AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Partagez|

Rome Vs Carthage : les trois guerres puniques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Modo
Aidactif
avatar

Nombre de messages : 19890

MessageSujet: Rome Vs Carthage : les trois guerres puniques
Mer 16 Aoû - 12:34

Après l'expulsion des rois, la république romaine entreprit d'agrandir son territoire en se lançant peu à peu à la conquête de l'Italie, et elle ne comptait pas s'arrêter en si bon chemin.


Seulement, de l'autre côté de la méditerranée, la cité de Carthage devenait, comme Rome, une superpuissance du monde méditerranéen.



Au fur et à mesure que chacune de ces deux villes gagnait en puissance et en territoires, en conquêtes commerciales aussi, leur rivalité ne fit qu'augmenter.

Comme on le voit sur la carte, au début, Carthage avait de loin l'avantage. La jeune république romaine ne possédait seulement qu'une partie de l'Italie, et n'avait alors qu'une armée presque exclusivement terrestre.


Carthage, de son côté, avait non seulement bien plus de territoires conquis, mais possédait une grande flotte, avec de redoutables éperons ...



et même un port circulaire de navires de guerre, avec une île artificielle en son centre, dont les restes sont encore visibles aujourd'hui.










Les origines légendaires de la guerre

La cité de Carthage aurait été fondée des siècles plus tôt par la reine Didon, originaire de Phénicie, du côté d’Israël.
Découvrant la région, elle aurait (selon leur légende) acheté aux autochtones "autant de terre que peut en contenir une peau de bœuf". Mais, rusée, elle aurait découpé la peau en fines lanières qui, mises bout à bout, formèrent une corde qui couvrit la distance nécessaire à la création de la ville qu'elle voulait construire. kin g

Sommée plus tard de se marier avec un roi local qui, sinon, déclarerait la guerre à Carthage, celle-ci préféra s'immoler sur un bucher funéraire.

Les Romains s’inspireront de cette histoire en la modifiant pour créer une cause légendaire à la rivalité entre Rome et Carthage, en imaginant aussi une suite à la guerre de Troie.

Le prince Enée, fils de Vénus, aurait réussi à s'enfuir de la ville de Troie en flammes, pour fonder, selon la volonté des dieux, "une nouvelle Troie" ....




mais son navire échoua à Carthage suite à une tempête envoyée par Junon, qui voulait la perte de tous les Troyens.

Pour que la reine Didon ne tue pas Enée, Vénus la fit tomber amoureuse de ce dernier.



Au cours d'une partie de chasse, alors qu'un violent orage les a réunis dans une grotte, Didon et Enée deviennent amants.



Didon, éperdue d'amour, proposera même à Enée de régner avec elle.
Mais Vénus apparait à son fils et lui dit de partir, que ce lieu n'est pas la "nouvelle Troie", et que la ville extraordinaire que les dieux veulent voir apparaitre sera en Italie. Enée quitte donc Didon sans lui dire adieu. Quand la reine découvre qu'elle a été abandonnée, elle fait ériger un bûcher funéraire et s'immole en lançant à Enée des malédictions et des imprécations ...



jurant par son sang que la fameuse ville que les descendants d'Enée fonderont en Italie et sa propre ville de Carthage seront ennemies jurées jusqu'à la destruction finale de l'une ou de l'autre.



Les Romains ont donc repris la légende du suicide sacrificiel de Didon, mais en lui inventant une autre raison, qui serait liée à la haine de Didon pour les descendants d'Enée, les Romains.

Les réalités de la guerre sont évidemment plus terre à terre, à l'origine bassement commerciales, puis politiques, quand ces deux villes se rendirent compte qu'elles avaient toutes deux des politiques d'expansion et de domination progressive sur le monde méditerranéen, et que de ces deux villes une seule pourrait au final diriger le monde. Mais une origine légendaire, surtout amoureuse, rend de suite tout plus poétique, même la guerre ...


La première guerre punique (-264 à -241)
Cette première guerre entre Rome et Carthage dura plus de 20 ans.

La première guerre punique eut pour origine la Sicile, située entre Carthage et l'Italie, et le contrôle du détroit de Messine



(détroit étroit où la légende situe, pour des raisons compréhensibles, Charybde et Scylla, monstres destructeurs de navires)



endroit dangereux mais alors si stratégique pour le transit des navires de commerce en méditerranée.



L'intervention romaine fut considérée comme un casus belli, déclenchant la guerre. Face à des marins puniques expérimentés, Rome n'avait que des citoyens-soldats, qui n’avaient pour la plupart jamais posé le pied sur un navire. L'histoire voudrait que Rome ait construit 120 navires en seulement 60 jours, en étudiant l’épave d’un navire carthaginois échoué.

À une époque où le combat naval consistait à éperonner le navire ennemi pour le couler, les Romains innovèrent en munissant leurs navires de passerelles de bois munies de crochets qui permettaient d’aborder les navires carthaginois et de transformer les deux ponts en un espace propice au combat rapproché, comme en combat terrestre, domaine dans lequel excellent les légionnaires.



Cette invention permit à Rome de remporter, en -260, la première victoire navale de son histoire, capturant 50 navires carthaginois et en coulant une vingtaine.

Au cours de cette opération, Rome aura subi une seule défaite. Un commandant romain voulait attaquer avant de recevoir des renforts. Comme on le faisait avant chaque bataille, il fit interroger les augures, en prenant des poulets sacrés.



Ceux-ci refusant de manger (ils avaient peut-être le mal de mer wi s ), les augures furent donc considérés comme défavorables.




Le commandant, furieux, les aurait alors noyés en les jetant par-dessus bord, en criant : « Eh bien, s'ils ne veulent pas manger, qu'ils boivent ! » sgr e

Il se lança à l’assaut sans attendre les renforts ... et perdit 93 navires et de très nombreux hommes d’équipage.



Beaucoup, superstitieux, crurent que cette défaite était due à l'impiété de leur commandant qui ne respectait pas les choses sacrées.


Un consul, Régulus, trop confiant, arrive avec deux légions sur le territoire de Carthage et propose la paix à la condition que les Puniques cèdent la Sicile aux Romains.
Mais les Puniques, aidés par des mercenaires, vainquirent ses deux légions. Fort de cette victoire, la guerre reprit de plus belle durant des années, ponctuées de combats dont l’issue ne sera décisive ni pour l’un ni pour l’autre camp. L’effort de guerre permanent épuise les deux puissances. Aucun conflit aussi long n’avait eu lieu sans trêve jusqu’alors. Les deux puissances, au bord de la ruine, doivent trouver des fonds avec de nouvelles taxes et des emprunts extraordinaires.

Lors de ces conflits en Sicile, le grand savant, ingénieur, physicien et mathématicien Archimède sera tué à Syracuse.
Archimède était si absorbé à résoudre un problème, et avait l'esprit si fixé sur l'objet de sa réflexion qu'il ne remarqua pas l'entrée des Romains, ni le fait que la ville ait été prise.



Un soldat survint et lui ordonna de l'accompagner. Comme il refusait d'obtempérer, en lui lançant : "Ne dérange pas mes cercles!", le soldat fou de rage brandit son épée et le transperça...



Un général romain, qui estimait le savant, fit ériger en hommage à son génie une magnifique sépulture.


Le général carthaginois Hamilcar, parviendra quant à lui à porter la guerre en Italie du Sud.






Mais, au prix d'un effort ultime montrant sa pugnacité, Rome réussit à vaincre la flotte punique et à imposer un traité de paix humiliant exigeant que Carthage :
- cède la Sicile à Rome
- paie une énorme indemnité financière à Rome
- lui livre des milliers d'esclaves
- ne pousse pas ses conquêtes au-delà de l'Ebre, en Espagne.

Carthage subit alors la révolte de ses propres mercenaires, qu'elle ne peut plus payer.
Rome en profite donc pour prendre aussi à Carthage ... la Corse et la Sardaigne !
La domination romaine s'étend et devient prépondérante en méditerranéenne.


La seconde guerre punique
(-218 à -201)
Carthage, vaincue et humiliée, veut se venger d'un traité si dégradant. Elle sait bien que ce sera un jour ou Rome ou Carthage. La cité décide donc de risquer le tout pour le tout et de se battre pour sa survie.
Carthage décide d'attaquer Sagonte en Espagne, qui est alliée de Rome, ce qui est un véritable casus belli ayant pour but de déclencher à nouveau les hostilités. Hannibal Barca a pour projet fou d'attaquer Rome sur son propre territoire, en envoyant ses troupes avec des éléphants à travers l'Espagne, puis la Gaule (remplies de tribus hostiles à combattre, avec des pertes immenses durant tout le trajet),

de franchir des fleuves sans aucun pont





puis les Alpes glacées avec tout cet équipage absolument pas habitué au froid et dont un nombre inouï sera décimé par la faim et le froid ...



avant même de pouvoir être en territoire romain, exténués, pour y affronter des légions romaines surentrainées.

Le projet est insensé, mais il sera lancé, malgré des oppositions au sein du sénat de Carthage.



Voici une vidéo qui retrace cet exploit épique absolument incroyable, mais qui a réellement eu lieu, et qui a failli changer le cours de l'histoire du monde :

https://www.youtube.com/watch?v=POIZn7Hk_Mg

Alors que Rome était à la merci d'Hannibal, et que celui-ci choisit étonnamment de passer l'hiver dans "les délices" de Capoue au lieu d'attaquer, les Romains consultèrent les livres sibyllins, contenant les oracles des dieux (en termes souvent obscurs qu'il fallait interpréter) pour protéger Rome. Ceux-ci conseillèrent d'aller chercher en Asie la pierre noire (sans doute une météorite sacrée) de la "Magna Mater", la déesse Cybèle, la "grande mère" de la nature. Ce qu'ils firent durant les mois où Hannibal séjournait à Capoue. Comme Rome finit par être sauvée, les Romains acceptèrent cette déesse étrangère et battirent un temple à Cybèle sur le Palatin.

L'issue de cette guerre décisive permit aux Romains de n'avoir plus aucun rival susceptible d'empêcher son expansion et de conquérir un à un tous les territoires autour de la méditerranée. Si Carthage l'avait emporté sur Rome, nous aurions donc en Europe une autre langue, une autre culture et une toute autre civilisation.



Troisième guerre punique. (-149 à -146)

50 ans après la victoire de Rome, Caton l'ancien partit visiter Carthage et s'inquiète de sa reconstruction économique.
Il en revient persuadé que Carthage, même vaincue, reste une menace potentielle et qu'il faut détruire totalement Carthage pour éviter tout risque.
Il n'aura alors de cesse d’essayer de convaincre le sénat de la nécessité d'engager une troisième guerre punique, ayant l'objectif de raser entièrement cette ville pour régler définitivement le problème.

À cette époque-là, au Sénat, il termine chacun de ses discours, quel qu'en soit le sujet, par ces mots : "Carthago delenda est" ( = Il faut détruire Carthage. Mot à mot : Carthage est devant être détruite.) Il suffixe -ndus, a, um s'utilise pour marquer l'obligation)



Caton réussit un jour à convaincre le sénat de détruire Carthage ... grâce à une figue.



Il en brandit une et demanda : "Dites-moi, quand pensez-vous que ce fruit a été cueilli ?"
Les sénateurs répondirent que le fruit devait avoir été cueilli tout récemment, car il était très frais.
"Eh bien, répliqua-t-il, sachez qu'il a été cueilli à Carthage, il y a trois jours ! Ce qui vous prouve que l'ennemi, que vous sous-estimez et que pensez si loin, peut être à nos portes en trois jours seulement !"

Fort de cette brillante démonstration, le sénat prit peur et décida d'enclencher la dernière guerre punique, avec pour but cette fois la destruction complète et définitive de sa rivale.



Cette dernière guerre punique fut le premier génocide connu de l'histoire, puisque la population et le civilisation punique ont été exterminées.



Les Romains eurent si peur de cette menace qu'ils rasèrent totalement la cité, et allèrent encore plus loin.



Ils maudirent son sol au cours de rites religieux pour exorciser la menace et semèrent du sel sur le sol pour que même la végétation ne repousse pas.

Suite à cela, Rome exerça enfin une domination incontestée et sans cesse grandissante sur tout le monde méditerranéen, puis bien au-delà.








Revenir en haut Aller en bas

Rome Vs Carthage : les trois guerres puniques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Cafet' :: Index du forum :: La tour de Babel :: Latin :: Civilisation-
Archivehost Synonymes Dico répétoscope Bonpatron Contacter la modération