AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Partagez|

A propos du rêve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
DIANE



Nombre de messages : 364

MessageSujet: A propos du rêve
Jeu 1 Oct - 17:28

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant ... Comme je descendais les Fleuves impassibles
...
Continue à ta guise content
Revenir en haut Aller en bas
Kenza Farah



Nombre de messages : 562

MessageSujet: Re: A propos du rêve
Jeu 1 Oct - 18:11

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant Comme je descendais les Fleuves impassibles, je me mis à dériver lentement sur les vagues du sommeil

Comme ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Sganarelle



Nombre de messages : 278

MessageSujet: Re: A propos du rêve
Jeu 1 Oct - 23:36

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant Comme je descendais les Fleuves impassibles, je me mis à dériver lentement sur les vagues du sommeil en admirant la voute céleste étoilée ...
Revenir en haut Aller en bas
IDEFIX



Nombre de messages : 1384
Age : 20

MessageSujet: Re: A propos du rêve
Ven 2 Oct - 14:37

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant Comme je descendais les Fleuves impassibles, je me mis à dériver lentement sur les vagues du sommeil en admirant la voute céleste étoilée, en entendant des vagissements lointains, de mouettes importunées...
Revenir en haut Aller en bas
legolas



Nombre de messages : 368

MessageSujet: Re: A propos du rêve
Mer 7 Oct - 17:26

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant Comme je descendais les Fleuves impassibles, je ne me sentis plus guidé par les haleurs et je me mis à dériver lentement sur les vagues du sommeil en admirant la voute céleste étoilée, en entendant des vagissements lointains, le cri de mouettes importunées par les souvenirs d'hier, s'envolant vers demain ...
Revenir en haut Aller en bas
Stuart



Nombre de messages : 600

MessageSujet: Re: A propos du rêve
Dim 11 Oct - 14:42

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant Comme je descendais les Fleuves impassibles, je ne me sentis plus guidé par les haleurs et je me mis à dériver lentement sur les vagues du sommeil en admirant la voute céleste étoilée, en entendant des vagissements lointains, le cri de mouettes importunées par les souvenirs d'hier, s'envolant vers demain et j'admirais dans la voûte céleste les nuages colorés qui prenaient des formes fantastiques ...
Revenir en haut Aller en bas
Petit Spirou



Nombre de messages : 277

MessageSujet: Re: A propos du rêve
Ven 16 Oct - 22:34

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant Comme je descendais les Fleuves impassibles, je ne me sentis plus guidé par les haleurs et je me mis à dériver lentement sur les vagues du sommeil en admirant la voute céleste étoilée, en entendant des vagissements lointains, le cri de mouettes importunées par les souvenirs d'hier, s'envolant vers demain et j'admirais dans la voûte céleste les nuages colorés qui prenaient des formes fantastiques j'en voyais en forme d'éléphant et même en forme de lit ...


Dernière édition par Petit Spirou le Mar 20 Oct - 18:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arès



Nombre de messages : 624
Age : 21

MessageSujet: Re: A propos du rêve
Sam 17 Oct - 14:44

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant Comme je descendais les Fleuves impassibles, je ne me sentis plus guidé par les haleurs et je me mis à dériver lentement sur les vagues du sommeil en admirant la voute céleste étoilée, en entendant des vagissements lointains, le cri de mouettes importunées par les souvenirs d'hier, s'envolant vers demain et j'admirais dans la voûte céleste les nuages colorés qui prenaient des formes fantastiques, j'en voyais en forme d'éléphant et même en forme de lit, qui toutes me rappelaient la douce, la délicate et l'abracadabrante aventure qu'est la vie...
Revenir en haut Aller en bas
Creative
Aidactive


Nombre de messages : 589

MessageSujet: Re: A propos du rêve
Mer 16 Déc - 10:17

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant Comme je descendais les Fleuves impassibles, je ne me sentis plus guidé par les haleurs et je me mis à dériver lentement sur les vagues du sommeil en admirant la voute céleste étoilée, en entendant des vagissements lointains, le cri de mouettes importunées par les souvenirs d'hier, s'envolant vers demain et j'admirais dans la voûte céleste les nuages colorés qui prenaient des formes fantastiques, j'en voyais en forme d'éléphant et même en forme de lit, qui toutes me rappelaient la douce, la délicate et l'abracadabrante aventure qu'est la vie, faite de haut et de bas, de sommeil, de rêve et de fantaisies, comme ces songes de mon enfance, lorsque ...
Revenir en haut Aller en bas
Arès



Nombre de messages : 624
Age : 21

MessageSujet: Re: A propos du rêve
Dim 3 Jan - 15:56

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant Comme je descendais les Fleuves impassibles, je ne me sentis plus guidé par les haleurs et je me mis à dériver lentement sur les vagues du sommeil en admirant la voute céleste étoilée, en entendant des vagissements lointains, le cri de mouettes importunées par les souvenirs d'hier, s'envolant vers demain et j'admirais dans la voûte céleste les nuages colorés qui prenaient des formes fantastiques, j'en voyais en forme d'éléphant et même en forme de lit, qui toutes me rappelaient la douce, la délicate et l'abracadabrante aventure qu'est la vie, faite de haut et de bas, de sommeil, de rêve et de fantaisies, comme ces songes de mon enfance, lorsque je perdais encore mes dents, et que j'attendais avec impatience mes jouets au pied du sapin illuminé. Cette époque se trouve la source de tous mes rêves ...............
Revenir en haut Aller en bas
Dark Vador



Nombre de messages : 160
Age : 19

MessageSujet: Re: A propos du rêve
Jeu 14 Jan - 19:14

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant Comme je descendais les Fleuves impassibles, je ne me sentis plus guidé par les haleurs et je me mis à dériver lentement sur les vagues du sommeil en admirant la voute céleste étoilée, en entendant des vagissements lointains, le cri de mouettes importunées par les souvenirs d'hier, s'envolant vers demain et j'admirais dans la voûte céleste les nuages colorés qui prenaient des formes fantastiques, j'en voyais en forme d'éléphant et même en forme de lit, qui toutes me rappelaient la douce, la délicate et l'abracadabrante aventure qu'est la vie, faite de haut et de bas, de sommeil, de rêve et de fantaisies, comme ces songes de mon enfance, lorsque je perdais encore mes dents, et que j'attendais avec impatience mes jouets au pied du sapin illuminé. Cette époque, est la source de tous mes rêves que je fais encore et encore toutes les nuits et peut-être qu'un jour, un de mes rêves se réalisera...

Ceci va être un peu dur de continuer mais bonne chance quand même.


Dernière édition par Dark Vador le Lun 18 Jan - 18:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
DIANE



Nombre de messages : 364

MessageSujet: Re: A propos du rêve
Dim 17 Jan - 18:17

Bravo pour ces trouvailles.
Revenir en haut Aller en bas
Olympe



Nombre de messages : 306

MessageSujet: Re: A propos du rêve
Lun 18 Jan - 10:34

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant Comme je descendais les Fleuves impassibles, je ne me sentis plus guidé par les haleurs et je me mis à dériver lentement sur les vagues du sommeil en admirant la voute céleste étoilée, en entendant des vagissements lointains, le cri de mouettes importunées par les souvenirs d'hier, s'envolant vers demain et j'admirais dans la voûte céleste les nuages colorés qui prenaient des formes fantastiques, j'en voyais en forme d'éléphant et même en forme de lit, qui toutes me rappelaient la douce, la délicate et l'abracadabrante aventure qu'est la vie, faite de haut et de bas, de sommeil, de rêve et de fantaisies, comme ces songes de mon enfance, lorsque je perdais encore mes dents, et que j'attendais avec impatience mes jouets au pied du sapin illuminé. Cette époque, est la source de tous mes rêve que je fais encore et encore toutes les nuits et peut-être qu'un jour, un de mes rêves se réalisera... car il se réalisera ! Et mes souhaits, transparents, dans mes rêves cesse d'être un problème. Que dans mes rêves ...
Revenir en haut Aller en bas
DIANE



Nombre de messages : 364

MessageSujet: Re: A propos du rêve
Lun 18 Jan - 16:12

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant Comme je descendais les Fleuves impassibles, je ne me sentis plus guidé par les haleurs et je me mis à dériver lentement sur les vagues du sommeil en admirant la voute céleste étoilée, en entendant des vagissements lointains, le cri de mouettes importunées par les souvenirs d'hier, s'envolant vers demain et j'admirais dans la voûte céleste les nuages colorés qui prenaient des formes fantastiques, j'en voyais en forme d'éléphant et même en forme de lit, qui toutes me rappelaient la douce, la délicate et l'abracadabrante aventure qu'est la vie, faite de haut et de bas, de sommeil, de rêve et de fantaisies, comme ces songes de mon enfance, lorsque je perdais encore mes dents, et que j'attendais avec impatience mes jouets au pied du sapin illuminé. Cette époque, est la source de tous mes rêve que je fais encore et encore toutes les nuits et peut-être qu'un jour, un de mes rêves se réalisera... car il se réalisera ! Et mes souhaits, transparents, dans mes rêves cesse d'être un problème. Que dans mes rêves. Lorsque, emmitouflé dans mes draps, j'imaginais un monde idéal...
Revenir en haut Aller en bas
*Déesse*



Nombre de messages : 595

MessageSujet: Re: A propos du rêve
Lun 18 Jan - 20:04

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant Comme je descendais les Fleuves impassibles, je ne me sentis plus guidé par les haleurs et je me mis à dériver lentement sur les vagues du sommeil en admirant la voute céleste étoilée, en entendant des vagissements lointains, le cri de mouettes importunées par les souvenirs d'hier, s'envolant vers demain et j'admirais dans la voûte céleste les nuages colorés qui prenaient des formes fantastiques, j'en voyais en forme d'éléphant et même en forme de lit, qui toutes me rappelaient la douce, la délicate et l'abracadabrante aventure qu'est la vie, faite de haut et de bas, de sommeil, de rêve et de fantaisies, comme ces songes de mon enfance, lorsque je perdais encore mes dents, et que j'attendais avec impatience mes jouets au pied du sapin illuminé. Cette époque, est la source de tous mes rêve que je fais encore et encore toutes les nuits et peut-être qu'un jour, un de mes rêves se réalisera... car il se réalisera ! Et mes souhaits, transparents, dans mes rêves cesse d'être un problème. Que dans mes rêves. Lorsque, emmitouflé dans mes draps, j'imaginais un monde idéal, alors je retrouve l'innocence, la magie des pierreries, des miroirs, de toute la féérie enfouies en moi et je chevauche sur les licornes vers ...
Revenir en haut Aller en bas
DIANE



Nombre de messages : 364

MessageSujet: Re: A propos du rêve
Mar 19 Jan - 6:54

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant Comme je descendais les Fleuves impassibles, je ne me sentis plus guidé par les haleurs et je me mis à dériver lentement sur les vagues du sommeil en admirant la voute céleste étoilée, en entendant des vagissements lointains, le cri de mouettes importunées par les souvenirs d'hier, s'envolant vers demain et j'admirais dans la voûte céleste les nuages colorés qui prenaient des formes fantastiques, j'en voyais en forme d'éléphant et même en forme de lit, qui toutes me rappelaient la douce, la délicate et l'abracadabrante aventure qu'est la vie, faite de haut et de bas, de sommeil, de rêve et de fantaisies, comme ces songes de mon enfance, lorsque je perdais encore mes dents, et que j'attendais avec impatience mes jouets au pied du sapin illuminé. Cette époque, est la source de tous mes rêve que je fais encore et encore toutes les nuits et peut-être qu'un jour, un de mes rêves se réalisera... car il se réalisera ! Et mes souhaits, transparents, dans mes rêves cesse d'être un problème. Que dans mes rêves. Lorsque, emmitouflé dans mes draps, j'imaginais un monde idéal, alors je retrouve l'innocence, la magie des pierreries, des miroirs, de toute la féérie enfouies en moi et je chevauche sur les licornes vers un monde sidéral. Léger comme un nuage, je visite les astres et les contemple et leur parle dans une langue unique, que seuls les les rêveurs connaissent. Je volète aisément entre les constellations, libre,Une lueur m'apparut. Je la suivis du regard un moment, quand une myriade d'étoiles multicolores commença une élégante sarabande. Emerveillée, je suivais la danse lente et, soudain, portée telle une nuée étincelante, je me joignis au ballet de la nuit.

Les constellations semblaient me parler. J'entendais leur conversation mêlée au chant des plus hautes sphères. Une sensation de paix, dans ce silence sonore, m'envahit tout entier.

Un visage aux contours imprécis, plutôt ange, m'apparut. Je m'abandonnais à sa contemplation, emplie d'une indicible sérénité. Puis,
Revenir en haut Aller en bas
Scrat



Nombre de messages : 337

MessageSujet: Re: A propos du rêve
Mar 19 Jan - 23:10

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant Comme je descendais les Fleuves impassibles, je ne me sentis plus guidé par les haleurs et je me mis à dériver lentement sur les vagues du sommeil en admirant la voute céleste étoilée, en entendant des vagissements lointains, le cri de mouettes importunées par les souvenirs d'hier, s'envolant vers demain et j'admirais dans la voûte céleste les nuages colorés qui prenaient des formes fantastiques, j'en voyais en forme d'éléphant et même en forme de lit, qui toutes me rappelaient la douce, la délicate et l'abracadabrante aventure qu'est la vie, faite de haut et de bas, de sommeil, de rêve et de fantaisies, comme ces songes de mon enfance, lorsque je perdais encore mes dents, et que j'attendais avec impatience mes jouets au pied du sapin illuminé. Cette époque, est la source de tous mes rêve que je fais encore et encore toutes les nuits et peut-être qu'un jour, un de mes rêves se réalisera... car il se réalisera ! Et mes souhaits, transparents, dans mes rêves cesse d'être un problème. Que dans mes rêves. Lorsque, emmitouflé dans mes draps, j'imaginais un monde idéal, alors je retrouve l'innocence, la magie des pierreries, des miroirs, de toute la féérie enfouies en moi et je chevauche sur les licornes vers un monde sidéral. Léger comme un nuage, je visite les astres et les contemple et leur parle dans une langue unique, que seuls les les rêveurs connaissent. Je volète aisément entre les constellations, libre,Une lueur m'apparut. Je la suivis du regard un moment, quand une myriade d'étoiles multicolores commença une élégante sarabande. Emerveillée, je suivais la danse lente et, soudain, portée telle une nuée étincelante, je me joignis au ballet de la nuit.

Les constellations semblaient me parler. J'entendais leur conversation mêlée au chant des plus hautes sphères. Une sensation de paix, dans ce silence sonore, m'envahit tout entier.

Un visage aux contours imprécis, plutôt ange, m'apparut. Je m'abandonnais à sa contemplation, emplie d'une indicible sérénité. Puis l'ange me tendit un miroir et me dit : sois celui que tu veux être et il secoua ses plumes d'argent. Alors ...
Revenir en haut Aller en bas
Alf



Nombre de messages : 1240

MessageSujet: Re: A propos du rêve
Mer 20 Jan - 20:24

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant Comme je descendais les Fleuves impassibles, je ne me sentis plus guidé par les haleurs et je me mis à dériver lentement sur les vagues du sommeil en admirant la voute céleste étoilée, en entendant des vagissements lointains, le cri de mouettes importunées par les souvenirs d'hier, s'envolant vers demain et j'admirais dans la voûte céleste les nuages colorés qui prenaient des formes fantastiques, j'en voyais en forme d'éléphant et même en forme de lit, qui toutes me rappelaient la douce, la délicate et l'abracadabrante aventure qu'est la vie, faite de haut et de bas, de sommeil, de rêve et de fantaisies, comme ces songes de mon enfance, lorsque je perdais encore mes dents, et que j'attendais avec impatience mes jouets au pied du sapin illuminé. Cette époque, est la source de tous mes rêve que je fais encore et encore toutes les nuits et peut-être qu'un jour, un de mes rêves se réalisera... car il se réalisera ! Et mes souhaits, transparents, dans mes rêves cesse d'être un problème. Que dans mes rêves. Lorsque, emmitouflé dans mes draps, j'imaginais un monde idéal, alors je retrouve l'innocence, la magie des pierreries, des miroirs, de toute la féérie enfouies en moi et je chevauche sur les licornes vers un monde sidéral. Léger comme un nuage, je visite les astres et les contemple et leur parle dans une langue unique, que seuls les les rêveurs connaissent. Je volète aisément entre les constellations, libre,Une lueur m'apparut. Je la suivis du regard un moment, quand une myriade d'étoiles multicolores commença une élégante sarabande. Emerveillée, je suivais la danse lente et, soudain, portée telle une nuée étincelante, je me joignis au ballet de la nuit.

Les constellations semblaient me parler. J'entendais leur conversation mêlée au chant des plus hautes sphères. Une sensation de paix, dans ce silence sonore, m'envahit tout entier.

Un visage aux contours imprécis, plutôt ange, m'apparut. Je m'abandonnais à sa contemplation, emplie d'une indicible sérénité. Puis l'ange me tendit un miroir et me dit : sois celui que tu veux être et il secoua ses plumes d'argent. Alors je les pris pour m'envoler, comme icare, vers le soleil de mes rêves quand ...
Revenir en haut Aller en bas
Arès



Nombre de messages : 624
Age : 21

MessageSujet: Re: A propos du rêve
Lun 25 Jan - 19:10

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant Comme je descendais les Fleuves impassibles, je ne me sentis plus guidé par les haleurs et je me mis à dériver lentement sur les vagues du sommeil en admirant la voute céleste étoilée, en entendant des vagissements lointains, le cri de mouettes importunées par les souvenirs d'hier, s'envolant vers demain et j'admirais dans la voûte céleste les nuages colorés qui prenaient des formes fantastiques, j'en voyais en forme d'éléphant et même en forme de lit, qui toutes me rappelaient la douce, la délicate et l'abracadabrante aventure qu'est la vie, faite de haut et de bas, de sommeil, de rêve et de fantaisies, comme ces songes de mon enfance, lorsque je perdais encore mes dents, et que j'attendais avec impatience mes jouets au pied du sapin illuminé. Cette époque, est la source de tous mes rêve que je fais encore et encore toutes les nuits et peut-être qu'un jour, un de mes rêves se réalisera... car il se réalisera ! Et mes souhaits, transparents, dans mes rêves cesse d'être un problème. Que dans mes rêves. Lorsque, emmitouflé dans mes draps, j'imaginais un monde idéal, alors je retrouve l'innocence, la magie des pierreries, des miroirs, de toute la féérie enfouies en moi et je chevauche sur les licornes vers un monde sidéral. Léger comme un nuage, je visite les astres et les contemple et leur parle dans une langue unique, que seuls les les rêveurs connaissent. Je volète aisément entre les constellations, libre,Une lueur m'apparut. Je la suivis du regard un moment, quand une myriade d'étoiles multicolores commença une élégante sarabande. Emerveillée, je suivais la danse lente et, soudain, portée telle une nuée étincelante, je me joignis au ballet de la nuit.

Les constellations semblaient me parler. J'entendais leur conversation mêlée au chant des plus hautes sphères. Une sensation de paix, dans ce silence sonore, m'envahit tout entier.

Un visage aux contours imprécis, plutôt ange, m'apparut. Je m'abandonnais à sa contemplation, emplie d'une indicible sérénité. Puis l'ange me tendit un miroir et me dit : sois celui que tu veux être et il secoua ses plumes d'argent. Alors je les pris pour m'envoler, comme icare, vers le soleil de mes rêves quand tout à coup, après m'être remémoré tous les grands bonheurs qui constituent ma vie, je vis l'autre facette de mon existence, la partie la plus obscure, la plus néfaste et la plus irritante qu'il soit.
Revenir en haut Aller en bas
Cyanure



Nombre de messages : 582

MessageSujet: Re: A propos du rêve
Ven 19 Aoû - 10:54

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant Comme je descendais les Fleuves impassibles, je ne me sentis plus guidé par les haleurs et je me mis à dériver lentement sur les vagues du sommeil en admirant la voute céleste étoilée, en entendant des vagissements lointains, le cri de mouettes importunées par les souvenirs d'hier, s'envolant vers demain et j'admirais dans la voûte céleste les nuages colorés qui prenaient des formes fantastiques, j'en voyais en forme d'éléphant et même en forme de lit, qui toutes me rappelaient la douce, la délicate et l'abracadabrante aventure qu'est la vie, faite de haut et de bas, de sommeil, de rêve et de fantaisies, comme ces songes de mon enfance, lorsque je perdais encore mes dents, et que j'attendais avec impatience mes jouets au pied du sapin illuminé. Cette époque, est la source de tous mes rêve que je fais encore et encore toutes les nuits et peut-être qu'un jour, un de mes rêves se réalisera... car il se réalisera ! Et mes souhaits, transparents, dans mes rêves cesse d'être un problème. Que dans mes rêves. Lorsque, emmitouflé dans mes draps, j'imaginais un monde idéal, alors je retrouve l'innocence, la magie des pierreries, des miroirs, de toute la féérie enfouies en moi et je chevauche sur les licornes vers un monde sidéral. Léger comme un nuage, je visite les astres et les contemple et leur parle dans une langue unique, que seuls les les rêveurs connaissent. Je volète aisément entre les constellations, libre. Une lueur m'apparut. Je la suivis du regard un moment, quand une myriade d'étoiles multicolores commença une élégante sarabande. Emerveillée, je suivais la danse lente et, soudain, portée telle une nuée étincelante, je me joignis au ballet de la nuit.

Les constellations semblaient me parler. J'entendais leur conversation mêlée au chant des plus hautes sphères. Une sensation de paix, dans ce silence sonore, m'envahit tout entier.

Un visage aux contours imprécis, plutôt ange, m'apparut. Je m'abandonnais à sa contemplation, emplie d'une indicible sérénité. Puis l'ange me tendit un miroir et me dit : "sois celui que tu veux être" et il secoua ses plumes d'argent. Alors je les pris pour m'envoler, comme Icare, vers le soleil de mes rêves quand tout à coup, après m'être remémoré tous les grands bonheurs qui constituent ma vie, je vis l'autre facette de mon existence, la partie la plus obscure, la plus néfaste et la plus irritante qu'il soit. Je vis mon reflet sombre, ma part d'ombre ... Mes envie de vengeance, mes désirs de plaisirs, de faire fi de tout, de tuer, d'exploser, de m'éclater .... Cette partie de moi que je suis mais que je ne serai pas ... comment être soi ? Ce reflet noir, est-ce un rêve, un cauchemar ? Comment savoir ?
Revenir en haut Aller en bas
Manon:)



Nombre de messages : 55
Age : 18

MessageSujet: Re: A propos du rêve
Mer 9 Nov - 11:30

Comme je descendais les Fleuves impassibles, je ne me sentis plus guidé par les haleurs et je me mis à dériver lentement sur les vagues du sommeil en admirant la voute céleste étoilée, en entendant des vagissements lointains, le cri de mouettes importunées par les souvenirs d'hier, s'envolant vers demain et j'admirais dans la voûte céleste les nuages colorés qui prenaient des formes fantastiques, j'en voyais en forme d'éléphant et même en forme de lit, qui toutes me rappelaient la douce, la délicate et l'abracadabrante aventure qu'est la vie, faite de hauts et de bas, de sommeil, de rêve et de fantaisie, comme ces songes de mon enfance, lorsque je perdais encore mes dents et que j'attendais avec impatience mes jouets au pied du sapin illuminé. Cette époque, est la source de tous mes rêves que je fais encore et encore toutes les nuits et peut-être qu'un jour, un de mes rêves se réalisera... car il se réalisera ! Et mes souhaits, transparents, dans mes rêves cessent d'être un problème. Seulement dans mes rêves. Lorsque, emmitouflé dans mes draps, j'imaginais un monde idéal, alors je retrouvais l'innocence, la magie des pierreries, des miroirs, de toute la féérie enfouies en moi et je chevauchais sur les licornes vers un monde sidéral. Léger comme un nuage, je visitais les astres, les contemplais et leur parlais dans une langue unique, que seuls les rêveurs connaissent. Je voletais aisément entre les constellations, libre. Une lueur m'apparut. Je la suivis du regard un moment, quand une myriade d'étoiles multicolores commença une élégante sarabande. Emerveillé, je suivais la danse lente et, soudain, portée tel une nuée étincelante, je me joignis au ballet de la nuit.

Les constellations semblaient me parler. J'entendais leur conversation mêlée au chant des plus hautes sphères. Une sensation de paix, dans ce silence sonore, m'envahit tout entier.

Un visage aux contours imprécis, plutôt ange, m'apparut. Je m'abandonnais à sa contemplation, emplie d'une indicible sérénité. Puis l'ange me tendit un miroir et me dit : "Sois celui que tu veux être" et il secoua ses plumes d'argent. Alors je les pris pour m'envoler, comme Icare, vers le soleil de mes rêves quand tout à coup, après m'être remémoré tous les grands bonheurs qui constituaient ma vie, je vis l'autre facette de mon existence, la partie la plus obscure, la plus néfaste et la plus irritante qui soit. Je vis mon reflet sombre, ma part d'ombre ... Mes envies de vengeance, mes désirs de plaisirs, de faire fi de tout, de tuer, d'exploser, de m'éclater .... Cette partie de moi que je suis mais que je ne serai pas ... Comment être soi ? Ce reflet noir, est-ce un rêve, un cauchemar ? Comment savoir ?
Il ne me restait plus qu'à lutter contre cette étrange facette de ma personnalité. Choisirais-je la lumière ou le néant? Le soleil ou l'obscurité? Car malgré moi, je sentais bien que je prenais un malin plaisir à souffrir. Une sorte de plaisir noir, voyez-vous.

Revenir en haut Aller en bas
-Léa-



Nombre de messages : 2946
Age : 18

MessageSujet: Re: A propos du rêve
Mer 9 Nov - 11:39

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant Comme je descendais les Fleuves impassibles, je ne me sentis plus guidé par les haleurs et je me mis à dériver lentement sur les vagues du sommeil en admirant la voute céleste étoilée, en entendant des vagissements lointains, le cri de mouettes importunées par les souvenirs d'hier, s'envolant vers demain et j'admirais dans la voûte céleste les nuages colorés qui prenaient des formes fantastiques, j'en voyais en forme d'éléphant et même en forme de lit, qui toutes me rappelaient la douce, la délicate et l'abracadabrante aventure qu'est la vie, faite de haut et de bas, de sommeil, de rêve et de fantaisies, comme ces songes de mon enfance, lorsque je perdais encore mes dents, et que j'attendais avec impatience mes jouets au pied du sapin illuminé. Cette époque, est la source de tous mes rêve que je fais encore et encore toutes les nuits et peut-être qu'un jour, un de mes rêves se réalisera... car il se réalisera ! Et mes souhaits, transparents, dans mes rêves cesse d'être un problème. Que dans mes rêves. Lorsque, emmitouflé dans mes draps, j'imaginais un monde idéal, alors je retrouve l'innocence, la magie des pierreries, des miroirs, de toute la féérie enfouies en moi et je chevauche sur les licornes vers un monde sidéral. Léger comme un nuage, je visite les astres et les contemple et leur parle dans une langue unique, que seuls les les rêveurs connaissent. Je volète aisément entre les constellations, libre. Une lueur m'apparut. Je la suivis du regard un moment, quand une myriade d'étoiles multicolores commença une élégante sarabande. Emerveillée, je suivais la danse lente et, soudain, portée telle une nuée étincelante, je me joignis au ballet de la nuit.

Les constellations semblaient me parler. J'entendais leur conversation mêlée au chant des plus hautes sphères. Une sensation de paix, dans ce silence sonore, m'envahit tout entier.

Un visage aux contours imprécis, plutôt ange, m'apparut. Je m'abandonnais à sa contemplation, emplie d'une indicible sérénité. Puis l'ange me tendit un miroir et me dit : "sois celui que tu veux être" et il secoua ses plumes d'argent. Alors je les pris pour m'envoler, comme Icare, vers le soleil de mes rêves quand tout à coup, après m'être remémoré tous les grands bonheurs qui constituent ma vie, je vis l'autre facette de mon existence, la partie la plus obscure, la plus néfaste et la plus irritante qu'il soit. Je vis mon reflet sombre, ma part d'ombre ... Mes envie de vengeance, mes désirs de plaisirs, de faire fi de tout, de tuer, d'exploser, de m'éclater .... Cette partie de moi que je suis mais que je ne serai pas ... comment être soi ? Ce reflet noir, est-ce un rêve, un cauchemar ? Comment savoir ?
Il ne me restait plus qu'à lutter contre cette étrange facette de ma personnalité. Choisirais-je la lumière ou le néant? Le soleil ou l'obscurité? Car malgrès moi, je sentais bien que je prenais un malin plaisir à souffrir. Une sorte de plaisir noir, voyez-vous.
Le plaisir noir.Ce sentiment que je ne voulais ressentir, qui me faisait peur.La culpabilité et l'angoisse m'envahirent.Pouratnt, j'étais conscient.
Revenir en haut Aller en bas
Manon:)



Nombre de messages : 55
Age : 18

MessageSujet: Re: A propos du rêve
Mer 9 Nov - 11:55

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant Comme je descendais les Fleuves impassibles, je ne me sentis plus guidé par les haleurs et je me mis à dériver lentement sur les vagues du sommeil en admirant la voute céleste étoilée, en entendant des vagissements lointains, le cri de mouettes importunées par les souvenirs d'hier, s'envolant vers demain et j'admirais dans la voûte céleste les nuages colorés qui prenaient des formes fantastiques, j'en voyais en forme d'éléphant et même en forme de lit, qui toutes me rappelaient la douce, la délicate et l'abracadabrante aventure qu'est la vie, faite de haut et de bas, de sommeil, de rêve et de fantaisies, comme ces songes de mon enfance, lorsque je perdais encore mes dents, et que j'attendais avec impatience mes jouets au pied du sapin illuminé. Cette époque, est la source de tous mes rêve que je fais encore et encore toutes les nuits et peut-être qu'un jour, un de mes rêves se réalisera... car il se réalisera ! Et mes souhaits, transparents, dans mes rêves cesse d'être un problème. Que dans mes rêves. Lorsque, emmitouflé dans mes draps, j'imaginais un monde idéal, alors je retrouve l'innocence, la magie des pierreries, des miroirs, de toute la féérie enfouies en moi et je chevauche sur les licornes vers un monde sidéral. Léger comme un nuage, je visite les astres et les contemple et leur parle dans une langue unique, que seuls les les rêveurs connaissent. Je volète aisément entre les constellations, libre. Une lueur m'apparut. Je la suivis du regard un moment, quand une myriade d'étoiles multicolores commença une élégante sarabande. Emerveillée, je suivais la danse lente et, soudain, portée telle une nuée étincelante, je me joignis au ballet de la nuit.

Les constellations semblaient me parler. J'entendais leur conversation mêlée au chant des plus hautes sphères. Une sensation de paix, dans ce silence sonore, m'envahit tout entier.

Un visage aux contours imprécis, plutôt ange, m'apparut. Je m'abandonnais à sa contemplation, emplie d'une indicible sérénité. Puis l'ange me tendit un miroir et me dit : "sois celui que tu veux être" et il secoua ses plumes d'argent. Alors je les pris pour m'envoler, comme Icare, vers le soleil de mes rêves quand tout à coup, après m'être remémoré tous les grands bonheurs qui constituent ma vie, je vis l'autre facette de mon existence, la partie la plus obscure, la plus néfaste et la plus irritante qu'il soit. Je vis mon reflet sombre, ma part d'ombre ... Mes envie de vengeance, mes désirs de plaisirs, de faire fi de tout, de tuer, d'exploser, de m'éclater .... Cette partie de moi que je suis mais que je ne serai pas ... comment être soi ? Ce reflet noir, est-ce un rêve, un cauchemar ? Comment savoir ?
Il ne me restait plus qu'à lutter contre cette étrange facette de ma personnalité. Choisirais-je la lumière ou le néant? Le soleil ou l'obscurité? Car malgrès moi, je sentais bien que je prenais un malin plaisir à souffrir. Une sorte de plaisir noir, voyez-vous.
Le plaisir noir.Ce sentiment que je ne voulais ressentir, qui me faisait peur.La culpabilité et l'angoisse m'envahirent.Pourtant, j'étais conscient. Conscient du mal que je faisais aux autres et à moi-même, conscient que je ne resterais pas indéfiniment dans l'enfance et conscient qu'un jour, il me faudrait arrêter de me cacher.
Revenir en haut Aller en bas
Frère des Loups



Nombre de messages : 670
Age : 17

MessageSujet: Re: A propos du rêve
Mar 17 Jan - 19:17

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant Comme je descendais les Fleuves impassibles, je me mis à dériver lentement sur les vagues du sommeil en admirant la voute céleste étoilée, en entendant des vagissements lointains, le cri de mouettes importunées par les souvenirs d'hier, s'envolant vers demain et j'admirais dans la voûte céleste les nuages colorés qui prenaient des formes fantastiques, j'en voyais en forme d'éléphant et même en forme de lit, qui toutes me rappelaient la douce, la délicate et l'abracadabrante aventure qu'est la vie, faite de haut et de bas, de sommeil, de rêve et de fantaisies, comme ces songes de mon enfance, lorsque je perdais encore mes dents, et que j'attendais avec impatience mes jouets au pied du sapin illuminé. A cette époque se trouve la source de tous mes rêves, que je fais encore et encore toutes les nuits et peut-être qu'un jour, un de mes rêves se réalisera... car il se réalisera ! Et mes souhaits, transparents, dans mes rêves cesse d'être un problème. Que dans mes rêves. Lorsque, emmitouflé dans mes draps, j'imaginais un monde idéal, alors je retrouve l'innocence, la magie des pierreries, des miroirs, de toute la féérie enfouies en moi et je chevauche sur les licornes vers un monde sidéral. Léger comme un nuage, je visite les astres et les contemple et leur parle dans une langue unique, que seuls les les rêveurs connaissent. Je volète aisément entre les constellations, libre. Une lueur m'apparut. Je la suivis du regard un moment, quand une myriade d'étoiles multicolores commença une élégante sarabande. Emerveillée, je suivais la danse lente et, soudain, portée telle une nuée étincelante, je me joignis au ballet de la nuit.

Les constellations semblaient me parler. J'entendais leur conversation mêlée au chant des plus hautes sphères. Une sensation de paix, dans ce silence sonore, m'envahit tout entier.

Un visage aux contours imprécis, plutôt ange, m'apparut. Je m'abandonnais à sa contemplation, emplie d'une indicible sérénité. Puis l'ange me tendit un miroir et me dit : "sois celui que tu veux être" et il secoua ses plumes d'argent. Alors je les pris pour m'envoler, comme Icare, vers le soleil de mes rêves quand tout à coup, après m'être remémoré tous les grands bonheurs qui constituent ma vie, je vis l'autre facette de mon existence, la partie la plus obscure, la plus néfaste et la plus irritante qu'il soit. Je vis mon reflet sombre, ma part d'ombre ... Mes envie de vengeance, mes désirs de plaisirs, de faire fi de tout, de tuer, d'exploser, de m'éclater .... Cette partie de moi que je suis mais que je ne serai pas ... comment être soi ? Ce reflet noir, est-ce un rêve, un cauchemar ? Comment savoir ?
Il ne me restait plus qu'à lutter contre cette étrange facette de ma personnalité. Choisirais-je la lumière ou le néant ? Le soleil ou l'obscurité ? Car malgré moi, je sentais bien que je prenais un malin plaisir à souffrir. Une sorte de plaisir noir, voyez-vous.
Le plaisir noir. Ce sentiment que je ne voulais ressentir, qui me faisait peur.La culpabilité et l'angoisse m'envahirent. Pourtant, j'étais conscient. Conscient du mal que je faisais aux autres et à moi-même, conscient que je ne resterais pas indéfiniment dans l'enfance et conscient qu'un jour, il me faudrait arrêter de me cacher. M'ouvrir au monde, vivre, être libre, abandonner mon passé infortuné et connaitre un monde ...
Revenir en haut Aller en bas
Scrat



Nombre de messages : 337

MessageSujet: Re: A propos du rêve
Mer 29 Aoû - 11:02

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant Comme je descendais les Fleuves impassibles, je me mis à dériver lentement sur les vagues du sommeil en admirant la voute céleste étoilée, en entendant des vagissements lointains, le cri de mouettes importunées par les souvenirs d'hier, s'envolant vers demain et j'admirais dans la voûte céleste les nuages colorés qui prenaient des formes fantastiques, j'en voyais en forme d'éléphant et même en forme de lit, qui toutes me rappelaient la douce, la délicate et l'abracadabrante aventure qu'est la vie, faite de haut et de bas, de sommeil, de rêve et de fantaisies, comme ces songes de mon enfance, lorsque je perdais encore mes dents, et que j'attendais avec impatience mes jouets au pied du sapin illuminé. A cette époque se trouve la source de tous mes rêves, que je fais encore et encore toutes les nuits et peut-être qu'un jour, un de mes rêves se réalisera... car il se réalisera ! Et mes souhaits, transparents, dans mes rêves cesse d'être un problème. Que dans mes rêves. Lorsque, emmitouflé dans mes draps, j'imaginais un monde idéal, alors je retrouve l'innocence, la magie des pierreries, des miroirs, de toute la féérie enfouies en moi et je chevauche sur les licornes vers un monde sidéral. Léger comme un nuage, je visite les astres et les contemple et leur parle dans une langue unique, que seuls les les rêveurs connaissent. Je volète aisément entre les constellations, libre. Une lueur m'apparut. Je la suivis du regard un moment, quand une myriade d'étoiles multicolores commença une élégante sarabande. Emerveillé, je suivais la danse lente et, soudain, portée telle une nuée étincelante, je me joignis au ballet de la nuit.

Les constellations semblaient me parler. J'entendais leur conversation mêlée au chant des plus hautes sphères. Une sensation de paix, dans ce silence sonore, m'envahit tout entier.

Un visage aux contours imprécis, plutôt ange, m'apparut. Je m'abandonnais à sa contemplation, emplie d'une indicible sérénité. Puis l'ange me tendit un miroir et me dit : "sois celui que tu veux être" et il secoua ses plumes d'argent. Alors je les pris pour m'envoler, comme Icare, vers le soleil de mes rêves quand tout à coup, après m'être remémoré tous les grands bonheurs qui constituent ma vie, je vis l'autre facette de mon existence, la partie la plus obscure, la plus néfaste et la plus irritante qu'il soit. Je vis mon reflet sombre, ma part d'ombre ... Mes envie de vengeance, mes désirs de plaisirs, de faire fi de tout, de tuer, d'exploser, de m'éclater .... Cette partie de moi que je suis mais que je ne serai pas ... comment être soi ? Ce reflet noir, est-ce un rêve, un cauchemar ? Comment savoir ?
Il ne me restait plus qu'à lutter contre cette étrange facette de ma personnalité. Choisirais-je la lumière ou le néant? Le soleil ou l'obscurité? Car malgré moi, je sentais bien que je prenais un malin plaisir à souffrir. Une sorte de plaisir noir, voyez-vous.
Le plaisir noir.Ce sentiment que je ne voulais ressentir, qui me faisait peur.La culpabilité et l'angoisse m'envahirent.Pourtant, j'étais conscient. Conscient du mal que je faisais aux autres et à moi-même, conscient que je ne resterais pas indéfiniment dans l'enfance et conscient qu'un jour, il me faudrait arrêter de me cacher. M'ouvrir au monde, vivre, être libre, abandonner mon passé infortuné et connaitre un monde plein de joie et de félicité où ...
Revenir en haut Aller en bas

A propos du rêve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Cafet' :: Index du forum :: Section Free Style :: Défis et jeux d'écriture-
Archivehost Synonymes Dico répétoscope Bonpatron Contacter la modération