AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Partagez|

Défi poésie 4ème

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Modo
Aidactif
avatar

Nombre de messages : 20320

MessageSujet: Défi poésie 4ème
Jeu 28 Sep - 19:18

L'HORLOGE

Horloge ! Dieu sinistre, effrayant, impassible,
Dont le doigt nous menace et nous dit : " Souviens-toi !
Les vibrantes douleurs dans ton cœur plein d'effroi
Se planteront bientôt comme dans une cible ;


Trois mille six cents fois par heure, la Seconde
Chuchote : Souviens-toi ! - Rapide, avec sa voix
D'insecte, maintenant dit : je suis Autrefois,
Et j'ai pompé ta vie avec ma trompe immonde !


Les minutes, mortel folâtre, sont des gangues
Qu'il ne faut pas lâcher sans en extraire l'or !

Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! C'est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente ; Souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.

Tantôt sonnera l'heure où le divin Hasard,
Où l'auguste Vertu, ton épouse encor vierge,
Où le Repentir même (oh ! La dernière auberge !),
Où tout te dira : Meurs, vieux lâche ! Il est trop tard ! "


Charles Baudelaire - Extrait des Fleurs du Mal


Coef 2
Spoiler:
 


Dernière édition par Modo le Jeu 28 Sep - 19:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Aidactif
avatar

Nombre de messages : 20320

MessageSujet: Re: Défi poésie 4ème
Jeu 28 Sep - 19:21

Mon rêve familier ( Paul Verlaine )

je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime
Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend.

Car elle me comprend, et mon cœur, transparent
Pour elle seule, hélas ! cesse d'être un problème
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

Est-elle brune, blonde ou rousse ? - je l'ignore.
Son nom? je me souviens qu'il est doux et sonore
Comme ceux des aimés que la Vie exila.

Son regard est pareil au regard des statues,
Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
L'inflexion des voix chères qui se sont tues.


Coef 1.5

Spoiler:
 


Dernière édition par Modo le Jeu 28 Sep - 19:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Aidactif
avatar

Nombre de messages : 20320

MessageSujet: Re: Défi poésie 4ème
Jeu 28 Sep - 19:43

Les Séparés

N'écris pas - Je suis triste, et je voudrais m'éteindre
Les beaux été sans toi, c'est la nuit sans flambeau
J'ai refermé mes bras qui ne peuvent t'atteindre,
Et frapper à mon cœur, c'est frapper au tombeau


N'écris pas - N'apprenons qu'à mourir à nous-mêmes
Ne demande qu'à Dieu ... qu'à toi, si je t'aimais !
Au fond de ton absence écouter que tu m'aimes,
C'est entendre le ciel sans y monter jamais


N'écris pas - Je te crains; j'ai peur de ma mémoire;
Elle a gardé ta voix qui m'appelle souvent
Ne montre pas l'eau vive à qui ne peut la boire
Une chère écriture est un portrait vivant
N'écris pas !

N'écris pas ces mots doux que je n'ose plus lire :
Il semble que ta voix les répand sur mon cœur;
Et que je les vois brûler à travers ton sourire;
Il semble qu'un baiser les empreint sur mon cœur
N'écris pas !


Marceline Desbordes-Valmore

Coef 2
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Modo
Aidactif
avatar

Nombre de messages : 20320

MessageSujet: Re: Défi poésie 4ème
Jeu 28 Sep - 20:05

L'homme et la mer




Homme libre, toujours tu chériras la mer !
La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme
Dans le déroulement infini de sa lame ...
Et ton esprit n'est pas un gouffre moins amer.

Tu te plais à plonger au sein de ton image ;
Tu l'embrasses des yeux et des bras, et ton cœur
Se distrait quelquefois de sa propre rumeur
Au bruit de cette plainte indomptable et sauvage.



Vous êtes tous les deux ténébreux et discrets :
Homme, nul n'a sondé le fond de tes abîmes ;
Ô mer, nul ne connaît tes richesses intimes,
Tant vous êtes jaloux de garder vos secrets !


Et cependant voilà des siècles innombrables
Que vous vous combattez sans pitié ni remords,
Tellement vous aimez le carnage et la mort,
Ô lutteurs éternels, ô frères implacables !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Aidactif
avatar

Nombre de messages : 20320

MessageSujet: Re: Défi poésie 4ème
Jeu 28 Sep - 20:18

La Loreley

À Bacharach il y avait une sorcière blonde
Qui laissait mourir d'amour tous les hommes à la ronde

Devant son tribunal l'évêque la fit citer
D'avance il l'absolvit à cause de sa beauté

Ô belle Loreley aux yeux pleins de pierreries
De quel magicien tiens-tu ta sorcellerie

Je suis lasse de vivre et mes yeux sont maudits
Ceux qui m'ont regardée évêque en ont péri

Mes yeux ce sont des flammes et non des pierreries
Jetez jetez aux flammes cette sorcellerie

- Je flambe dans ces flammes ô belle Loreley
Qu'un autre te condamne tu m'as ensorcelé



- Mon amant est parti pour un pays lointain
Faites-moi donc mourir puisque je n'aime rien
Mon cœur me fait si mal il faut bien que je meure


L'évêque fit venir trois chevaliers avec leurs lances

Menez jusqu'au couvent cette femme en démence
Va-t'en Lore en folie va Lore aux yeux tremblants
Tu seras une nonne vêtue de noir et blanc


- Chevaliers, laissez-moi monter sur ce rocher si haut
Pour voir une fois encore mon beau château
Pour me mirer une fois encore dans le fleuve
Puis j'irai au couvent des vierges et des veuves

Là-haut le vent tordait ses cheveux déroulés
Les chevaliers criaient Loreley Loreley

Tout là-bas sur le Rhin s'en vient une nacelle
Et mon amant s'y tient il m'a vue il m'appelle

Elle se penche alors et tombe dans le Rhin

Pour avoir vu dans l'eau la belle Loreley
Ses yeux couleur du Rhin ses cheveux de soleil


Guillaume Apollinaire (1880 - 1918)

Coef 3





https://www.youtube.com/watch?v=BpNE7AVsFTY

https://www.youtube.com/watch?v=7G_1WSbP_Nw&feature=related


https://www.youtube.com/watch?v=NbiOVPNOsws

https://www.youtube.com/watch?v=PbT6xpwMboc

https://www.youtube.com/watch?v=qg5TUh-mRh8

https://www.youtube.com/watch?v=OLxvPUmc1Tk





Dernière édition par Modo le Jeu 28 Sep - 21:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Aidactif
avatar

Nombre de messages : 20320

MessageSujet: Re: Défi poésie 4ème
Jeu 28 Sep - 20:38

NEMESIS

Au-delà des abîmes nocturnes éclairées par une lune blafarde,
J'ai vécu des vies sans nombre,
J'ai sondé du regard toutes choses;
Et je me débats et je crie jusqu'à l'aurore,
Poussé à la folie par l'effroi.
J'ai tournoyé avec la Terre dans l'aube des temps,
Quand le ciel était une flamme vaporeuse;
J'ai contemplé la béance du sombre univers
Où les noires planètes roulaient sans but,
Où elles tourbillonnaient
Sans savoir, ni éclat, ni nom.

J'ai dérivé sur des fleuves sans fin,
Sous des cieux sinistres aux nuages gris
Que déchirent les éclairs échevelés des enfers divins.
Et le Styx résonne des cris sans vie
Qui s'élèvent des ces eaux glauques.


J'ai hanté les tombeaux des âges,
Porté par les ailes de la peur; j'ai survolé
L'Erèbe qui gronde en crachant des nuées enflammées.

J'étais vieux, noir démon,
Quand l'humanité naissait dans un paradis
Où moi, et moi seul, était vil;
Et où l'Homme, encore pur et heureux, vivait dans la félicité.
Puis je parus.
Paradis perdu.


H.P. Lovecraft



Dernière édition par Modo le Jeu 28 Sep - 21:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Aidactif
avatar

Nombre de messages : 20320

MessageSujet: Re: Défi poésie 4ème
Jeu 28 Sep - 20:50

Ophélie


Sur l'onde calme et noire où dorment les étoiles
La blanche Ophélia flotte comme un grand lys,
Flotte très lentement, couchée en ses longs voiles...
- On entend dans les bois lointains des hallalis.

Voici plus de mille ans que la triste Ophélie
Passe, fantôme blanc, sur le long fleuve noir.
Voici plus de mille ans que sa douce folie
Murmure sa romance à la brise du soir.

Le vent baise ses seins et déploie en corolle
Ses grands voiles bercés mollement par les eaux ;
Les saules frissonnants pleurent sur son épaule,
Sur son grand front rêveur s'inclinent les roseaux.

Les nénuphars froissés soupirent autour d'elle ;
Elle éveille parfois, dans un aune qui dort,
Quelque nid, d'où s'échappe un petit frisson d'aile :
- Un chant mystérieux tombe des astres d'or.

Arthur Rimbaud
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Aidactif
avatar

Nombre de messages : 20320

MessageSujet: Re: Défi poésie 4ème
Jeu 28 Sep - 20:55

Cadaver

Ô mort ! heure splendide ! ô rayons mortuaires !
Avez-vous quelquefois soulevé des suaires ?

Et, pendant qu'on pleurait et, qu'au chevet du lit,
Frères, amis, enfants, la mère qui pâlit,
Éperdus, sanglotaient dans le deuil qui les navre,
Avez-vous regardé sourire le cadavre ?

Tout à l'heure il râlait, se tordait, étouffait ;
Maintenant il rayonne. Abîme ! Qui donc fait
Cette lueur qu'a l'homme en entrant dans les ombres ?

Qu'est-ce que le sépulcre ? et d'où vient, penseurs sombres,
Cette sérénité formidable des morts ?

Et voyez le regard, qu'une ombre étrange voile,
Et qui, mystérieux, semble un lever d'étoile !

Victor Hugo


Dernière édition par Modo le Mar 13 Fév - 12:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Aidactif
avatar

Nombre de messages : 20320

MessageSujet: Re: Défi poésie 4ème
Jeu 28 Sep - 20:56

Le pin des Landes


On ne voit en passant par les Landes désertes,
Vrai Sahara français, poudré de sable blanc,
Surgir de l'herbe sèche et des flaques d'eaux vertes
D'autre arbre que le pin avec sa plaie au flanc ;

Car, pour lui dérober ses larmes de résine,
L'homme, avare bourreau de la création,
Qui ne vit qu'aux dépens de ce qu'il assassine,
Dans son tronc douloureux ouvre un large sillon !

Sans regretter son sang qui coule goutte à goutte,
Le pin verse son baume et sa sève qui bout,
Et se tient toujours droit sur le bord de la route,
Comme un soldat blessé qui veut mourir debout.

Le poète est ainsi dans les Landes du monde ;
Lorsqu'il est sans blessure, il garde son trésor.
Il faut qu'il ait au cœur une entaille profonde
Pour épancher ses vers, divines larmes d'or !

Théophile Gautier (1811-1872), Espana

Coef 2
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Aidactif
avatar

Nombre de messages : 20320

MessageSujet: Re: Défi poésie 4ème
Jeu 28 Sep - 21:35

Le crapaud, de Victor Hugo





Extraits. Chaque strophe au choix = coef 2  
Spoiler:
 

https://www.youtube.com/watch?v=neI5NY6VHvQ

https://www.youtube.com/watch?v=bTI7_U3gZOg

J'aime l'araignée et j'aime l'ortie (Victor Hugo)

J'aime l'araignée et j'aime l'ortie,
Parce qu'on les hait ;
Et que rien n'exauce et que tout châtie
Leur morne souhait ;

Parce qu'elles sont maudites, chétives,
Noirs êtres rampants ;
Parce qu'elles sont les tristes captives
De leur guet-apens ;

Parce qu'elles sont prises dans leur œuvre ;
Ô sort ! fatals nœuds !
Parce que l'ortie est une couleuvre,
L'araignée un gueux;

Parce qu'elles ont l'ombre des abîmes,
Parce qu'on les fuit,
Parce qu'elles sont toutes deux victimes
De la sombre nuit...

Passants, faites grâce à la plante obscure,
Au pauvre animal.
Plaignez la laideur, plaignez la piqûre,
Oh ! plaignez le mal !

Il n'est rien qui n'ait sa mélancolie ;

Pour peu qu'on leur jette un œil moins superbe,
Tout bas, loin du jour,
La vilaine bête et la mauvaise herbe
Murmurent : Amour !


Coef 2





LA VIE ANTERIEURE


J'ai longtemps habité sous de vastes portiques
   Que les soleils marins teignaient de mille feux,
   Et que leurs grands piliers, droits et majestueux,
   Rendaient pareils, le soir, aux grottes basaltiques.
   
   Les houles, en roulant les images des cieux,
   Mêlaient d'une façon solennelle et mystique
   Les tout-puissants accords de leur riche musique
   Aux couleurs du couchant reflété par mes yeux.
   
   C'est là que j'ai vécu dans les voluptés calmes,
   Au milieu de l'azur, des vagues, des splendeurs
   Et des esclaves nus, tout imprégnés d'odeurs,
   
   Qui me rafraîchissaient le front avec des palmes,
   Et dont l'unique soin était d'approfondir
   Le secret douloureux qui me faisait languir.



Charles Baudelaire - Les Fleurs du Mal


coef 2


Dernière édition par Modo le Mar 13 Fév - 12:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Aidactif
avatar

Nombre de messages : 20320

MessageSujet: Re: Défi poésie 4ème
Jeu 28 Sep - 21:37

Quand les chevaux du Temps s’arrêtent à ma porte
J’hésite un peu toujours à les regarder boire
Puisque c’est de mon sang qu’ils étanchent leur soif.
Ils tournent vers ma face un œil reconnaissant
Pendant que leurs longs traits m’emplissent de faiblesse
Et me laissent si las, si seul et décevant
Qu’une nuit passagère envahit mes paupières
Et qu’il me faut soudain refaire en moi des forces
Pour qu’un jour où viendrait l’attelage assoiffé
Je puisse encore vivre et les désaltérer.

Jules SUPERVIELLE
(1884-1960)

Coef 1.5
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Aidactif
avatar

Nombre de messages : 20320

MessageSujet: Re: Défi poésie 4ème
Jeu 28 Sep - 21:40

Correspondances

La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles ;
L'homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l'observent avec des regards familiers.

Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

Il est des parfums frais comme des chairs d'enfants,
Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,
- Et d'autres, corrompus, riches et triomphants,

Ayant l'expansion des choses infinies,
Comme l'ambre, le musc, le benjoin et l'encens,
Qui chantent les transports de l'esprit et des sens.

Charles Baudelaire

coef 2
Revenir en haut Aller en bas

Défi poésie 4ème

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Cafet' :: Index du forum :: Les mains tendues... :: Français :: Poésie-
Archivehost Synonymes Dico répétoscope Bonpatron Contacter la modération