnant 15 volts à chaque erreur.
L'élève ne recevait jamais les chocs, une séquence audio pré-enregistrée était déclenchée quand un choc était envoyé.
L'expérimentateur était assis dans la même pièce; si le sujet lui adressait la parole, il répondait avec des phrases prédéfinies ("Veuillez continuer", "Veuillez poursuivre", "L'expérience nécessite que vous poursuiviez", "Il est absolument essentiel que vous continuiez", "Vous n'avez pas d'autre choix, vous devez poursuivre"). L'expérimentateur commençait avec les phrases les plus douces et devenait plus autoritaire à chaque fois que le sujet lui adressait la parole.
Si le sujet demandait qui était responsable au cas où quelque chose arrivait à l'élève, l'expérimentateur répondait: "Je suis responsable". Cette réponse soulageait le sujet et beaucoup ont poursuivi.


Résultats


Au cours de l'expérience de Stanley Milgram, de nombreux sujets ont montré des signes de tension. 3 sujets ont eu des crises intenses et incontrôlables.
Même si la plupart d'entre eux étaient mal à l'aise d'agir de la sorte, les 40 sujets ont obéi jusqu'à 300 volts.
25 des 40 sujets ont continué à donner des chocs jusqu'à ce que le niveau maximum de 450 volts soit atteint.


Conclusion - Obéissance à l'autorité


Avant l'expérience de Stanley Milgram, les experts pensaient qu'environ 1-3% des sujets continueraient à donner des chocs. Ils pensaient qu'il fallait être pathologique ou psychopathique pour poursuivre.
Pourtant, 65% n'ont jamais cessé d'envoyer des chocs. Aucun n'a arrêté quand l'élève a dit qu'il avait des problèmes cardiques. Comment est-ce possible? Nous savons maintenant que cela vient de notre disposition presque innée à faire les choses comme on nous l'impose, en particulier avec les personnes en position d'autorité.









La hiérarchie apparaît indispensable à tous processus d’obéissance.
L’individu qui entre dans un système d’autorité ne se voit plus comme l’acteur de ses actes ; contraires à la morale, mais plutôt comme l’agent exécutif des volontés d’autrui. Il va attribuer la responsabilité à l’autorité.
 

Milgram nous dit que l'individu passe de l’état autonome (on est déterminé de l’intérieur) à l’état agentique (l’individu se sens comme un rouage d’une volonté qui est extérieur à la sienne)

Comment se fait ce passage et quels sont les facteurs de maintenance ?

Conditions préalables générales :

  • La famille

  • Le cadre institutionnel

  • Les récompenses



Conditions générales spécifiques :

  • Il faut que les sujets perçoivent l’autorité comme légitime

  • L’expérience est présentée comme scientifique (idéologie du scientisme)



Conséquences :

  • Perte du sens des responsabilités

  • L’image de moi m’est donnée par l’autorité qui valorise l’obéissance

  • Je vais être le siège d’une tension car je répugne à faire souffrir autrui



Façons de résoudre les tensions :

  • La dérobade comme si on n’entendait plus les cris de l’autre

  • Les manifestations psychosomatiques

  • La désapprobation ; « je ne suis pas d’accord » mais je le fais quand même

  • La  désobéissance qui ramène à l’état autonome



Facteurs de maintenance dans l’état agentique :

  • La continuité de l’action ; « la main dans l’engrenage »

  • Contrat moral, règles du jeu



Mais d’où l’expérimentateur détient-il son pouvoir ?
Il n’a aucun réel moyen de coercition. 
Le pouvoir est une notion éminemment politique et il faut se tourner vers les appareils idéologique d’état : Ensemble d’institutions publiques et privées qui élaborent, inculquent le système de norme et qui a pour fonction la reproduction des rapports sociaux existants.
Pour conclure, l’individu est en fait habitué à obéir et à recevoir des récompenses pour cela que ce soit dans le domaine scolaire, familial ou professionnel. La société inculque à l’enfant et dès son plus jeune âge un profond respect de l’autorité.

Le sujet de Milgram ou Monsieur tout le monde agit contre ses convictions et en souffre. Cependant, il va se conformer à ce qu’on attend de lui.


_________________

_________________
Bonjour les pinpins.... bat'
Revenir en haut Aller en bas
Capitaine Caaaaaaverne !
Aidactive
avatar

Nombre de messages : 3479

MessageSujet: Re: Cahier de textes des 3emes 5 de Prades
Lun 27 Fév - 12:08

L’expérience

La « Troisième vague ».

C’est sous ce nom que l’expérience du professeur d’Histoire, Ron Jones, fut connue. Elle eut lieu durant une semaine d’avril 1967 au lycée de Cubberley, à Palo Alto en Californie. Le professeur ne pouvant expliquer l’inaction des populations face au génocide perpétré par les nazis, décida d’une mise en situation. L’idéologie du mouvement reposait sur la force de la discipline, et la destruction de la démocratie, car celle-ci a pour centre l’individu et non la communauté.

Les sources datant de l’époque des faits sont rares : deux articles succincts dans le Cubberley Catamount (le journal du lycée) des 7 et 21 avril 1967 ; et un ouvrage publié par le professeur Jones lui-même en 1972. Dans ce livre, il offre une chronologie du déroulement de l’expérience, la voici :

Lundi : Ron Jones commence la journée par une « allocution sur la discipline » (sa nécessité pour certaines catégories de personnes comme les athlètes, etc. ; son bénéfice : la réussite) ; puis donne l’indication d’une position facilitant « la concentration et la volonté » ; et termine par des instructions pour répondre à ses questions (se lever et dire « Monsieur Jones » suivi de la réponse énoncée de façon claire et brève). Ces instructions sont mises en pratique lors d’une série de questions/réponses s’enchaînant de façon rapide, ce qui semble stimuler et motiver les participants.

Mardi : Le professeur inscrit deux devises au tableau : « La force par la discipline, la force par la communauté », et exalte la notion de communauté (une « communauté tournée vers l’accomplissement d’un but commun »). Pour que ses élèves prennent conscience de la force d’une communauté, il leur fait scander les deux devises jusqu’à une parfaite « coordination ». Il finit le cours par l’apprentissage d’un salut de reconnaissance entre membres.

Mercredi : Le mouvement attire les élèves d’autres classes, qui viennent participer à son cours. M. Jones distribue des cartes de membres, dont trois possèdent une croix rouge. Celles-ci donnent un statut particulier à leur propriétaire, ils sont les responsables des dénonciations (pour tous membres n’appliquant pas les préceptes, ou critiquant le mouvement). L’égalité instaurée entre les membres donne confiance aux « élèves les moins sûrs d’eux » et les fait participer. Alors que la règle des réponses courtes et spontanées semble leur ôter toute réflexion et argumentation. Le professeur demande à développer les « recrutements », c’est ainsi qu’il s’aperçoit que des intimidations y sont souvent associées. Un élève lui propose même de devenir son garde du corps, ce qu’il laisse faire.

Jeudi : L’expérience commence à échapper au professeur. La vie de l’établissement se trouve perturbée, puisque les élèves délaissent leurs propres cours pour assister à ceux de M. Jones. De plus, « une " police secrète " s’organise sur la délation et la peur ». Inquiet, le professeur décide de mettre fin à l’expérience. Il annonce qu’il s’agit en fait d’un projet national, et que le lendemain le leader national s’adressera à eux.

Vendredi : Les élèves ont d’eux-mêmes organisé une grande réunion. Des amis de l’enseignant sont déguisés en journalistes et en photographes pour servir de témoins. Les portes de la salle sont fermées et gardées par des élèves. Ron Jones leur fait faire le salut et scander les devises (qui sont devenues des slogans). Il fait enfin allumer les téléviseurs devant les lycéens obéissants. Or, seule la « neige » répond à leur attention. Aucun « leader national »… Ils prennent enfin conscience de la supercherie. Le professeur leur confirme comment, et dans quelle mesure, ils ont été manipulés ; et termine l’expérience par un dernier parallèle entre ce qu’ils viennent de vivre et ce que la population de la population nazie avait vécue.

Cette expérience est très étudiée, lors de recherches par les psychologues sur la « malléabilité d’esprit », notamment chez les adolescents.

(source : http://fr.wikip…_Vague)

_________________
Bonjour les pinpins.... bat'
Revenir en haut Aller en bas
Capitaine Caaaaaaverne !
Aidactive
avatar

Nombre de messages : 3479

MessageSujet: Re: Cahier de textes des 3emes 5 de Prades
Mar 28 Fév - 20:00


_________________
Bonjour les pinpins.... bat'
Revenir en haut Aller en bas
Capitaine Caaaaaaverne !
Aidactive
avatar

Nombre de messages : 3479

MessageSujet: Re: Cahier de textes des 3emes 5 de Prades
Mar 28 Fév - 20:01


_________________
Bonjour les pinpins.... bat'
Revenir en haut Aller en bas
Capitaine Caaaaaaverne !
Aidactive
avatar

Nombre de messages : 3479

MessageSujet: Re: Cahier de textes des 3emes 5 de Prades
Mar 28 Fév - 20:10


_________________
Bonjour les pinpins.... bat'
Revenir en haut Aller en bas
Capitaine Caaaaaaverne !
Aidactive
avatar

Nombre de messages : 3479

MessageSujet: Re: Cahier de textes des 3emes 5 de Prades
Mer 1 Mar - 6:55


_________________
Bonjour les pinpins.... bat'
Revenir en haut Aller en bas
Capitaine Caaaaaaverne !
Aidactive
avatar

Nombre de messages : 3479

MessageSujet: Re: Cahier de textes des 3emes 5 de Prades
Mer 1 Mar - 6:58

Réalisé dix ans après la fin de la guerre, Nuit et Brouillard reste tributaire de la perception que l’on pouvait avoir du phénomène dans les années 1950. À cette époque, le souvenir de la déportation est véhiculé en premier lieu par les déportés politiques et leurs associations. Les rescapés juifs non seulement sont peu nombreux – pour la France, deux mille cinq cents survivants sur soixante-dix mille déportés juifs –, mais ils ne font pas entendre leur voix, comme si le silence avait été alors leur moyen de continuer à vivre après le traumatisme.
De fait, Nuit et Brouillard est d’abord un film sur le phénomène concentrationnaire tel que les déportés des camps de Dachau et de Buchenwald ont pu en rapporter l’expérience. L’auteur du commentaire, Jean Cayrol, en était lui-même un rescapé. Le film montre bien les chambres à gaz d’Auschwitz mais gomme la spécificité du génocide juif. L’œuvre d’Alain Resnais se situe dans cette première période de la mémoire de la déportation, où le choc de l’ouverture des camps est proche mais où l’on distingue encore mal l’ampleur et la diversité du phénomène. Les nombreux travaux d’historiens parus depuis et les témoignages spécifiques des rescapés du génocide ne permettraient plus aujourd’hui de rester dans cette relative confusion.
Alors faut-il continuer à montrer Nuit et Brouillard ? Oui, car en trente minutes, l’essentiel est dit : l’horreur du meurtre de masse, la survie et la mort, le temps qui passe et l’enjeu de la mémoire. Certes il demande à être complété en faisant apparaître clairement la spécificité juive du phénomène concentrationnaire. Mais la stupeur admirablement mise en images par Alain Resnais en 1956 frappe toujours et alerte, comme ces mots de Jean Cayrol sur les décombres d’un crématoire : « Qui de nous veille sur cet étrange crématoire pour nous avertir de la venue de nouveaux bourreaux… nous qui ne pensons pas à regarder autour de nous et qui n’entendons pas qu’on crie sans fin. »

_________________
Bonjour les pinpins.... bat'
Revenir en haut Aller en bas
Capitaine Caaaaaaverne !
Aidactive
avatar

Nombre de messages : 3479

MessageSujet: Re: Cahier de textes des 3emes 5 de Prades
Mer 1 Mar - 7:06


_________________
Bonjour les pinpins.... bat'
Revenir en haut Aller en bas
Capitaine Caaaaaaverne !
Aidactive
avatar

Nombre de messages : 3479

MessageSujet: Re: Cahier de textes des 3emes 5 de Prades
Lun 13 Mar - 11:24

Le  subjonctif présent


Sa valeur:
Le subjonctif exprime traditionnellement un souhait, un désir, un ordre, un doute, un conseil ou une supposition. ex: Je voudrais que tu fasses tes devoirs.

Il s'agit d'une action non-réalisée au moment où on s'exprime: les devoirs ne sont pas encore faits...   
Il faut qu'il aille le voir.
Je souhaite qu'il vienne m'en parler.
Quoi que tu fasses, ce sera parfait.

Les terminaisons du subjonctif présent:


Au présent du subjonctif, tous les verbes (sauf avoir et être) ont les mêmes terminaisons : -e, -es, -e, -ions, -iez, -ent. 


que je joue
que tu ries
qu'il puisse
que nous obéissions
que vous chantiez
qu'ils rient


N.B Avec nous et vous pour certains verbes, on a deux i consécutifs liés à la terminaison : que nous  nous réfugiions

_________________
Bonjour les pinpins.... bat'
Revenir en haut Aller en bas
Capitaine Caaaaaaverne !
Aidactive
avatar

Nombre de messages : 3479

MessageSujet: Re: Cahier de textes des 3emes 5 de Prades
Lun 13 Mar - 11:27

La conjugaison et l'emploi du conditionnel

Le conditionnel présent:

Comme l'indicatif et le subjonctif, le conditionnel est un mode.

On l'utilise pour exprimer une action qui aura lieu à condition qu'une autre action ait pu avoir lieu avant.

Exemple: Si Jordan gagnait au loto, il s'achèterait une voiture de sport rouge.

On emploie le conditionnel présent (achèterait) lorsque la condition est exprimée à l'imparfait (si Jordan gagnait).

Le conditionnel présent s'emploie aussi:

- pour demander quelque chose poliment.

exemple: Pourriez-vous fermer la porte s'il vous plaît ?

- pour donner une information, sans certitude.

exemple: Il se pourrait qu'il pleuve demain.

La conjugaison:
Au conditionnel présent, le radical est celui du futur simple de l'indicatif, les terminaisons sont celles de l'imparfait.

=> ais-ais-ait-ions-iez-aient

Exemples:

chanter: je chanterais / tu chanterais / il chanterait / nous chanterions / vous chanteriez / ils chanteraient

choisir: je choisirais / tu choisirais / il choisirait / nous choisirions / vous choisiriez / ils choisiraient


Construction du conditionnel passé

C'est un temps composé : on utilise l'auxiliaire être ou avoir au conditionnel présent et on rajoute le participe passé du verbe à conjuguer.
Exemples : 
- Si j'avais de l'argent, je serais partie en voyage. 
- Nous aurions voulu rentrer plus tôt.

L'utilisation du conditionnel passé

  Lorsque l'on n'est pas sûr de l'information annoncée (utilisé souvent dans les journaux télévisés)

   Ex : Un bus s'est renversé. Le chauffeur aurait trop bu et se serait endormi au volant.

        Pour exprimer un regret vis-à-vis d'une action passée

    Ex : Il aurait pu faire l'effort de venir.


exercices d'application

http://www.fran…02.php

_________________
Bonjour les pinpins.... bat'
Revenir en haut Aller en bas

Cahier de textes des 3emes 5 de Prades

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 4 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Cafet' :: Index du forum :: Les mains tendues... :: Cahier de textes - Révisions :: 3ème-
Archivehost Synonymes Dico répétoscope Bonpatron Contacter la modération